MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Dois-je impérativement laisser tomber cette histoire?

41 ans Briis sous Forges 2597
Je pense qu'une telle relation ne peut pas durer bien longtemps, viendra toujours le moment où l'un des deux craquera et finira par avoir des sentiments.
F
36 ans 60
Bonjour à toutes! Pour vous répondre:

@freudette: ben non, c'est bien là qu'apparaît le paradoxe... Je croyais cela mais je pense que son idée est plutôt qu'on profite et qu'on supprime la capote pour encore mieux profiter. Je crois qu'il est comblé sexuellement et que ça ne le dérange pas de s'imaginer fidèle... Le temps que ça dure.

@angelic: idem, et cela va nécessiter une petite discussion... Mais je crois simplement qu'il trouve ce qu'il cherche avec moi et n'a donc pas spécialement envie d'aller ailleurs...

@MaryMorgane: c'est intéressant pour moi de te lire, surtout quand tu parles de respect et d'affection. Comme j'en veux au mec de ne pas vouloir plus, j'oublie qu'il pourrait peut-être devenir un espèce d'ami complice (très complice)? À méditer selon la tournure que prennent mes sentiments.

@louis-cyfer: je pense que c'est un peu différent (de mon point de vue), je m'explique: comme c'est ton ex, c'est qu'il t'a déjà "choisie" une fois et cherché à te donner la totale. J'ai aussi connu ça et j'avouerais que dans mon cas c'était moins dûr que ce que je vis maintenant, car les autres aspects de la relation avaient déjà été consommés si je puis dire... Qu'en penses-tu?

@Nefertiti: oui, possible. Certes, les câlins font partie de la chose et je crains d'avoir commencé à interpréter ses gestes... Malgré tout quelle intensité dans ces moments proches et tendres...!!

@Câline et Caraba: les filles, je vous admire... Vous lire me rappelle ce que je pensais au début de cette histoire, avant que je veuille "plus". Oui, c'est un cadeau en soit, et quand je suis dans l'instant je le sens bien... Mais pensez-vous sérieusement que lorsque les sentiments viennent s'en mêler il est possible de reprendre raison? J'ai quelques doutes, et je crains même parfois de trop goûter au plaisir (et je me suis un peu refermée ces temps) de peur que ce soit si bon que je souffre d'autant plus... Mais j'aime tellement votre point de vue que j'aimerais bien vous entendre encore sur ce sujet, et si vous avez vécu des expériences similaires...

@Estree: c'est l'éternelle question... Quand le plaisir et le contact grandissent sans cesse, comment ne pas vouloir l'amour?
36 ans Niort, Deux-Sèvres 3657
Oui, c'est vrai que devenir une amie peut parfois être la bonne chose. Moi j'avoue que finalement, après reflexion, mes meilleurs "amants" (dans le sens homme avec qui j'ai partagé mon lit) ont été ceux avec qui je partageais une vraie complicité amicale car j'osais être moi même et leur parler de mes soucis. Par contre, le jour où la jalousie s'est installée, si j'avais envie, je demandais à officialiser les choses, si je ne voulais pas, je clarifiais les choses et on passait au stade amical...
Pour moi ça a fonctionné mais on m'a toujours dit que j'avais le comportement sexuel d'un mec avant mon mari :roll:
49 ans strasbourg 6049
>J'ai aussi connu ça et j'avouerais que dans mon cas c'était moins dûr que ce que je vis >maintenant, car les autres aspects de la relation avaient déjà été consommés si je puis >dire... Qu'en penses-tu?

non je pense pas parce que... en fait la première phase je me suis laissée faire, "humilier", jalousie maladive etc... et la deuxième j'ai choisi mais j'ai aussi posé mes règles. et elles ont été respectées pour la plupart. sauf qu'il m'a encore prise pour une conne :D et une fois de trop. la fois suivante quand je me suis attachée au monsieur suivant et que j'ai pris la porte (donc le fucking friend qui m'a dit je t'aime bien), ca a été beaucoup beaucoup plus facile. pour moi il n'y avait pas d'enjeu. y'avait juste moi qui me suis pris un vent, et ca ca n'a aucune importance... ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort comme disait l'autre. cette fois là à part mon moral, j'avais à manger, un toit sur, et ma fille en bonne santé. le reste, c'est vraiment accessoire.
53 ans Out of Africa... 4355
florane a écrit:

Mais j'aime tellement votre point de vue que j'aimerais bien vous entendre encore sur ce sujet, et si vous avez vécu des expériences similaires...


