MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Avez-vous grandi (spirituellement) avant, pendant la RA

54 ans Paris 136
Je lance un sujet qui n'est pas le thème central de la RA, mais me semble avoir son importance quand on reapprend à écouter ses sensations de faim et de  
satiété.

Donc je voulais savoir si vous avez l'impression d'avoir grandi spirituellement avant votre RA, ou bien si vous en avez appris des choses pendant la RA.

Il semble qu'il faut apprendre de se séparer
=> de ce qu'on ne mangera plus car on n'aura plus faim (travail de deuil)
=> mais aussi de se séparer de ses angoisses, incertitudes d'enfance, adolescence, même adulte

J'ai l'impression (et oui, ça ne va pas trop fort là... coup de blues) que je n'ai pas passé toutes les étapes de grandir spirituellement pour ma vie adulte (et par là j'entends toutes les étapes que j'aurais pu faire, moi)
=> tirer un trait derrière les choses (donc séparer)
=> passer rapidement à d'autres actions si une action ne porte pas ses fruits
=> se séparer d'amis qui ne sont plus de bons amis, sans regret
=> se séparer de ses souvenirs douloureux
=> renoncer (en beaucoup de circonstances) à une satisfaction immédiate du désir/besoin/de l'envie
=> se séparer de l'image du corps qui pèse qui est lourd (je vois un ostéopathe qui me remet mon dos en état de marche un peu, qui me disait que j'aurais peur de mon poids)

Autre réflexion, grandir dans son âme c'est une chose, grossir une autre.
Est-ce que l'un peut être lié à l'autre?

Ma RA est un peu à cette étape où je vois que ce n'est pas uniquement mon alimentation qui est concernée, mais toute ma vie, tout mon fonctionnement est un peu remis en cause.

Les sens dans lesquels je voulais grandir:
=> me prendre plus au sérieux, me mettre au coeur de moi-même, gentiment
=> me dire que l'enfance, et les parents, ça fait longtemps et maintenant on passe à autre chose
=> de là, être plus en harmonie avec mes besoins et sentiments, mais aussi avec le fait que je peux encore grandir et apprendre

j'ai un peu de mal à mieux le décrire, suis un peu confuse là ;)

j'espère que ça parlera à certain(e)s entre vous,
si vous avez découvert une composante spirituelle ou de développement psychique dans la RA, je serais heureuse de vous lire ou tout autre commentaire.
biz
lb
32 ans Lyon 7 295
C'est bête ce que je vais dire, mais ce dont tu parles, cela me fait penser un petit peu au principe de la psychothérapie comportementale. Comprendre, analyser la source, voir ce que cela nous a apporté en bien comme en mal, et ensuite tirer un trait sur les choses qui n'allaient pas en tirant les leçons.

Personnellement (puisque tu nous as posé la question, je vais tenter d'y répondre), le fait de devoir revoir mon alimentation de A à Z de façon à manger sainement sans pour autant me priver, j'ai aussi fait un petit travail sur moi.

Refléchir sur mes échecs, savoir ce que cela m'a apporté. Apprendre à ne plus parler avec des si.
Relativiser ce qui m'arrive en fait. Prendre plus de temps pour moi, tout en restant là pour les autres.

En fait, la R.A, je l'ai vu un petit peu comme une ouverture sur moi, sans pour autant virer dans l'égoisme, loin de là. Juste prendre plus soin de moi.
Et côté personnalité, plus calme. Parce que justement, j'ai réfléchi sur mon passé, j'ai sassé et ressassé des évènements, pour me rendre compte que finalement, malgré toutes les merdes qui me sont tombées dessus, que l'herbe n'était pas plus verte chez le voisin.

