MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

La place du papa au cours de l'allaitement

46 ans 17521
Pour répondre à Skyquest, je pense qu'en tant que mère, je me dois de défendre ce que je crois être le mieux pour mon enfant... surtout si "le mieux" (du  
moins ce que je considère comme tel) ne dure que peu de temps... je ne parle pas d'allaiter jusqu'aux 18 ans de l'enfant et de repousser le papa dans ses avances sexuelles vis à vis de la mère... :roll:

Alors oui, qu'un père fasse un caprice (car pour moi c'en est un), je trouve ça égoïste de sa part, parce dans ce cas, il ne pense pas au bien-être de son bébé, juste au sien, et qu'il y a des milliers d'autres choses à partager avec son enfant : pourquoi se cramponner à celle-ci, si ce n'est par caprice (et une part de jalousie très probablement ?)...

Quand on a un enfant, on fait quelques sacrifices, à commencer par la mère qui fait déjà le sacrifice de son corps, et bien souvent de sa carrière... ce sont des choses qui hypothèquent parfois une vie... alors le caca nerveux pour quelques mois d'allaitement, ça va, quoi... :lol: Moi je n'ai jamais réussi à me tirer la moindre goutte au tire-lait, donc même si j'avais voulu, le papa n'aurait pas pu donner le bib de mon lait... et si mon allaitement avait fonctionné complétement, ben pour ma fille, je m'y serais accroché, et tant pis si mon conjoint (qui, je viens de m'en rendre compte, n'a pas répondu au post hier soir) l'aurait eu mauvaise... Parce que je voulais (ce qui me semblait être) le mieux pour mon enfant... Je pense qu'un homme a tout à fait le droit d'exprimer des désirs, comme celui de nourrir son enfant... mais pourquoi vouloir mettre en péril quelque chose de déjà fragile comme l'allaitement ? Je le répète, pour moi, ce n'est ni plus ni moins que de l'égoïsme...

Pour te donner un exemple, c'est comme si mon mec voulait qu'on fasse manquer une semaine d'école à notre fille, parce qu'il veut partie en vacances "maintenant"... pour moi, ça n'a aucun sens, et ça serait un "non" catégorique... car je considèrerais que le bénéfice de l'école est supérieur à celui des vacances qu'on pourrait prendre avec une semaine de décalage... c'est exactement ça...

Alors oui, tu me trouves peut-être égoïste moi-même ou extrémiste, mais clairement si mon homme s'était opposé à l'allaitement, ben j'aurais pris mon bébé sous le bras, et je serais allée chez ma mère pour avoir la paix pendant quelques temps, le temps de pouvoir faire tranquillement ce que je pensais meilleur pour mon bébé... ça, c'était non négociable dans ma tête, et heureusement que mon conjoint pensait de la même manière que moi... De même que je refuse que quand il sort avec notre fille, il la laisse marcher sur la route sans tenir la main, quoi... si il faisait ça, ben je ne le laisserais plus sortir avec elle, si j'avais le sentiment qu'il la met en danger... Ben là, c'était la même chose pour l'allaitement... non pas qu'il l'aurait mise en danger, j'entends bien, mais plutôt que j'aurais eu le sentiment de ne pas lui donner le meilleur (je sais que tu n'es pas d'accord, mais c'est mon avis à moi) et j'ai déjà assez de mal à accepter de ne pas avoir pu allaiter ma fille correctement...

Maintenant, comme tu le dis, si dans le trio père mère enfant un des protagonistes n'est pas bien, c'est bancal... Ben franchement, les premiers temps, je pense que la relation avec la maman est plus importante, plus fusionnelle, justement parce que c'est la mère qui l'a porté 9 mois... et si ça doit être bancal, autant que ça soit du côté du père... c'est dommage, mais en même temps c'est moins grave que si c'est la mère qui est "bancale", et inutile de dire qu'une femme qui souhaite allaiter et qu'on empêche de le faire doit être plus que bancale... surement autant qu'une femme qui ne le voudrait pas, mais qu'on obligerait à le faire (mais je pense qu'assez rapidement, le lait ne viendrait plus)...