Dans le sens inverse en fait. Un homme qui était amoureux de moi tandis que moi j'en étais au stade "bien être". Son angoisse de n'être pas aimé en retour finissait par prendre toute la place : il n'y avait plus que ça dans la relation. Ca parasitait tout le reste. Du coup, ça ne me convenait plus et j'ai mis fin précipitamment à cette histoire.

Nous n'évoluons pas tous au même rythme, moi j'ai besoin de temps pour ressentir de l'amour envers quelqu'un et je n'aime pas qu'un homme me presse et me fiche ses angoisses sur le dos parce qu'il a peur que ses sentiments ne soient pas partagés.

Je ne sais pas si je t'ai éclairé, je ne peux que parler de moi n'étant ni toi ni le monsieur en question :lol:
53 ans Out of Africa... 4355
florane a écrit:
Quand le plaisir et le contact grandissent sans cesse, comment ne pas vouloir l'amour?


Je ne sais pas si on peut "vouloir" l'amour. Il y a le plaisir d'être ensemble, le plaisir charnel, le plaisir de partager des moments agréables qui sont pour moi de l'ordre du plaisir justement.

Et l'amour, qui comme je le disais plus haut, prend plus de temps (pour moi) à se mettre en place car le désir d'être avec quelqu'un ne signifie pas que je l'aime profondément. Pareil pour le "manque de l'autre" : un être peut me manquer sans que je sois vraiment amoureuse.

Pitain, pas facile à mettre en mot :lol:
F
36 ans 60
Câline, ça me touche de te lire. Je pense fondamentalement que je n'ai pas atteint une assez grande maturité sexuelle (savoir prendre du plaisir pour le plaisir) et surtout affective (me sentir adulte et construite par rapport à ce que je ressens).

J'entends par là que je me sens encore trop angoissée face à l'incertitude, au doute, au sentiment de ne pas être acceptée entièrement. J'entrevois une grande libération le jour où je saurai profiter de l'instant, et me positionner comme une adulte quand la situation ne me conviendra plus. Pour l'instant j'en suis plutôt à ronger mon frein et angoisser comme une gamine.

Bref, je vais laisser couler le temps de la séparation et viendrai vous redonner des nouvelles ;-))
53 ans Out of Africa... 4355
florane a écrit:
Câline, ça me touche de te lire. Je pense fondamentalement que je n'ai pas atteint une assez grande maturité sexuelle (savoir prendre du plaisir pour le plaisir) et surtout affective (me sentir adulte et construite par rapport à ce que je ressens)...


Toi 25 ans, moi 41 hein ;) J'ai donc une (touuuuuute) petite longueur d'avance ! :lol: Moi aussi, j'aurais bien aimé etre déjà celle que je suis aujourd'hui il y a 20 ans. Punaise la jeunesse avec la confiance en moi et un début de sagesse : le pied :lol: Ben non, j'ai appris au fil du temps, avec mes expériences de vie... Pffffff

Essaies peut-etre de t'interroger sur ce qui te fait le plus peur dans cette situation : perdre cet homme ? Perdre cet affection qu'il t'apporte et qui donne des couleurs à ta vie ? Retrouver ta solitude d'avant ? ect... histoire de te centrer sur toi-même et sur tes ressentis.

Bon courage et quoiqu'il arrive, comme je te le disais, c'est cadeau de la vie ce que tu as vécu. ;)
F
36 ans 60
Salut à toutes/tous!

Petit compte-rendu de la suite de cette histoire: eh oui, mon coeur s'est mis à battre de plus en plus fort, et ma tête à y croire... Monsieur: "Oui, je pars une année, mais je pense à m'engager avec toi, je sais pas encore..."

