Le rôle de la thyroïde dans la prise de poids

Le rôle de la thyroïde dans la prise ou la perte de poids n’est désormais plus à démontrer. Au-delà du poids, cette petite glande en forme de papillon, qui se situe à la base du cou, juste en dessous de la pomme d’Adam, joue également un rôle important sur le transit, l’humeur générale, la température du corps, et même sur la sexualité. En produisant des hormones en charge de réguler de nombreuses fonctions corporelles, la thyroïde est donc essentielle à notre bonne santé. Lorsqu’elle ne fonctionne pas correctement, elle provoque alors des dérèglements qui peuvent être à l’origine d’une importante prise de poids et d’autres soucis.

À quoi sert la thyroïde ?

Stress, fatigue, déprime, prise de poids importante ou au contraire, perte de kilos sans raison apparente… Tous ces symptômes peuvent révéler un dysfonctionnement de la thyroïde. Près de six millions de Français souffriraient d’un dysfonctionnement thyroïdien, particulièrement après 60 ans. Une maladie dont seraient davantage atteintes les femmes, qui entraînerait de nombreux symptômes, plus ou moins handicapants.

La thyroïde, petite glande située à la base du cou, juste avant le larynx et la trachée, est constituée de deux lobes : un lobe gauche et un lobe droit. Cet organe mesure environ 6 cm sur 6 cm et pèse une trentaine de grammes. La thyroïde, bien que petite en taille, joue un rôle fondamental étant donné qu’elle sécrète les hormones T3 et T4, qui sont des hormones thyroïdiennes. Ces hormones sont par la suite transportées par le sang et diffusées dans tout l’organisme, au sein duquel elles assurent de nombreuses fonctions essentielles : régulation du poids, rythme cardiaque, humeur, dépense énergétique, concentration, etc. Pour que fonctionne correctement la thyroïde, la création des hormones T3 et T4 ainsi que leur diffusion dans le corps, l’iode est un élément essentiel.

En ce qui concerne le fonctionnement de la thyroïde, elle est intimement liée à une autre glande qui se trouve dans le cerveau : l’hypophyse, laquelle sécrète une hormone appelée TSH. La TSH est très importante pour la thyroïde, puisqu’elle permet à cet organe de fabriquer la bonne dose d’hormones thyroïdiennes.

Il arrive malheureusement que la thyroïde ne fonctionne pas de manière appropriée. Pour s’en apercevoir, une prise de sang est alors prescrite par le médecin, laquelle permet d’obtenir des informations concernant la quantité d’hormones thyroïdiennes qui sont produites. Habituellement, un adulte en produit en moyenne entre 0,4 et 4 mUI/l.

Quand la thyroïde se dérègle

Lorsque la thyroïde ne fonctionne pas correctement, deux situations peuvent se présenter. Le premier cas de figure concerne l’hyperthyroïdie. Le taux d’hormones thyroïdiennes est alors trop élevé et les fonctions de l’organisme sont alors comme “accélérées”. Les personnes peuvent alors se sentir constamment nerveuses, perdre du poids et trembler. Le deuxième cas de dérèglement de la thyroïde est l’hypothyroïdie. Les fonctions de l’organisme sont comme ralenties, il est alors possible d’être fatigué, d’avoir froid constamment, de prendre du poids alors que l’appétit a tendance à diminuer.

Qu’est-ce que l’hyperthyroïdie et quels sont ses effets ?

On parle d’hyperthyroïdie lorsque la glande thyroïde produit des hormones thyroïdiennes en excès. Cet excès engendre un dysfonctionnement des organes qui sont sensibles aux hormones T3 et T4 produites par la thyroïde. L’ensemble de ces manifestations peuvent être regroupées sous le terme de thyrotoxicose.

Les femmes sont 5 à 10 fois plus touchées que les hommes par l’hyperthyroïdie. Selon les pays, 5 à 20 personnes sur 1 000 sont atteintes par ce dysfonctionnement.

Il existe plusieurs causes de l’hyperthyroïdie, les plus fréquentes étant la maladie de Basedow, le goitre multinodulaire toxique et l’adénome toxique.

La maladie de Basedow

La maladie de Basedow est une maladie auto-immune, qui se caractérise par la présence d’un goitre important, d’une saillie anormale des yeux, laquelle s’appelle exophtalmie, et parfois d’un oedème situé à l’avant de la jambe. Une prise de sang permet de détecter la présence d’auto-anticorps spécifiques, lesquels bloquent la réception de la THS. En Europe, 2% des femmes sont atteintes par la maladie de Basedow, contre 0,4 des hommes. La maladie se déclare la plupart du temps entre 20 et 40 ans et peut être associée à d’autres maladies auto-immunes. Il s’agit de la première cause d’hyperthyroïdie chez les jeunes femmes.

Le goitre multinodulaire toxique

Dans le cas d’un goitre multinodulaire toxique, le goitre présente alors plusieurs nodules qui sont toxiques étant donné qu’ils sécrètent tous des hormones thyroïdiennes en trop grande quantité.

L’adénome toxique

Quant à l’adénome toxique, la thyroïde ne présente qu’un seul nodule qui est considéré comme toxique, car il sécrète lui aussi des hormones thyroïdiennes.

Le goitre multinodulaire toxique et l’adénome toxique sont les causes principales d’hyperthyroïdie chez les sujets de plus de 60 ans. Dans 80 à 90 % des cas, ces maladies affectent les femmes.