De la part de l'homme, je trouve que vouloir mettre en péril l'allaitement pour son caprice, c'est (quelque part) une violence faite à la femme et au bébé, tout simplement... comme l'a dit Mamisha (je crois), il a tout le temps de nourrir son bébé, mais curieusement bien peu d'hommes se jettent sur le babycook une fois qu'on passe à une autre alimentation... :-k

Et quand tu dis
Citation:
Discutez, remettez cela sur le tapis aussi souvent que nécessaire. Je suis sûre que quelque soit la solution que vous trouverez (allaitement exclusif, allaitement mixte ou biberons), au moins cela sera votre solution, à tous les deux en tant que couple et futurs parents. Wink

Et il sera toujours temps par la suite de réajuster ou revoir votre choix en fonction de bébé. Wink


Ben là non plus je ne suis pas d'accord... et même si les considérations techniques t'emm*** :twisted:, ben c'est pas quand elle aura donné les biberons qu'elle pourra éventuellement revenir à un allaitement complet comme elle voudra, quand monsieur aura donné ses 3 biberons et que ça le saoulera... Et ne me tombe pas dessus, c'est arrivé à une amie, qui a sacrifié son allaitement alors qu'il lui tenait à coeur, pour son mari qui au final, a laissé tombé les biberons assez rapidement parce que "c'est trop long" :shock: Donc j'ai bu ma cop donner elle-même les bibs à contre-coeur, alors qu'elle souhaitait allaiter et qu'elle n'a pas su remettre en route que qui fonctionnait tout seul au départ... :?

Moi je pense que Cerizette doit faire comprendre à son mari les bénéfices de l'allaitement pour le bébé, puisque c'est ce qu'elle souhaite... et qu'il doit respecter cela... rien ne l'empêche d'être sur le canapé avec eux pendant la têtée, d'être présent par le contact avec le bébé et la maman... mais faut arrêter avec les caprices... [-X
71 ans 3528
Cerizette, je viens de poser la question a mon mari, histoire de repondre a ton post. Il a (ca ne m'etonne pas ;) ) la meme vision que moi, en gros il trouve ca "normal" qu'une mere allaite son bebe, par contre il trouve ca bien de pouvoir donner un bib si la mere s'absente (ca a ete mon cas, j'ai repris le boulot tres tot et je tirais mon lait, il gardait la puce et lui donnait le bib). Par contre, il sait que si suivant il y a j'essaierai au maximum d'etre a la maison pendant la periode d'allaitement exclusif et que je ne lui preparerai pas de biberons a donner "juste pour le plaisir", mais ca ne l'etonne pas et ne le gene pas.

J'ai l'impression que, pour lui comme pour moi, l'importance du biberon passe un peu "au dessus". Il se sent bien dans sa place de pere, n'a pas l'impression que je lui ai vole quoi que ce soit en allaitant ma fille ni qu'elle l'ai prive de sa compagne. Comme il le dit lui meme, il y a plein d'autres choses a faire.

Tu sais, il y a des peres qui "jalousent" un peu la grossesse de leur femme: le bebe qui "prend toute la place" mais aussi la relation fusionnelle qui s'installe, les sensations, la "realite" de la grossesse qui peut leur sembler un peu abstraite a eux. Ca n'est pas pour autant qu'un homme va demander a sa compagne de ne pas etre enceinte pour l'etre lui ;) Parallele un peu comique mais tu auras compris que l'allaitement est une suite naturelle, offert par la mere uniquement...

Bref, puisque tu n'es pas encore enceinte vous avez un peu de temps pour y penser et en discuter. Mon conseil serait deja de t'informer toi, puisque tu as le desir d'allaiter, et de parler avec ton mari pour savoir ce qui est si important pour lui dans le fait de donner le biberon. Il se fixe peut etre la dessus parce que c'est la seule chose qu'il arrive a imaginer avec un bebe (un bebe et ce que ca represente reste assez flou tant qu'on n'en a pas un). Ensuite, tu peux essayer de l'informer avec toi sur l'allaitement, pourquoi c'est important pour toi etc. Peut etre que de rencontrer des papas comme ceux dont on parle ici, pour qui l'allaitement a ete tres bien vecu, pourrait l'aider?