Quel homme dit ça à part un homme qui éprouve des sentiments?

Mais quelques jours après, discussion avec le mâle (pour qui parler de son vécu n'est vraiment pas une évidence, je lui quémande les mots à chaque fois): "Oui, j'ai sans doute des sentiments, mais il n'est pas question qu'ils s'expriment maintenant, vu que je vais partir:"

Et le pire: "Non, je ne suis pas amoureux".

Ca m'a cassée... D'une part car je croyais vraiment qu'il l'était, ou du moins s'en rapprochait. Mais aussi, mon plaisir avec lui était proportionnel à la foi que je mettais en notre rapprochement et l'égalité de nos sentiments. Finalement, j'arrive encore bien à prendre du plaisir quand je le vois, mais j'ai de la peine... C'est comme si je devais sans cesse "réfréner" mon coeur et ça me fait mal, d'autant plus que je vois ce qu'il ferait s'il était amoureux et ne fait pas à l'heure actuelle.

Il part dans un mois pour une année et je déprime complètement... Comment m'en sortir? Le revoir encore ou tirer complètement un trait dès maintenant? Me détendre et essayer d'apprendre la sagesse "Câline" ;-) en prenant le meilleur de l'instant (si j'en suis capable?)

C'est toujours avec beaucoup de plaisir et d'attention que je lis vos suggestions ou propres histoires... Merci d'avance!
A
37 ans France 2875
A savoir si tu dois tirer un trait dès maintenant ou attendre qu'il parte, toi seule peut répondre...

Tu sais, son départ n'est peut être pas une si mauvaise chose. S'il n'est pas amoureux de toi, s'il n'envisage de s'engager sérieusement et sincèrement envers toi, son départ te facilitera la tache. Au moins voilà, il sera parti, et tu n'auras plus à te demandé si tu dois partir, rester, souffrir, garder espoir... Finalement c'est peut être ce qui fait que tu réussiras à te détacher de cet homme, à tourner la page, et t'ouvrir à quelqu'un d'autre.

Je te dis tout ça en sachant que c'est difficile quand on a des sentiments. Je le sais pour avoir vécu la même histoire que toi, sauf que c'est moi qui suis partie un an. Et que de me détacher sentimentalement de cet homme me paraissait inimaginable. Il y avait une telle alchimie, une telle tendresse émanant de ses caresses, de ses baisers, de sa façon de me parler, ses petites attentions quotidiennes... seul un homme amoureux pouvait se comporter ainsi ! Et pourtant... il n'a jamais ressenti plus que de l'affection sincère, un coup de coeur pour moi. De mon côté il avait conquis mon corps comme personne, ma tête, mon coeur. Au départ il n'était qu'un coup de coeur, et plus je le connaissais, plus j'étais persuadée que c'était Mon idéal.

Je suis donc partie un an, avec l'idée qu'on s'organiserait tout de même des petits week end, des vacances vu que je n'étais "qu'à" 400kms.
Sans m'y attendre, sans le vouloir, quelques mois après mon départ un autre homme est arrivé dans ma vie. Une semaine après cette nouvelle rencontre était prévu un week end avec l'homme en question. Le premier depuis mon départ. Et je l'ai annulé.
J'en était arrivée à croire que plus jamais, même lorsque je serai en couple, moi la femme fidèle que je suis, je pourrai dire non à ses avances. D'ailleurs ça me préoccupait, un jour ou l'autre il aurait fallu que je coupe totalement tout contact avec lui, puisque, même en m'imaginant mariée, amoureuse, heureuse dans une couple solide, je ne voyais pas comment puiser la force pour lui résister. Et pourtant... sans me forcer aucunement, je l'ai appelé, je lui ai dit que je venais juste de rencontré quelqu'un, que rien de "concret" ne s'était encore passé, mais que j'avais envie nous donner une chance, et, de fait, j'ai annulé nos "retrouvailles" à 2 jours de son arrivée chez moi. Il a compris, on est resté bons amis.
Ca vient de faire 1 an et demi, et j'ai bien fait, puisque je n'ai jamais été si heureuse et amoureuse.
Avant hier encore cet homme me disait que (sexuellement) je lui manquais, qu'il avait envie de me voir pour autre chose qu'un café.
Oui mais non. Je suis heureuse avec l'homme qui partage ma vie, pour rien au monde je ne le tromperai. Je garde un merveilleux souvenir de notre "relation", je le revois avec plaisir en tant qu'ami, mais ça s'arrête là. Et pourtant, tu vois, il n'y a même pas deux ans, il était impensable de me défaire de ce lien qui, au final, pour lui n'a jamais été rien de plus que de la "tendresse sexuelle".

