MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Projet reforme collège

H
53 ans paris 15
Bonjour,

Que pensez vous du projet de réforme 2015 du collège présenté par notre Ministre de 'EN ?

Alors, collège unique ou collège inique ?

Dan
33 ans Banlieue lyonnaise 101
Bonjour,

Je pense qu'aller vers un collège unique (chose qui existe déjà) c'est oublier tous ceux à qui ça ne convient pas. Je suis PE (instit), on nous parle de différenciation mais je constate que ce n'est pas la logique de ce projet... pourtant nombreux sont les élèves qui voudraient autre chose que du purement scolaire...
Moi, ministre, je proposerais des filières pour chacun dès le collège en espérant éviter le décrochage... des options pour tous... avec une base commune mais c'est tout... enfin j'ai pas encore travaillé dessus avec mes assistants...

Quoi qu'on en dise, j'ai pas l'impression que ça touche plus que ça la société... qui peut être est mal informée ou simplement ne se sent pas concernée... dommage, il en va de l'avenir de tous les futurs écoliers
57 ans 91 25732
On entend tout et son contraire, ce qui fait que pour ma part, je ne sais pas vraiment en quoi consiste la réforme.

De plus je n'ai pas d'enfant, donc j'avoue que je ne me sens pas vraiment concernée.

Quelqu'un pourrait faire un résumé objectif du projet ? (parce que j'ai entendu "on va remplacer le latin par du Djamel Debbouze" et ça me parait un peu excessif. :lol:
1574
J'allais faire la même demande que Patty...
46 ans région parisienne 5831
D'après ce que j'ai compris, il s'agit de faire moins d'heures disciplinaires "classiques", et de mettre à la place de l'aide personnalisée, et des cours interdisciplinaires.

En aide personnalisée, il s'agit de prendre un tout petit nombre d'élèves avec un prof, pour reprendre des points qui n'ont pas été compris. Les cours interdisciplinaires, ce sont des cours où 2 professeurs travaillent ensemble face à une classe, sur un sujet commun, en mettant les élèves en groupe pour travailler sur un projet. Pour ma part, je ne vois rien de négatif en soi dans tout cela, d'ailleurs, nous, au lycée, on a déjà des choses similaires mises en place.

Le problème, c'est que de telles idées ne peuvent pas être mises en place efficacement à moyens constants (c'est-à-dire sans embaucher plus de personnes): faire travailler des élèves sur des projets, c'est super, mais ça prend beaucoup de temps et d'énergie si on veut que ce soit bien fait et que ce soit vraiment profitable aux élèves. Or on a le choix: soit on met plus de moyens dans l'éducation nationale (et avec les réductions budgétaires partout, ce n'est pas d'actualité), soit on donne moins d'heures de cours aux élèves (et là, le soucis, c'est que cela devient du saupoudrage).

Bref, nous, au lycée, ces idées ont déjà été mises en place, et le résultat est une baisse de temps pour les contenus disciplinaires au profit d'heures plus "fun" qui profitent surtout aux classes les plus favorisées à mon avis. En effet, moins d'heures disciplinaires, cela signifie plus de travail perso de la part des élèves (si on veut garder les mêmes acquis au final) et quels sont les élèves qui vont travailler seuls? surtout les classes les plus favorisées qui sont suivies à la maison et qui peuvent éventuellement demander de l'aide en cas de non compréhension d'un point du cours.

Bref, moi, en théorie, je n'ai rien contre cette réforme, en pratique, mais je sais ce qui va se passer lors de la mise en pratique, et c'est ce qui me questionne...
41 ans Dans un arbre à Tecolotlan 962
Pour répondre brièvement, il y a pas mal d'intox dans les médias (les cours d'impro de Djamel Debbouze, le christianisme facultatif et l'islam obligatoire...) et malheureusement des choses vraies (l'enseignement du latin réduit à une initiation transdisciplinaire que peut refuser un chef d'établissement dans son collège).

En gros, il y aura moins d'heures disciplinaires qu'avant (maths, français, HG, etc) parce que jugées ennuyeuses, au profit de certains cours interdisciplinaires, qui devraient être plus attractifs. Sur le principe de cours interdisciplinaires , pourquoi pas ? Mais le problème se trouve dans leur élaboration : ils devront être assurés par plusieurs professeurs (3 a priori), mais évidemment sans aucune heure de consultation prévue à cet effet. Pas besoin d'être devin pour comprendre que ces cours seront certainement de piètre qualité, car quiconque a déjà élaboré une heure de cours sérieusement peut se rendre compte que préparer un cours annuel mêlant intelligemment 3 disciplines est un travail considérable, qu'on ne fait pas sur le coin d'une table à l'heure du déjeuner. C'est au nom de ces fameux cours que des options ont été supprimées (latin, classes bilangues, découverte professionnelle, etc).