Dans tous les cas, bonne chance dans votre reflexion, je trouve tres important que le papa soutienne la maman durant l'allaitement qui peut parfois etre difficile (physiquement, angoisses, jugements etc.). ;)
49 ans 76 10598
Je viens de poser la question à mon mari et voici sa réponse :

Je n'ai vu absolument aucune différence dans mon rôle de papa alors que j'ai donné le biberon à la première et pas à la seconde. Ah si, j'ai pu dormir la nuit pour la seconde. :P

Cette histoire de place du papa différente si biberon ou pas, c'est un faux problème. ( alors là, attention à l'exemple par l'image :roll: ) C'est comme trouver une différence entre manger à la fourchette et manger à la cuillère. Certes, les méthodes différent mais au final, on mange pareil ( bon, sauf si c'est de la soupe, bien sûr :mrgreen: ).

De plus, l'allaitement reste le choix de la mère. Nous sommes des mammifères, qui dit mammifère dit mamelles et donc les femmes sont naturellement équipées pour nourrir bébé au sein. Il ne peut y avoir d'égalité à ce sujet ... comme pour la grossesse d'ailleurs. Si il faut un homme et une femme pour créer un bébé, il n'en reste pas moins que le choix final revient à la femme.
Le père a certes un rôle consultatif mais pas décisionnaire, quoiqu'on fasse.

Pour conclure, c'est à la mère de choisir si elle souhaite allaiter ou pas et au papa de tout faire pour la soutenir.


Pour répondre à Skyquest, j'adhère ( comme ma femme d'ailleurs) à 500% au discours de Karen. ;)
S
111 ans 3793
Alors, mamisha, chloecamille, Karen il me semblait avoir commencé par cette phrase (comme quoi il faut tout lire... )

Skyquest a écrit:

Si le papa soutient et adhère au fait que la maman allaitera, je veux bien pas de souci, les deux sont sur la même longueur d'onde. Tout va bien ! :D


Cela sous-entendait que c'était une décision conjointe. En aucun cas, je n'ai jamais dit ou même pensé que vous aviez imposé cela à vos conjoints. Ne pas me faire dire, ce que je n'ai pas dit.

Par contre karen, non, non et non, je ne trouve qu'il vaut mieux que la relation soit bancale avec le père qu'avec la mère... Non, non, et non je ne trouve pas qu'un père qui exprime clairement son envie de donner le biberon à son enfant fasse un "caprice" et que cela ne mérite pas que cela soit au moins discuté au sein du couple. Sincèrement ça me choque terriblement ce genre de discours, oui je trouve cela terriblement fermé et égoïste.
Le bien être de l'enfant passe aussi par celui des deux parents !

Mamisha, "pour être une bonne mère soyez une mère allaitante" n'était qu'une image, le second, troisième, quatrième degré ça existe... Je n'ai jamais considéré qu'une mère qui allaitait ou pas était une bonne ou une mauvaise mère. D'ailleurs à part dans le cas de maltraitance, qui peut être capable de dire qu'on est bon ou mauvais parent ? Chacun de nous manquerait cruellement de recul pour oser ce genre de jugement.

Et oui, je maintiens, votre discours me choque. Revendiquer le droit d'allaiter oui, mais au mépris de ce que souhaite le père quand il l'a exprimé clairement, comme dans le cas de cerizette par exemple, sans au moins qu'une discussion et qu'un dialogue soit possible non !


La place de la mère n'est pas "sacrée" pour moi, la place des parents l'est. C'est très différent.
Même si parfois derrière les mots les parents, ce n'est qu'une mère ou un père seul. Mais ça c'est un autre sujet.

Je maintiens ce que j'ai dit à cerizette. Qu'elle en parle avec son mari et qu'ils prennent la décision qui leur conviendra le mieux pour que tout se passe bien.

Et l'argument d'être des mammifères, et d'avoir des mamelles pour allaiter, pour moi ne tient pas. Car dans ce cas, on peut tout autant dire et affirmer que nous avons des ovaires et un utérus donc nous devrions pas prendre de contraception puisque nous sommes "équipés" pour porter et mettre des enfants au monde, pourtant aucune d'entre nous ne remettrai notre droit à la contraception en cause.

Je le répète allaiter ou pas selon moi est une décision de couple prise en considérant tous les paramètres, points de vue et croyances des 2 parents.

Notez que j'ai mis en gras certaines phrases pour éviter toutes ambigüités. ;)
49 ans 76 10598
Citation:
Et l'argument d'être des mammifères, et d'avoir des mamelles pour allaiter, pour moi ne tient pas. Car dans ce cas, on peut tout autant dire et affirmer que nous avons des ovaires et un utérus donc nous devrions pas prendre de contraception puisque nous sommes "équipés" pour porter et mettre des enfants au monde, pourtant aucune d'entre nous ne remettrai notre droit à la contraception en cause.