J'ai enterré mon adolescence d'une certaine façon.
J'ai fait la paix avec moi-même.
44 ans dans la lune 1661
Bonjour LissiBoa,
J'ai commencé une RA il ya 6 mois de ça, et ça marche très bien, selon la balance, car moi s'il n'y avait pas le résultat sur les vetements, je ne vois pas de changements dans la glace, enfin bref il parait que ça peut être normal.
Je suis suivie par une diététicienne très sérieuse.
J'ai bien sur essayé plusieurs régimes, j'ai échoué bien évidement. Il y a six moi je me suis dis qu'il fallait changer, non pas pour les autres, mais pour moi uniquement.
La RA me convient parfaitement mais c'est vrai que le rapport à la nourriture change totalement, j'aurai aimé être capable de cette démarche à 20 ans, mais je n'avais pas assez de maturité.
J'espère aller jusqu'au bout de ma démarche, et je souhaite à toutes celles qui ont commencé une RA bon courage,
56 ans Région parisienne 2154
Elle est intéressante, ta question.
Je ne me l'étais pas formulé ainsi, mais oui. Pour moi, la RA, c'est travailler les limites. Toutes. Y compris poser un cadre à mon petit garçon de deux ans.
Et aussi me respecter. Enfin. Cesser de faire passer autrui avant moi, par peur de n'être plus aimée.
M'écouter. Et quand tu écoutes, oui, la petite voix de l'âme devient parfois audible (après, ça dépend des croyances de chacun).

Une amie m'a dit un jour : "peut-être tu as besoin d'être grosse pour occuper de l'espace face à ton père trop envahissant ? " J'avais 11 ou 12 ans. Mon père est mort il y a 25 ans. Je me pose encore la question...
Alors la RA, c'est peut-être aussi faire la paix avec son enfance et son passé. Puisque pour moi, pour beaucoup d'entre nous, la nourriture est devenue le point clef de tout l'émotionnel.

Mais c'est aussi difficile, de "faire un trait" et apprendre à être autrement. Tout un apprentissage !
49 ans Sud ouest 356
Effectivement, la RA boulerverse bien des choses spirituellement.

c'est d'ailleurs pour ça je crois qu'on peut ne pas être prêt pour la RA. (ça fait plusieurs année que je connais ZERMATI puis VLR, mais je n'ai véritablement commencé la RA l'année dernière.

Moi, au début de la RA, j'ai grossi :oops: quelque 6 ou7 kilos. malgré ça je suis beaucoup mieux dans ma peau. ça m'a donc permi de penser à autre chose qu'à mon corps. A me dire que mes rattages ne sont pas dus à mes kilos. Et à chercher en moi.

Pour l'instant il en sort que j'ai enfin réussi à me détacher de ma mère, de son influence et de mes rancoeurs. (pourtant je croyais l'avoir fait avant, mais non !), bref à vivre pour moi.
par conséquent je suis aussi plus libre envers les autres, je cherche moins à leur plaire et plus à être moi-même.

Je me suis rendu compte aussi que j'avais des achats compulsifs. Bon je le savais aussi avant mais j'évitais d'y penser trop, et de toute façon j'achetais comme je mangais : ce n'est que plus tard que je me disais que j'en n'avais pas besoin ! Et surtout je n'avais pas fait le rapport entre mes crises et mes achats.

Bref, je suis une femme plus ronde encore, mais qui arrive à l'accepter (il parait que c'est le premier pas pour maigrir, on verra, pas de stress ;))
Et puis je suis une femme plus libre
:D
B
48 ans Bretagne 30
Bonsoir Lissiboa et les autres !

Cette quesiton je me la suis posée aussi depuis quelques semaines. La RA m'a fait évoluer sur bien des points et finalement le rapport à l'alimentation, au poids et au corps s'est transformé (et se transformera encore !) petit à petit, en douceur et avec plus de lucidité.

Ce que cela a changé pour moi (en vrac et de façon non-exhaustive)

- la prise de conscience que mon adolescence continuait à me pourrir la vie mais que je pouvais décider de m'en sortir. Je me vois toujours au travers du prisme de mes yeux d'ado ... et ce n'est pas beau !!! Comme Mylenange, j'enterre ma vie d'adolescente, je sors de ma chrysalide.

- la prise de conscience que je suis boulimique de plein de choses (achats, activités, abnégation ...) et pas seulement de nourriture.

- la prise de conscience que je n'ai jamais su faire de choix (c'est un peu le deuil dont tu parles !).