Sur les heures disciplinaires, seront également prises des heures d'accompagnement personnalisé (3 heures/semaine en 6ème, une heure en 5ème, 4ème, 3ème). Là aussi, c'est pas mal comme principe, sauf que ces heures se feront....en classe entière ! Or, c'est assez compliqué de personnaliser son aide avec 30 élèves en même temps. Il y a un grand risque pour que ce soit du temps perdu.

Toutes les options linguistiques seront supprimées (classes européennes, classes bilingues), mais à la place, la deuxième langue sera apprise dès la 5ème (mais avec moins d'heures par semaine), et la première langue dès le CP.
Je ne sais pas ce qu'en pensent les collègues du primaire, mais ce dernier point me semble positif.

Au final, la réforme va entraîner moins d'heures d'enseignements disciplinaires, pas de possibilité d'aller plus loin pour les élèves qui en sont capables, et des cours interdisciplinaires gadgets (je ne me fais aucune illusion dans mon collège où le quart des profs est sur plusieurs établissements, où les collègues mettent des mois à être remplacés, avec une telle pénurie de profs que le rectorat recrute des gens qui n'ont rien à faire dans des écoles....ça va être sympa les cours à trois).

A côté de cela, il est prévu de globaliser les différentes disciplines dans des pôles (Arts, Sciences...), avec à terme, la question de l'enseignement de plusieurs disciplines par un même professeur. Rien n'est certain sur ce point, mais c'est une possibilité que l'Education Nationale souhaite depuis un moment, et il y a eu des expérimentations cette année avec un même prof en 6ème pour la technologie, les SVT, et les sciences physiques.


Je ne suis pas entrée dans les détails, mais derrière tout cela, il y a encore d'autres problèmes, et d'autres enjeux. Ainsi, comment se mettre d'accord sur les disciplines qui seront "sacrifiées" au profit de ces cours interdisciplinaires ? Par exemple, s'il est décidé pour le niveau de 3ème, de prendre des heures au détriment de ma discipline, le temps que j'aurai pour l'enseigner sera réduit, donc j'aurai bien moins de temps pour finir mon programme, donc les élèves de ma classe ne verront pas ma discipline de la même manière que dans un autre collège qui n'aura pas fait ce choix. Or, celui qui décidera en dernier lieu de la répartition de ces cours interdisciplinaire sera le chef d'établissement, qui verra donc sa position renforcée.

Du coup, je pense qu'en réalité on s'éloigne beaucoup du collège unique, dans le sens où les enseignements pourront varier d'un collège à l'autre. Ce n'est pas un hasard s'il est question de supprimer les épreuves finales du brevet des collèges.


Pas sûre que mon exposé soit très objectif, j'espère au moins qu'il a été clair :D
M
91 ans 1565
Ca revient à tirer le niveau vers le bas je trouve.
31 ans 2571
Je trouve aussi ce projet de réforme déplorable. Certaines choses sont bien mais trop d'idées qui renforceront les inégalités, et nivelleront par le bas... Sans compter le décalage énorme entre les principes que l'on ne cesse de prétendre vouloir réaffirmer et la réalité de ce projet qui les sape.

Quelques récriminations concernant ma matière (le français) :
https://www.change.org..._src-custom_msg&fb_ref=Default

et quelques articles qui résument un peu mon point de vue (un par orientation politique lol comme ça on a tous les sons de cloche) :
http://www.liberation....l-esprit-du-11-janvier_1276998
http://www.lefigaro.fr...viser-l-elitisme-pour-tous.php
http://www.lefigaro.fr...e-confusions-et-entetement.php
41 ans Dans un arbre à Tecolotlan 962
Je voulais aussi rajouter que contrairement aux idées reçues, les classes bilangues, le grec et le latin sont loin d'être élitistes. Dans les collèges ZEP, c'est le genre d'options permettant de valoriser les élèves qui ont envie d'apprendre.

En Seine-Saint-Denis, le latin a déjà été en partie mis à la trappe (il faut le financer avec la petite enveloppe supplémentaire que reçoit chaque collège, au prix d'autres sacrifices). Dans mon collège, pour les niveaux de 4ème et de 3ème, cela fait déjà plusieurs années que nous ne proposons plus que deux heures par semaine au lieu de trois, par manque de financement. Et pourtant, la demande est là, chaque année, nous devons limiter le nombre d'élèves voulant s'y inscrire.
La classe bilangue a également toujours eu du succès et nous a permis de garder des élèves qui seraient partis dans le privé autrement.
46 ans région parisienne 5831
Tecolote a écrit:
Sur les heures disciplinaires, seront également prises des heures d'accompagnement personnalisé (3 heures/semaine en 6ème, une heure en 5ème, 4ème, 3ème). Là aussi, c'est pas mal comme principe, sauf que ces heures se feront....en classe entière ! Or, c'est assez compliqué de personnaliser son aide avec 30 élèves en même temps. Il y a un grand risque pour que ce soit du temps perdu.