Je ne vois pas trop le rapport avec la phrase de mon cher mari. Que vient faire la contraception là-dedans? :-k

Oui, nous avons des seins, oui nous avons des ovaires et un utérus, donc oui, pour lui, le choix final appartient à la femme, quoiqu'on en dise. C'est elle qui peut allaiter, c'est elle qui peut avoir des enfants ou non.
Je ne comprends vraiment pas ( et lui non plus) ton lien avec la contraception.

Mais bon, si on va par là, réutilisons ton argument : tout comme tu trouverais certainement scandaleux qu'un mari impose une grossesse à sa femme en l'empêchant d'utiliser une contraception, on peut également trouver scandaleux d'imposer le biberon si elle veut allaiter, non?
Oui, je sais, c'est bancal mais cet argument l'est depuis le début alors. :roll:


Je suis totalement d'accord pour dire que le bien-être de l'enfant passe par le bien-être de ses parents. Qu'il faut qu'il y ait un dialogue et une entente etc...
Mais je maintiens qu'il y a des points où, si j'accepte que le papa exprime son avis, je maintiens que la décision finale revient à la maman et à elle seule.
C'est le cas de l'allaitement.

Prenons d'ailleurs le problème inverse : penses-tu qu'une femme, ne souhaitant pas allaiter pour X raisons, devrait quand même le faire si son mari y tenait plus que tout?

Qu'ils en parlent oui, que chacun donne ses arguments oui mais il n'en reste pas moins qu'à la fin, le choix est entre les mains d'une seule personne, la maman.
Tout comme j'imagine le calvaire d'une femme qui se force à donner le sein alors que cela lui est insupportable, j'imagine tout autant le désarroi d'une maman devant renoncer à donner le sein parce que quelqu'un d'autre l'aura voulu.
71 ans 3528
Attention, personne n'a dit qu'il ne faille pas dialoguer, par contre que le souhait du papa soit une raison au dialogue: oui, mais qu'il soit une raison pour abandonner un projet d'allaitement: non, c'est hors de question.

J'imagine que cela te choquerait que, suite au souhait de son mari qu'elle allaite, une femme allaite son bebe a contre coeur alors que son projet/desir premier est de ne pas allaiter. Qu'elle change d'avis en cours de dialogue, soit, mais de quel droit un homme pourrait lui imposer d'allaiter? Et de quel droit pourrait-on l'encourager a faire quelque chose qu'elle ne souhaite pas ?

Ici on est dans le cas contraire: Cerizette souhaite allaiter, son homme aimerait donner des biberons au bebe. Ils vont dialoguer, a partir de la tout est possible. Sur ce point la, on se rejoint, mais je ne pense pas, comme toi, que la decision finale doit forcement etre conjointe (si personne ne change d'avis la decision revient a mon sens a la mere que ce soit d'allaiter ou de ne pas allaiter)d'autant que ne pas allaiter exclusivement peur faire capoter un allaitement . Quand au reste de ton discours, je me demande du coup quel etait son but...
71 ans 3528
chloecamillee, les grands esprits se rencontrent ;)
49 ans 76 10598
mamisha a écrit:
chloecamillee, les grands esprits se rencontrent ;)


C'est ce que je vois. ;) :D
S
111 ans 3793
Mais je n'ai jamais dit que la mère devait absolument renoncer à son projet d'allaitement ! :lol:

Mais arrêtez d'essayer de me faire dire ce que je n'ai pas dit !

J'ai le droit aussi de dire que d'exclure forcément le père sans discussion n'est pas juste/bon/correct à mon avis. Que se soit dans le choix d'allaiter ou de ne pas allaiter.

Un enfant, ça se fait à deux, ça s'élève à deux, les décisions, toutes les décisions (même celle là) , doivent être prises à deux, dans le respect de chacun !