;)
F
36 ans 60
Salut Angelic,

Merci pour ta réponse qui me parle beaucoup :-) Je suis impressionnée de voir avec quel recul tu parles de ton histoire. Je ne peux que me souhaiter la même chose!

Je voulais te demander, cet homme a-t-il toujours été clair avec toi? Et comment as-tu géré d'apprendre qu'il n'était pas amoureux, seulement "amant-aimant"? Tu t'es sentie abandonnée parfois? Parce que perso j'en souffre, je fais des mini-crises d'abandon dont je n'ose pas lui parler car que puis-je bien lui demander, on n'est même pas ensembles...

J'ai aussi envie de te demander si parfois cet homme te manque? Penses-tu encore à ce que vous avez vécu ensembles, et compares-tu avec ton actuel? Et aussi, qu'en est-il sexuellement? Après avoir vécu quelque chose d'aussi fort, comment es-tu avec ton compagnon actuel, as-tu des regrets, des pensées pour l'autre? Compares-tu les deux histoires?
A
37 ans France 2875
Oula la, tout plein de questions ! :lol: Je vais essayer de te répondre sans rien omettre.

Je suis contente que ma réponse te parle beaucoup. C'est fou comme je me reconnais (enfin moi il y a quelque temps) en toi aujourd'hui. Du coup si mon expérience peut t'aider, j'en suis ravie.

Alors, alors, mes réponses :

oui, cet homme a toujours été très clair avec moi, selon lui... ;) Moi j'ai pas toujours voulu le comprendre. Quand on s'est rencontré, il m'avait dit qu'il aimerait se poser, se stabiliser, mais que tant qu'il ne trouvait pas la femme dont il tomberait amoureux, il profiterait de son célibat. Au début il était clair qu'on ne ferait que "s'amuser un peu". Oui mais voilà, je ne m'attendais pas à cette alchimie moi !!! petit à petit j'ai appris à le connaitre, et je l'ai aimé. J'ai toujours gardé l'espoir que peut être, un jour, il s'apercevrait qu'il m'aimait. Faut dire qu'il était si tendre, si attentionné, si adorable... qu'il me faisait tant de compliments (sur plein de domaines différents), on s'entendait très bien, etc. donc si moi je craquais, pff, forcément il craquerait aussi, c'était pas possible autrement. Il était Mon idéal, je devais bien être la sienne ! :roll: ;) lol
Donc tu vois, oui lui m'a toujours dit qu'on ne faisait que s'amuser, mais en même temps, il ne m'a jamais ôté l'espoir qu'un jour je serai celle avec qui il aimerait fonder un foyer.