A 30??!! C'est vraiment débile, comme idée. :roll:

Nous, au lycée, on a déjà depuis longtemps des heures d'aide personnalisée, mais pas à 30, le maximum d'élèves est de 8, et c'est déjà énorme: perso, quand je fais une heure d'AP avec 8 élèves, je cours partout avec la sensation de ne pouvoir consacrer qu'une trop petite partie de mon temps aux élèves.

Par ailleurs, pour des raisons pratiques, ces heures d'AP deviennent souvent n'importe quoi: regroupement de classes, heure d'AP faite par un autre professeur que celui de la classe, horaires merdiques (dans une de mes classes, l'heure d'AP se déroule après le départ du dernier bus... comment me élèves rentrent-ils chez eux??), saupoudrage inutile (2h par mois, voire 1h par mois, ça ne change pas grand chose...).

Bref, nous ne sommes pas tellement satisfaits de ces heures d'AP, parce que c'est presque impossible de les organiser correctement pour des raisons pratiques de construction des emplois du temps et de moyens mis à notre disposition.
1574
"moins d heures disciplinaires Parce que jugées ennuyeuses"

A cet âge qu'est ce qui n est pas ennuyeux?
Pfff c est pitoyable...
Faisons des jeunes de gros débiles qui pensent sur dans la vie il faut tout le temps s'amuser....
46 ans région parisienne 5831
Oui, d'autant que ce qui est attrayant dans les EPI (les heures de cours interdisciplinaires), c'est essentiellement la nouveauté! Une fois l'habitude prise, je reste persuadée que beaucoup d'élèves ne trouveront pas les EPI plus attrayants qu'une heure de cours classique.

Il n'y a qu'à voir ce qui s'est passé avec la vidéo: perso, quand j'étais élève et qu'on apprenait que tel prof allait nous montrer une vidéo, tout le monde venait en classe, parce que ça changeait de d'habitude, c'était attractif. Maintenant, quand les élèves apprennent qu'un prof va leur passer une vidéo, ils vont très souvent sécher le cours, si ils le peuvent: il n'y a rien d'attractif pour eux là-dedans, ils voient très souvent des vidéos avec leurs profs.

Par ailleurs, les heures de ce type sont surtout profitables aux élèves ayant de bonnes notes: en effet, on demande à l'élève d'être actif, acteur, d'avoir des idées, des envies, de faire par lui-même, et les élèves qui sont les plus aptes à faire cela sont les élèves déjà investis dans leur scolarité. Si un élève est en train de décrocher et qu'on lui demande en plus des efforts démesurés pour apprendre par lui-même (voir pour trouver lui-même ce qu'il doit apprendre!), le résultat ne va pas être très bon.

On voit cela en TPE (les EPI au lycée): les élèves motivés, investis dans leur scolarité, prennent les choses en main et apprennent souvent plein de choses en TPE. Par contre, ceux qui ont déjà des difficultés ne savent pas quoi faire, où aller, dans quelle voie se diriger, et du coup, rapidement, ils lâchent l'affaire et ne font plus grand chose... et du coup, n'apprennent rien.

Donc à mon avis, de telles initiatives aggravent les inégalités. Bien entendu, si le prof a le temps d'être derrière chaque groupe, de les "pousser aux fesses" pour qu'ils avancent, alors ça va fonctionner pour tout le monde, mais pour cela, il faut des moyens: un prof seul avec une classe de 30 élèves aura bien du mal à être efficace avec chacun des groupes. Donc à moins de doubler le budget de l'éducation nationale... :roll:
57 ans 91 25732
Diminuer le nombre d'heures disciplinaires quand un rapport qui vient de tomber précise que le niveau en mathématiques des élèves est de plus en plus mauvais, et à l'heure où les universités sont contraintes de proposer des cours de rattrapage en français, notamment en grammaire eet en orthographe, n'est ce pas un peu paradoxal ?

Personnellement j'ai fait du soutien scolaire et plus le temps passait, plus j'étais choquée de voir à quel point les élèves manquent des bases essentielles.

C'est sûr qu'assister à un cours quand on n'a pas les bases, c'est ennuyeux. Mais si réforme il doit y avoir, ne faudrait il pas s'intéresser également aux bases qui semblent loin d'être acquises par tous lors de l'entrée en 6e ?
33 ans Banlieue lyonnaise 101
Tecolote a écrit:
Pour répondre brièvement, il y a pas mal d'intox dans les médias (les cours d'impro de Djamel Debbouze, le christianisme facultatif et l'islam obligatoire...) et malheureusement des choses vraies (l'enseignement du latin réduit à une initiation transdisciplinaire que peut refuser un chef d'établissement dans son collège).

