MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

le poids de ma vie

J
32 ans 1530
C'est un besoin presque vital de vous parlez ce soir, maintenant, vous racontez mon parcours, mon poids.
Je vais mettre mes pertes et j'espère ne pas etre censurée pour  
ça, je ne vois pas comment vous dire vraiment sans vous dire tout.

J'ai toujours étais ronde, bébé puis enfant j'explose toute les courbes, je n'ai aucun soucis et ne m'empiffre pas.
A 14 ans je pèse déja 100kg, je me sens bien et belle et donc je ne me pose aucune question.
A 20 ans et apres une grossesse je pèse 120kg, soit une prise d'un peu pus de 3kg par an ce qui pour moi est une chance car je suis tres gourmande et je prends vite.
Les premiers doutes s'installent et j'entame mon 1er régime, viande blanche/légumes principalement, je perds 15kg en un mois et demi, ensuite je ne perds plus, ca m'énerve et j'arrete.
Je reprends tout et bien plus encore puisque j'atteins 137kg.
Une deuxième grossesse, je me dis ça va etre la cata, je suis enceinte et n'ai pas envie de me privée, mais je perds naturellement 20kg.
Une ptite fille et plus mince, je me sens au top à 117kg.
Et au lieu d eme dire je vais faire un peu attention, ben je remange normalement ( soit pas mal :lol:) et je pèse 125kg.
Je me dis c'est dommage...et un autre régime, 3 mois de n'importe quoi, proteines etc, je perds 10kg, je suis fatiguée, hyper frustrée et fais des crises d'hyperphagie.
Je dis stop.
Je reprends tres vite mes kilos...je me dis oups...et je retente mais ne tiens qu'une pauvre semaine et je dis vraiment STOP
Je suis devenue encore plus gourmande qu'avant et pèse aujourd'hui 130kg.
J'aime manger et pas sain ( mcdo, pizza, kebab et en quantité ), mon mari est aussi gourmand ce qui n'arrange la sauce ! mais lui est mince.
On adore les plateaux télé... :P
Bref.
Je ne sais plus ce que je veux et vaut.
Je pense à la chirurgie mais j'ai trop peur suiste au témoignages et je sais que je serai triste de vivre frustrée.
Je pense au sport mais à 130kg ça doit etre dur ?
Je sais aussi qua je mange mal mais...j'aime ça.
Mais surtout je sais que j'ai mal aux jambes, que je suis vite éssouflée quand je marche ou joue avec ma puce.
Je suis mère au foyer sans emploi, n'ai jamais travailler, vie sociale néant, pas d'amies, donc en plus niveau moral...
Merci à tous ce qui me lirons, merci d'avance pour vos conseils que j'attends.
Je me sens déja un peu plus légère ;)
S
85 ans 4914
bienvenue sur ce site.

Les régimes tu n'en veux plus et tu as bien raison étant donné que tu as regrossi à chaque fois.

Je t'invite à aller découvrir le site www.gros.org et la section RA du forum. Tu y liras plein de choses intéressantes.

Personnellement je suis toujours en obésité morbide mais j'ai retrouvé la santé et un poids qui me permet de me mouvoir avec cette méthode.

Cela implique de faire un travail sur la faim, la satiété, l'envie, les émotions qui peuvent pousser à manger au dela de la faim.
J
32 ans 1530
Merci beaucoup, j'ai déja essayer la RA et j'ai biensur lu la section du forum, pour moi j'ai tenue un mois, et ça n'a eu aucun effet positif, je ne savais plus ou j'etais en ragime, en liberté ? j'ai besoin d'un minimum de cadre, je suis pas assez forte.
S
85 ans 4914
Etais tu suivie par quelqu un du gros ?

Il n y a pas a tenir ou pas. On avance pas a pas il ne faut pas se focaliser sir une perte de poids mais sur ume meilleure relation avec soi et avec la nourriture

En premier lieu il faut arrêter avec la culpabilité.

Qu'as tu trouvé tellement difficile avec la ra ?
J
32 ans 1530
Je ne culpabilise pas, meme pendant mes crise d'hyperphagie j'ai rarement culpabiliser, parceque je le sais c'est dans ma nature de bien manger.
Non je n'ai pas était suivie.
Ce que je trouve dur c'est de savoir quand manger, quoi manger, m'arreter.
Tout.
S
85 ans 4914
La ra on peut la faire toute seule mais c est pas toujours evident.

Regarde sur le site s il y a des praticiens dans ta région, ou prend le livre de zermarti maigrir sans régime.

j ai consulte une diet du gros deux fois.

Tu peux lire sur mon blog l exercice sur la faim qu elle m avait donne si cela t intéresse.
45 ans Paris 9866
CurvesCake a écrit:
Merci beaucoup, j'ai déja essayer la RA et j'ai biensur lu la section du forum, pour moi j'ai tenue un mois, et ça n'a eu aucun effet positif, je ne savais plus ou j'etais en ragime, en liberté ? j'ai besoin d'un minimum de cadre, je suis pas assez forte.