A chaque fois que cette réalité émergeait, moi je plongeais... j'irais pas jusqu'à dire que je déprimais, mais pas loin. Heureusement, j'suis d'un naturel optimiste ! lol
Je me suis sentie abandonnée à chaque fois qu'on se quittait, après chaque conversation où je savais qu'après il sortait avec ses amis et où il pourrait rencontrer du monde. Comme toi je ne lui en ai jamais parlé, et ce pour deux raisons : on n'était pas ensemble, et j'avais peur que s'il me sentait "trop attachée" à lui, il s'éloignerait pour ne pas me donner de faux espoirs. Alors je souffrais en silence. Et puis j'espérais à nouveau. C'était très cyclique.
Mais j'ai beaucoup souffert quand j'ai compris qu'après autant de temps passé avec lui, s'il n'avait pas ressenti de sentiments amoureux envers moi, il n'en aurait jamais. Ca a été très très très difficile. J'insiste, mais vraiment j'étais persuadée que je ne pourrais jamais trouvé un homme tel que lui. Absolument chaque trait de sa personnalité correspondait à mes envies, mes attentes, mes espoirs. Il était parfait, même dans ses défauts! Dur de se dire qu'on touche un rêve, mais qu'on ne l'aura jamais pour soi entièrement..
C'est aussi pour ça que je m'abstiens de te dire "oui mais peut être que son départ pour un an sera un révélateur de ses sentiments". Oui peut être. Mais peut être pas. Vaut mieux arrêter d'espérer, si on veut avancer (et si jamais il viendrait vers toi tout amoureux, ben... belle surprise si tu ne l'attends plus...)

Est ce qu'il me manque ? Non. mais je reviendrai sur ce point après.
Est ce que je repense à ce qu'on a vécu ensemble? oh que oui !
Est ce que je compare avec mon actuel ? oui et non. Je ne compare pas réellement, juste qu'il m'arrive de réfléchir à mon parcours de vie, mes anciennes histoires, comment je me sentais, ce qu'elles m'ont appris, apporté, et ce que je vis en actuellement. Dans ces moments là, ma réflexion est plutôt celle dont je te faisais part hier soir : je ne m'imaginais pas sans lui, c'était trop parfait pour que ce ne soit pas LUI. Et pourtant, pour rien au monde j'échangerai ma relation avec mon homme, pour une vie de couple avec lui.

Sexuellement (et c'est là que je reviens sur une précédente question), effectivement, après avoir vécu quelque chose d'aussi fort, tout nous parait fade... pense-t-on avant de vivre autre chose ;)
Si je dois être honnete jusqu'au bout, je n'ai pas retrouvé le même type de relation avec mon actuel. C'est totalement différent, aussi bien dans le ressenti physique, que dans les pratiques, etc. mais, pour autant ce n'est pas moins bien.
Je n'ai aucun regret, ni pensées "d'envie" envers l'autre. Ca fait parti de mon passé, et d'une de mes plus belles relations malgré tout (vu ce que j'ai vécu, ressenti...) je ne peux pas l'oublier. C'est avec beaucoup de plaisir et de douceur que j'y repense, avec un peu de nostalgie aussi.
Il m'arrive donc de repenser à cette histoire, mais il ne me manque pas, pas comme on pourrait l'imaginer.
J'ai quand meme un sentiment d'inachevé avec lui : des choses qu'on aurait aimer faire ensemble, qu'on avait prévu de faire et qu'on n'a pas eu le temps de faire. Après coup, et cette fois ci d'un point de vue purement sexuel, on s'est rendu compte qu'on avait plein d'envies communes dont on ne s'était jamais parlé lorsque l'on se voyait, et la première fois ça m'a fait comme un petit pincement : "si on avait su...". Mais cette pensée est partie aussi vite qu'elle était venue ! lol

Aujourd'hui c'est plutot le bon pote qu'il était qui me manque, parce que meme si on garde contact (de loin), meme si on s'est rapproché géographiquement (on travaille à 4 kms l'un de l'autre, je passe devant chez lui quasi tous les jours pour aller bosser lol) on ne se voit plus trop (incompatibilité d'emplois du temps).

Je me suis totalement détachée de ce que je ressentais pour lui il y a 1 an 1/2. A tel point que la semaine passée on a eu une longue conversation sur notre vie quotidienne actuelle, et puis on en est venu à parler de notre ancienne relation. Du manque qu'il a de moi, l'envie forte qu'il a de me voir car il éprouve un désir sexuel encore présent envers moi. Je te mentirai si je te disais que ça ne m'a rien fait. Mon égo s'en est pris plein !!!! lol ça m'a flatté, mais ça ne m'a pas donné envie. Pas le moins du monde.