- la prise de conscience que je ne suis pas si mal que ça puisqu'à l'intérieur de moi, il y a de bonnes choses (en toute humilité mais il faut savoir reconnaître ce qui est bon, sinon, on n'est pas sorti de l'auberge !!!) et que mon corps ne cache pas tout ça, et qu'à y bien regarder, il est même plutôt joli ...

- la prise de conscience qu'il ne tient qu'à moi de mettre en valeur ou non ce corps qui est le tabernacle de mon âme. "Il faut faire du bien à notre corps pour que notre âme s'y sente bien" W. Churchill. Une séance chez le coiffeur, un peu de maquillage, des vêtements bien choisis (ceux que j'aime et qui me vont plutôt que ceux que j'aimerais porter mais qui ne me vont pas ...), un bain chaud, une ambiance sereine-calme-apaisante, un grand sourire et tout va déjà mieux !

- la prise de conscience que je peux, je dois, décider ce qui me plait et me fait du bien sans attendre tout des autres et sans le leur repprocher ensuite

- l'acceptation que tout ne soit pas parfait sans que cela n'altère la qualité des choses ou des actes.

- l'acceptation de frustrer les autres (sans pour autant virer dans l'égoîsme comme le dit mylenange) car je ne suis pas toute puissante.

- la prise de conscience que j'ai le pouvoir de changer si je le veux, mais en me faisant du bien, en faisant la paix avec moi plutôt que la guerre.

- la prise de conscience que le TEMPS est important et que j'ai le droit de prendre mon temps (pour ne rien faire, pour me faire du bien, pour partager un calin avec les enfants, pour regarder un film ... ou n'importe quoi d'autre) mais prendre du temps pour savourer chaque instant et s'en rassasier. Arrêter là la course folle du TOUJOURS PLUS qui devient très vite du TROP sans saveur.

bon j'arrête là, mais c'est une question essentielle il me semble dans une démarche RA. Je crois qu'elle prime sur le côté alimentaire. Il n'y a pas de vrai évolution de ce côté si on n'évolue pas dans notre tête.

La route est longue mais accessible !

Merci à toi de nous proposer de mettre tout cela noir sur blanc. Cela clarifie les choses.
37 ans 12494
Pour ma part j'ai plutot l'impression d'etre en constante regression... :?
56 ans Région parisienne 2154
Parce qu'en ce moment c'est dur sur un autre plan.
De l'xtérieur, j'admire ta volonté et détermination patiente.
37 ans 12494
Pourtant c'est pas du tout c que j'ai l'impression de dégagée... Mais c'est sur que les éléments extérieurs me perturbent au point que je fasse n'importe quoi... Pourtant j'avais l'impression de bien avoir avancer alors qu'en fait je n'ai fait que reculer...
B
48 ans Bretagne 30
Moi aussi j'ai eu l'impression de reculer ... et cela recommencera sûrement une fois ou l'autre ... mais il faut rester confiante.

Courage !
33 ans 73
Intéressant ce post ;)
aussi quelques moments de doute mais globalement mon petit chemin se poursuit bien ...

- çà peut paraître bête mais j'ai un peu pris conscience qu'il fallait que je respecte un peu + mon corps, mon organisme , que j'arrête de le torturer ! limite je le considère comme " quelqu"un qui me parle et m'envoie des messages bons pr moi ( msg alimentaires, émotifs et autres ... ) ( de dire çà çà me fait penser à une émission que je regardais qd j'étais petite avec des bonomes dans le corps " il était une fois la vie" avec Maestro ( vous connaissez?!)

- conscience que l'envie omniprésente passée de vouloir "maigrir" m'a " bouffé" trop n'énergie par rapport au "bénéfice"( l'expression n'est pas adaptée hum ) final que j'en ai retiré . Je me demande comment j'ai pu "gacher" du temps à déprimer et à penser à mon poids alors qu'il y a tellement d'autres petits bonheur tout simple et qui ne nous nuisent pas ...

- la " séparation" ... je me suis rendue compte que j'avais extremement de mal à me " séparer" de qqch, de qqn ... énorme peur de la séparation (surtout depuis que ma maman est décédée il y a 2 ans ... :cry: ) . J'ai peur de me séparer de certaines choses,peur de jetter qqch , comme si ces choses que je garde me rassurent , ... peur du vide ( sorry je n'arrive pas à expliquer).