Ce qui t'a gênée dans la ra c'est le manque de cadre?
Pourtant tu dis que ton quotidien c'est plutôt pizza-kebab, est-ce plus "cadré"? (je m'interroge sur ce qui semble contradictoire juste pour y voir plus clair hein, je ne juge rien!)
J
32 ans 1530
non ce n'est pas cadré du tout et pourtant c'est mon cadre, ma libertée, dans la ra tu dois écouter ta faim et arreter quand tu n'as plus faim, mais pour moi c'est impossible, ma gourmandise prends toujours le dessus.
48 ans 35 10308
CurvesCake a écrit:
non ce n'est pas cadré du tout et pourtant c'est mon cadre, ma libertée, dans la ra tu dois écouter ta faim et arreter quand tu n'as plus faim, mais pour moi c'est impossible, ma gourmandise prends toujours le dessus.

Quand ça devient incontrôlable, pour moi ce n'est plus de la gourmandise, ça devient de la pulsion. Je pense que tu devrais te pencher sérieusement sur cette question.
Je le dis souvent mais pour moi la gourmandise (la vraie) n'est pas du tout incompatible avec la RA. Pour ma part le fait de réfléchir à mes sensations alimentaires ça m'a fait aussi réfléchir sur le plaisir de manger et le goût des aliments et ça me fait apprécier encore plus ce que je mange quand je le mange avec faim. Et le fait de savoir que tout me sera accessible quand j'aurais à nouveau faim ça aide aussi à contrôler les pulsions.
J
32 ans 1530
Je ne pense pas que ce soit des pulsions, je peux grignotter un truc entre les repas mais je ne me jette pas dans les placards ( comme dans mes crises hyperphage ), mais là où j'ai du mal c'est à m'arreter pendant les repas et surtout le soir où j'apprecie encore plus de manger.
45 ans Paris 9866
CurvesCake a écrit:
non ce n'est pas cadré du tout et pourtant c'est mon cadre, ma libertée, dans la ra tu dois écouter ta faim et arreter quand tu n'as plus faim, mais pour moi c'est impossible, ma gourmandise prends toujours le dessus.


Ca ne ressemble pas à de la liberté ce que tu décris.
Ne manger que des trucs réputés junkfood et en grande quantité, ça ressemble à une grande crainte de s'en voir privée. Pas à de la gourmandise. Vraiment la RA pourrait t'apprendre énormément de choses.
48 ans 35 10308
CurvesCake a écrit:
Je ne pense pas que ce soit des pulsions, je peux grignotter un truc entre les repas mais je ne me jette pas dans les placards ( comme dans mes crises hyperphage ), mais là où j'ai du mal c'est à m'arreter pendant les repas et surtout le soir où j'apprecie encore plus de manger.

Je me permet d'insister sur ce point parce que c'était vraiment mon problème aussi quand j'ai entamé une RA : pas de "pulsions" dans le sens "crise" mais simplement le fait que je mangeais trop aux repas, je n'arrivais pas à m'arrêter de manger. La RA m'a vraiment énormément aidée là dessus, mais c'est vrai que ça peut demander un certain travail qu'on ne peut pas toujours faire tout seul. Si tu manges plus que ta faim, je t'assure que ça dépasse la gourmandise, c'est autre chose. Et encore une fois, s'arrêter de manger quand on n'a plus faim ça n'est pas du tout incompatible avec le plaisir de manger (au contraire, même). Mais ça aussi ça se travaille.
2513
Pour moi la gourmandise est indissociable de l'idée d'un palais éduqué (ou plutôt, en éducation). Elle ne se détache pas de l'idée de curiosité et de découverte pour une part, et se fait en savourant d'autre part, en comprenant bien ce qu'il y a derrière ce terme savourer (les notions de faim façon RA n'y sont pas étrangères).

Quelle est votre définition de la gourmandise, aux uns et aux autres ?
31 ans 131
chapinette a écrit:
Quelle est votre définition de la gourmandise, aux uns et aux autres ?


Pour moi ça va être quelque chose dont je vais avoir envie sans avoir réellement faim, juste pour le plaisir, comme une pâtisserie qui me ferait de l'oeil dans une vitrine, me resservir un dessert même si je suis calée, juste par envie d'y regouter. Ect... Je suis plus ciblée sucrée et en dehors des repas en terme de gourmandise, si maintenant je me fait a midi des pâtes double ration de saumon, je prendrait plus ça comme une drôle d'envie soudaine qu'un excès de gourmandise.
45 ans région parisienne 5831
Pour moi, la gourmandise, c'est lié au fait de savourer. Quelqu'un de gourmand, je l'imagine installé dans un fauteuil mouelleux, et dégustant un truc à petites bouchées, sans rien faire d'autre, en fermant à moitié les yeux.

Bon, c'est ma p'tite définition perso, j'ai pas été chercher la vraie définition. ;)
B I U


Discussions liées