Le parallèle entre la contraception et l'allaitement est pourtant évident. Tu as des seins donc tu allaites, c'est la même chose pour moi, que dire : tu as un utérus donc tu es programmé pour faire des enfants, puisque c'est naturel, ne pas aller contre nature. Voilà le parallèle.
Par contre vouloir ou ne pas vouloir un enfant, allaiter ou ne pas allaiter : le choix est aussi celui de l'homme. Quoiqu'on en dise... il a la possibilité de tourner les talons dans le premier cas, dans le deuxième celui de ne pas s'impliquer dans l'éducation de l'enfant puisque son opinion ne compte pas. Comme quoi, le choix final...

Alors je n'ai jamais dit qu'il fallait qu'elle renonce à son allaitement, juste dit qu'il fallait qu'elle en parle avec son conjoint et que certains de vos écrits me choquaient profondément car je les trouvais extrémistes. Ce n'est pas pareil.

Décidémment je conçois que c'est un sujet sensible mais quand même ! :roll:
49 ans 76 10598
Skyquest a écrit:
Mais arrêtez d'essayer de me faire dire ce que je n'ai pas dit ! (...)
Décidémment je conçois que c'est un sujet sensible mais quand même ! :roll:


Comment on dit déjà? Un truc avec une poutre, une paille, un oeil etc ... :roll:

Personne n'a dit qu'il ne fallait pas parler, qu'il ne devait pas y avoir de dialogue dans le couple.
Je crois qu'on est toutes d'accord pour dire que oui, le dialogue est important.

Mais, là où on diffère, c'est que le choix final revient de toute façon à la maman. Sur certains points, l'égalité est biologiquement impossible.

Et puis franchement, en quoi ne pas donner de biberon va empêcher un papa de s'impliquer et de trouver son rôle de père? C'est cela que je ne comprends pas. :-k
On dirait que tout le devenir de sa futur place de père réside dans un biberon.
S
111 ans 3793
mamisha a écrit:
Quand au reste de ton discours, je me demande du coup quel etait son but...


le reste de mon discours est simple. Je m'en suis déjà expliquée. Mais peu importe. Vous pouvez y voir un discours moralisateur et accusateur si ça vous arrange.
Personnellement, je n'ai fait que réagir à des propos que j'ai trouvé très durs et extémistes.

J'aurai du me ranger à l'avis de mon zhom (oui, moi aussi, je lui ai demandé :lol: ): à quoi sert de débattre d'un tel sujet de toute façon, ça sera mal perçu. :lol:
Comme quoi, il ne dit pas que des bêtises... :-k Pffff il va falloir que je prenne son avis en compte maintenant :lol:
(oui, c'est du second degré... :mrgreen: )
S
111 ans 3793
chloeecamille a écrit:

On dirait que tout le devenir de sa futur place de père réside dans un biberon.


Là, non... où j'ai dit cela ???? Où ??? je n'ai jamais dit cela !:evil:

J'ai dit que pour certains cela passait par là, c'est tout ! Et ce n'est pas pareil ! :evil:

La poutre, la paille , l'oeil ,le reste... médite le aussi... :mrgreen:
49 ans 76 10598
Citation:
Par contre vouloir ou ne pas vouloir un enfant, allaiter ou ne pas allaiter : le choix est aussi celui de l'homme. Quoiqu'on en dise... il a la possibilité de tourner les talons dans le premier cas, dans le deuxième celui de ne pas s'impliquer dans l'éducation de l'enfant puisque son opinion ne compte pas. Comme quoi, le choix final...


Voilà pourquoi j'ai écrit qu'on dirait ( conditionnel) que toute l'implication repose sur cette histoire de biberon.
Sincèrement, donner en exemple un papa qui choisit de ne pas s'impliquer juste parce que sa femme a eu le mot final an matière d'allaitement, ça revient à ça. ;)
Maintenant, si j'ai mal compris, je m'en excuse mais ma réflexion est venue de cette remarque.

Mais il faut aussi voir que quand on se donne le droit d'être choquée par des propos ( ce qui est somme toute normal) mais qu'on le refuse aux autres, le dialogue ne peut guère avancer.
71 ans 3528
Skyquest, je viens de relire ton premier message, en me disant que j'etais peut etre passee a cote de quelque chose, mais je n'y trouve toujours pas d'argument tres concret, tu as parle d'egalite pere/mere, de necessite du dialogue et que selon toi, le choix doit etre commun (mais on fait quoi si personne ne revient sur son choix? C'est a la femme de mettre au placard sa decision d'allaiter de peur que son homme tourne les talons?).