- grâce à la RA mon optimisme est monté en flèche ... on m'apelle même " petit rayon de soleil" " toi dès qu'on te voi on a envie de sourire" alors moi jsusi ravie de pvr entrainer une esquisse de sourire chez qqn... c'est si simple mais voir qqn qui ns sourit ou soi-même sourire çà ns change la journée je trouve !

- me retrouver + en accord avec moi même , avec mes réelles envie , me sentir + indépendante , savoir que ce sont mes choix, que je mange ce que je veux , qd je veux ( qd jai faim la plupart du temps mais pas tjs hein ;)) ... une sorte de liberté en somme...+ de confiance en moi aussi!

Bref au départ on suit la RA pr nos troubles alimentaires mais rapidement on se rend compte qu'il y a bcp + que l'alimentation derrière nos soucis ...et qd les soucis alimentaires semblent se réguler , çà ns fait prendre conscience d'autres troubles ( passés ou présent ..) et petit à petit là aussi on progresse ...

bonne soirée
54 ans Paris 136
Mylenange a écrit:
Comprendre, analyser la source, voir ce que cela nous a apporté en bien comme en mal, et ensuite tirer un trait sur les choses qui n'allaient pas en tirant les leçons.


Mylenange, effectivement. Et ça te semblait facile?

quote="Mylenange"]... j'ai aussi fait un petit travail sur moi.
Refléchir sur mes échecs, savoir ce que cela m'a apporté. Apprendre à ne plus parler avec des si.
Relativiser ce qui m'arrive en fait. Prendre plus de temps pour moi, tout en restant là pour les autres.

En fait, la R.A, je l'ai vu un petit peu comme une ouverture sur moi, sans pour autant virer dans l'égoisme, loin de là. Juste prendre plus soin de moi.
Et côté personnalité, plus calme. Parce que justement, j'ai réfléchi sur mon passé, j'ai sassé et ressassé des évènements, pour me rendre compte que finalement, malgré toutes les merdes qui me sont tombées dessus, que l'herbe n'était pas plus verte chez le voisin.

J'ai enterré mon adolescence d'une certaine façon.
J'ai fait la paix avec moi-même.

Et comment as tu pu entamer cette réflexion? C'est venu au bout de combien de temps? Mois, années? As-tu partagé la réflexion avec ton entourage? Est-ce venu toute seule? As-tu eu de l'aide?

biz
lb
54 ans Paris 136
CGP a écrit:
j'aurai aimé être capable de cette démarche à 20 ans, mais je n'avais pas assez de maturité.


Hello CGP,

et la maturité est venue avec les réflexions liées à la RA alors?

biz
lb
54 ans Paris 136
Pomdereinette a écrit:
.. Puisque pour moi, pour beaucoup d'entre nous, la nourriture est devenue le point clef de tout l'émotionnel.

Mais c'est aussi difficile, de "faire un trait" et apprendre à être autrement. Tout un apprentissage !


Pomdereinette,

je suis d'accord avec ton analyse, justement (sourire) le travail est difficile et voilà , mais apprendre à être autrement ou bien à se redécouvrir soi-même avec tous ces besoins...

biz
lb
54 ans Paris 136
myrtille81 a écrit:
... Et surtout je n'avais pas fait le rapport entre mes crises et mes achats.
...
Bref, je suis une femme plus ronde encore, mais qui arrive à l'accepter (il parait que c'est le premier pas pour maigrir, on verra, pas de stress ;))
Et puis je suis une femme plus libre
:D

myrtille81,
est-ce grave de faire des achats compulsifs alors? si le porte monnaie n'en souffre pas trop
j'aime bien m 'acheter des trucs, (normalement je n'aime pas trop faire des courses) et ça me fait du bien.. surtout en crise

Je suis d'accord, le premier cadeau qu'on se fait avec la RA c'est l'attitude plus zen par rapport à son corps lourd.

biz lb
B I U


Discussions liées