La prise d’un traitement médical

L’hyperthyroïdie peut également être causée par la prise d’un traitement médical. En effet, certains médicaments ont pour effet secondaire de stimuler la thyroïde. C’est notamment le cas de l’amiodarone, un médicament riche en iode, utilisé pour les troubles du rythme cardiaque.

La grossesse : cause possible d’hyperthyroïdie transitoire

Une hyperthyroïdie peut également se déclencher pendant et après une grossesse. Il s’agit alors d’une situation la plupart du temps transitoire dans près de 95 % des cas.

La thyroïdite de Quervain

Il s’agit d’une inflammation de la thyroïde, laquelle entraîne une hyperthyroïdie. Cette inflammation survient à la suite d’une infection virale. Dans la plupart des cas, l’hyperthyroïdie est suivie d’une phase d’hypothyroïdie, qui guérit spontanément au bout de deux à trois mois.

Qu’est-ce que l’hypothyroïdie et quels sont ses effets sur l’organisme ?

L’hypothyroïdie se caractérise par une production insuffisante d’hormones thyroïdiennes T3 et T4. Lorsque l’hypothyroïdie est causée par un dysfonctionnement au niveau de la thyroïde, il s’agit alors d’une hypothyroïdie primaire ou primitive. En général, les principales causes d’hypothyroïdie sont des maladies auto-immunes, dans lesquelles l’organisme engage de manière inappropriée ses défenses immunitaires pour combattre la thyroïde. L’hypothyroïdie peut aussi être causée par :

  • une carence en iode dans l’alimentation,
    l’utilisation d’iode radioactif à des fins thérapeutiques,
    l’inflammation ou l’altération de l’hypothalamus,
    la consommation de médicaments endommageant la thyroïde,
    l’inflammation des tissus de la glande thyroïde,
    des anomalies du développement intra-utérin des organes du système endocrinien,
    une ablation totale ou partielle de la thyroïde,
    des facteurs environnementaux défavorables (travail dans un milieu nocif, rayonnement radioactif, etc).

Lorsque la faible sécrétion d’hormones thyroïdiennes est liée à la TSH, c’est-à-dire l’hormone hypophysaire en charge de réguler la sécrétion des hormones thyroïdiennes, il s’agit alors d’une hypothyroïdie secondaire ou centrale.

Quelle que soit son origine, il est très important de traiter l’hypothyroïdie, laquelle est susceptible d’entraîner des complications cardiaques comme des troubles du rythme cardiaque, une péricardite (maladie infectieuse touchant le coeur), et parfois même un état de coma qualifié de myxœdémateux.

Comme pour l’hyperthyroïdie, l’hypothyroïdie atteint généralement plus de femmes, surtout lorsqu’elles sont âgées de plus de 50 ans. Les femmes sont ainsi près de 3 % à souffrir d’hypothyroïdie, contre 0,5 % des hommes.

Pourquoi l’hypothyroïdie entraîne-t-elle une prise de poids ?

Le rôle de la thyroïde dans l’organisme est essentiel, voire crucial. En effet, les hormones thyroïdiennes augmentent le métabolisme et sont en charge de réguler la température du corps. Elles gèrent également la transformation des aliments, c’est-à-dire la manière dont sont utilisés les glucides, les protéines et les lipides dans l’organisme, ainsi que la production des cellules.

La thyroïde joue donc un rôle de premier plan dans l’assimilation de l’alimentation et la synthèse des macronutriments : lipides, glucides et protéines. De ce fait, dès lors que la glande ne fonctionne plus de manière appropriée, des problèmes de poids surviennent, lesquels sont engendrés par un ralentissement du métabolisme.

Pour rappel, le métabolisme contrôle la dépense énergétique d’un individu, de même que les hormones thyroïdiennes. Si le métabolisme fonctionne au ralenti, alors la dépense énergétique sera donc moindre. Si vous n’adaptez pas votre alimentation en conséquence, ou bien que vous mangez en excès, le surplus d’énergie sera alors stocké dans les adipocytes, c’est-à-dire les cellules graisseuses. Sur le long terme, cela entraînera une prise de poids.

En plus d’empêcher une bonne dépense de l’énergie, l’hypothyroïdie entraîne aussi des problèmes relatifs au stockage des nutriments et des micronutriments. L’organisme va avoir du mal à éliminer normalement les glucides, qui jouent un rôle important dans la composition des cellules, ainsi que les lipides, qui sont leur carburant énergétique. L’organisme va alors les stocker, et ce même si votre alimentation demeure sensiblement la même qu’à l’accoutumée.

Les solutions pour combattre l’hypothyroïdie et éviter la prise de poids

Heureusement, il existe des traitements hormonaux permettant de réguler la thyroïde. Toutefois, les endocrinologues estiment qu’il est préférable de commencer par consommer suffisamment de vitamines et minéraux dans le cadre d’une alimentation saine.

La prise de poids causée par l’hypothyroïdie se régule donc principalement en veillant à son alimentation. Les spécialistes conseillent notamment de manger lentement, afin d’écouter les sensations de satiété.

Enfin, une pratique sportive est essentielle pour limiter la prise de poids lorsque l’on est atteint d’hypothyroïdie. Prendre soin de sa santé est essentiel, veillez donc à adopter une activité sportive qui vous plaît, afin que vous pratiquiez ce sport de manière régulière. En appliquant ces quelques conseils et en faisant appel à un spécialiste pour vous aider à réguler votre thyroïde, vous devriez pouvoir limiter la prise de poids.

D’autres sujets relatifs à ce thème :


... Charger plus