En gros, il y aura moins d'heures disciplinaires qu'avant (maths, français, HG, etc) parce que jugées ennuyeuses, au profit de certains cours interdisciplinaires, qui devraient être plus attractifs. Sur le principe de cours interdisciplinaires , pourquoi pas ? Mais le problème se trouve dans leur élaboration : ils devront être assurés par plusieurs professeurs (3 a priori), mais évidemment sans aucune heure de consultation prévue à cet effet. Pas besoin d'être devin pour comprendre que ces cours seront certainement de piètre qualité, car quiconque a déjà élaboré une heure de cours sérieusement peut se rendre compte que préparer un cours annuel mêlant intelligemment 3 disciplines est un travail considérable, qu'on ne fait pas sur le coin d'une table à l'heure du déjeuner. C'est au nom de ces fameux cours que des options ont été supprimées (latin, classes bilangues, découverte professionnelle, etc).

Sur les heures disciplinaires, seront également prises des heures d'accompagnement personnalisé (3 heures/semaine en 6ème, une heure en 5ème, 4ème, 3ème). Là aussi, c'est pas mal comme principe, sauf que ces heures se feront....en classe entière ! Or, c'est assez compliqué de personnaliser son aide avec 30 élèves en même temps. Il y a un grand risque pour que ce soit du temps perdu.

Toutes les options linguistiques seront supprimées (classes européennes, classes bilingues), mais à la place, la deuxième langue sera apprise dès la 5ème (mais avec moins d'heures par semaine), et la première langue dès le CP.
Je ne sais pas ce qu'en pensent les collègues du primaire, mais ce dernier point me semble positif.
Rien de nouveau, l enseignement d une LV1 est déjà au programme à partir du CP...

Au final, la réforme va entraîner moins d'heures d'enseignements disciplinaires, pas de possibilité d'aller plus loin pour les élèves qui en sont capables, et des cours interdisciplinaires gadgets (je ne me fais aucune illusion dans mon collège où le quart des profs est sur plusieurs établissements, où les collègues mettent des mois à être remplacés, avec une telle pénurie de profs que le rectorat recrute des gens qui n'ont rien à faire dans des écoles....ça va être sympa les cours à trois).

A côté de cela, il est prévu de globaliser les différentes disciplines dans des pôles (Arts, Sciences...), avec à terme, la question de l'enseignement de plusieurs disciplines par un même professeur. Rien n'est certain sur ce point, mais c'est une possibilité que l'Education Nationale souhaite depuis un moment, et il y a eu des expérimentations cette année avec un même prof en 6ème pour la technologie, les SVT, et les sciences physiques.


Je ne suis pas entrée dans les détails, mais derrière tout cela, il y a encore d'autres problèmes, et d'autres enjeux. Ainsi, comment se mettre d'accord sur les disciplines qui seront "sacrifiées" au profit de ces cours interdisciplinaires ? Par exemple, s'il est décidé pour le niveau de 3ème, de prendre des heures au détriment de ma discipline, le temps que j'aurai pour l'enseigner sera réduit, donc j'aurai bien moins de temps pour finir mon programme, donc les élèves de ma classe ne verront pas ma discipline de la même manière que dans un autre collège qui n'aura pas fait ce choix. Or, celui qui décidera en dernier lieu de la répartition de ces cours interdisciplinaire sera le chef d'établissement, qui verra donc sa position renforcée.

Du coup, je pense qu'en réalité on s'éloigne beaucoup du collège unique, dans le sens où les enseignements pourront varier d'un collège à l'autre. Ce n'est pas un hasard s'il est question de supprimer les épreuves finales du brevet des collèges.


Pas sûre que mon exposé soit très objectif, j'espère au moins qu'il a été clair :D


Sans cette réforme, j'ai commencé l'Italien au CE2, langue que j'ai suivie jusqu'à la terminale (sans avoir pu intégrer la classe européenne à cause d'un changement de collège, nouvelle construction et pas de classe européenne l'année d'ouverture) et j'ai commencé l'anglais, ma LV1, en 6ème (l'Italien était donc ma LV2)...
33 ans Banlieue lyonnaise 101
Les élèves ont-ils tous besoin d'aide personnalisée???

Patty a raison... moi je reprendrais TOUS les programmes pour remettre le français et les maths en haut du tableau et alléger le reste... à l'école primaire, je trouve qu'il y a déjà bien trop à faire...

Après faire des projets c'est bien... mais dans quelles conditions aussi bien du côté des élèves que des profs...!!!
B I U