J'ai essaye tout au long de mes reponses de presenter des arguments, de montrer les points ou l'on est d'accord (le dialogue) et ceux ou notre vision differe (pour moi, le choix qui revient a la mere, pour toi cette idee d'egalite par exemple). Maintenant, il ne s'agit pas de savoir qui a raison ou tort puisqu'apparement on s'en sort toutes a ce niveau dans notre couple ;) Mais pour un debat constructif, exposer son point de vue sans juger, essayer d'etre un peu objectif et de repondre en argumentant, c'est utile et ca marche en general. ;)

Tu n'es pas pro allaitement, tres bien, on l'a compris, ca ne devrait pas empecher le debat mais l'enrichir... le tout au benefice de Cerizette qui aurait ainsi plusieurs points de vues argumentes pour faire avancer sa reflexion.

Quand au pere qui quitterait sa femme ou ne s'occuperait pas de son enfant parce qu'elle aurait decide d'allaiter ou de ne pas allaiter... Franchement, s'il y a eu dialogue sans que la femme ne se sente de suivre le souhait de son mari, je trouve que le terme "caprice" est effectivement approprie...
V
104 ans 5489
Je vais essayer de répondre en tant qu'homme et surtout en tant que jeune papa.
J'avoue que j'ai un peu de mal a comprendre l'opposition de ces 2 conceptions de l'allaitement :roll: Ca me laisse perplexe de voir parfois avec quelle violence s'affrontent chaque "clan". Dans cette histoire y'en a pas un mieux que l'autre. C'est pour cela que j'ai dit a ma chérie de laisser tomber : elle ne changera pas sa vision des choses, pas plus que ceux ayant un avis contraire ! Alors pourquoi aller limite au pugilat ? :shock:

Pour répondre au sujet, puisque la questions était aussi posée aux hommes, je suis assez d'accord avec Mister C sur le fait que le rôle de papa ne se limite pas a donner le biberon ! Pour ma part j'ai le plaisir de pouvoir le faire, mais je n'aurais pas pu ce n'était pas un soucis :) Il reste les balades, le bain, les jeux etc etc ! :D
Et pas que le changement de couches, le ménage etc comme le disait ma chérie :lol:

Ce qui me gêne dans cette histoire c'est de dire que le papa fait un caprice s'il demande a donner le bib :shock: Ca reste un dialogue, une décision a prendre en couples en prenant en compte les différentes possibilités et le bien être de bébé.
Ma chérie a très mal vécu ses précédents allaitements ce qui l'a amenée a bien réfléchir a ce qu'elle voulait pour Gabriel. Elle a choisit le LA et c'est bien comme ça, bébé ne s'en plaint pas, il grandit bien, n'a plus de problèmes de digestion, bref tout va bien !

Maintenant prenons le cas inverse : si elle avait allaité. Et bien ou est le problème ? NON, les seins ne sont pas des jouets réservés aux hommes ! En tout cas moi je ne les vois pas comme ça ! :oops:
Si elle avait donné le sein a Gabriel et bien je me serais occupé de bébé d'une autre façon. On aurait essayé de tirer son lait pour que ce ne soit pas la seule a se lever la nuit, bref on aurait fait d'une autre façon et je ne l'aurais pas plus mal vécu ! J'aurais pu être à côté de ma chérie quand elle aurait donné le sein et ça aurait été très bien aussi.

Bref nous on a choisit la solution du LA pour ne pas que l'allaitement de bébé se transforme en sentiment d'échec et en mal être pour la maman. Car indéniablement bébé l'aurait ressenti lui aussi.

L'allaitement (Sein ou LA) est certes un moment qui prend un gros pourcentage du temps ou bébé est réveillé... mais il n'y a pas que ça dans la vie, et que ce soit du côté du papa ou de la maman il y a tellement d'occasions d'être proche de bébé :)

Pour conclure, je reviendrais sur le fait qu'en tant qu'homme je ne vois pas les seins de ma chérie comme des sex-toys et non ils ne me sont pas réservés (c'est d'abord et avant tout SON corps). De même le fait que le papa veuille discuter de l'allaitement et qu'il émette le souhait de donner le biberon ne doit pas être pris comme un caprice de sa part, mais plutôt comme l'envie de prendre part a l'éveil de bébé et a son bien être :).

Enfin bon je dis et le re-dis, il n'y a pas que l'allaitement dans la vie :roll:
B I U