Autant fut une époque où j'étais persuadée que "l'autre" était l'homme qu'il me fallait, autant aujourd'hui je SAIS qu'il n'était pas l'homme de ma vie. Si j'ai énormément de tendresse pour cet homme, j'ai encore bien plus d'amour pour Mon homme. ;)
L'évidence que je ressens actuellement avec mon homme n'a juste rien à voir, c'est inexplicable, impossible pour moi à mettre en mot, mais une chose est sure, ce n'est pas du tout la même chose qu'avec mon "ex" (si tant est que je puisse le nommer ainsi).
44 ans 93 1174
Heu moi je pense que le coup du "je ne suis pas amoureux" c'est aussi pour se protéger, il va partir une année et n'a sans doute pas envie de te peiner et de t'obliger à l'attendre.
F
36 ans 60
Salut Angélic,

Merci beaucoup pour ton récit... Je trouve que tout ou presque est dit. Même si nous n'aurons peut-être pas le même parcours, je suis très touchée de lire tes mots, de percevoir les différentes étapes de ton cheminement. Je veux bien te croire quand tu dis que tu vis actuellement une évidence dans l'amour qui n'est pas ébranlée par ton passé. Je suis même assez rassurée de savoir que dans ta situation, tu profites pleinement de ton présent sans tout ramener à l'autre. C'est beau, bravo à toi et je te souhaite tout le meilleur avec ton amour :)

Perso je pense que je vais encore essayer d'extirper quelques mots à mon cher mâle avant son grand départ... Il s'est quand même montré très paradoxal. Pour dire, quand il m'a dit qu'il n'était pas amoureux, ça a été très dur. Quelques jours après, on était au bar, un peu cuits, et je lui ai dit avec toute la force de ma "douleur": "Alors, t'es même pas un peu amoureux de moi?" "Ecoute, pour moi être amoureux c'est tout ou rien." "Alors qu'est-ce que tu fais encore ici, avec moi???" "Eh bien je pense qu'avec toi ça pourrait être tout".

Bref, de tout ce qu'il m'a dit j'en déduis qu'il aurait pu s'ouvrir et ressentir sans le voyage. Mais le voyage est prioritaire - ce que je respecte. J'ai néanmoins besoin qu'il me donne encore quelques mots/explications avant de partir... Pour baliser un peu tout ce paradoxe...

Huitre, cela rejoint ce que tu dis. Possible qu'il se protège, il ne l'a pas nié quand je l'ai évoqué d'ailleurs. Une chose est sûre, il va partir, et c'est dur pour moi tout comme ça n'est peut-être pas évident pour lui. À ce stade je ne demande pas une histoire, mais j'aurais encore besoin de savoir où il en est vraiment, bref... La suite au prochain épisode!
A
37 ans France 2875
C'est exactement pour ça que j'ai ajouté ceci à mon texte avant de le poster :
C'est aussi pour ça que je m'abstiens de te dire "oui mais peut être que son départ pour un an sera un révélateur de ses sentiments". Oui peut être. Mais peut être pas. Vaut mieux arrêter d'espérer, si on veut avancer (et si jamais il viendrait vers toi tout amoureux, ben... belle surprise si tu ne l'attends plus...)

C'est vrai qu'avec ce que tu relates, j'aurais du mal, moi aussi, à laisser tomber. (quelques ti verres de plus lors de la prochaine soirée... histoire d'en savoir encore un peu plus ;) noooon, je plaisante, évidemment... lol)

Le conseil que je te donnerai, serait de profiter de vos moments ensemble jusqu'à son départ. Après tout, son départ sera difficile pour toi, alors maintenant ou dans un mois, autant avoir un mois supplémentaire de bons souvenirs, non ?
Et puis après...
Si vous gardez contact durant cette année tu verras bien. Tout peut arriver : une rupture totale, une rupture de lien juste le temps de son voyage, un nouvel amour, une déclaration de sa part avant même de partir... qui sait ;)
Tiens d'ailleurs, avez vous déjà discuté de comment évoluera votre relation avec son départ?

La vie est faite de tellement de surprises parfois ! faut s'attendre à tout, mais continuer d'espérer le meilleur.
B I U


Discussions liées