Cholestérol et surpoids : existe-t-il un risque ?

Nous ne sommes pas tous égaux face aux kilos, il en est de même en ce qui concerne le cholestérol. Toutefois, bien que le surpoids s’accompagne généralement d’hypercholestérolémie, les personnes présentant un Indice de Masse Corporelle (IMC) normal ne sont pas pour autant épargnées.

Qu’est-ce que le cholestérol ?

Le cholestérol est une graisse indispensable à l’organisme pour le bon fonctionnement de nos cellules. Or, dans le sociétés occidentales, il est la principale cause de mortalité en entraînant des maladies cardiovasculaires, problème de santé publique important.

Produit en quantité normale, le cholestérol permet entre autres la synthèse de la vitamine D et de la bile. Il s’agit d’un constituant important pour la paroi de nos cellules, qui entre également dans la composition de plusieurs hormones essentielles comme les hormones sexuelles.

Le cholestérol est produit en majeure partie par le foie, le reste provenant de notre alimentation. Les aliments contenant le plus de cholestérol sont les viandes, les abats, les crustacés, les produits laitiers, les coquillages, les oeufs et les poissons.

Le cholestérol n’est pas soluble dans le sang, il a donc besoin de transporteurs spécifiques : les lipoprotéines, qui peuvent être de deux sortes : les lipoprotéines à haute densité ou HDL et les lipoprotéines à basse densité ou LDL. Les premières (HDL), sont considérées comme transportant le “bon cholestérol”, quant aux secondes, il est préférable d’en posséder de faibles doses afin de réduire la probabilité d’athérosclérose, dégradation des parois des vaisseaux sanguins.

Le cholestérol, qui circule librement dans le sang, peut être mesuré par un simple dosage sanguin. Chez l’adulte, les valeurs normales du taux de cholestérol sont < 2g/l, avec : LDL - Cholestérol (mauvais cholestérol) < 1,6 g/l et HDL-Cholestérol (bon cholestérol) > 0,35 g/l.

Qu’est-ce que l’hypercholestérolémie ?

Au-dessus d’un seuil de 2g/l, il est question d’hypercholestérolémie. Il existe trois formes d’hypercholestérolémie :

  • L’hypercholestérolémie pure qui se caractérise par un excès de cholestérol dans le sang ;
    L’hypercholestérolémie mixte, qui est une augmentation du cholestérol et des triglycérides ;
    L’hypercholestérolémie isolée, qui signifie un excès de triglycérides.

Cholestérol et surpoids : un lien établi, mais pas systématique

Surpoids, obésité et cholestérol ne sont pas forcément liés. Toutefois, les personnes en surpoids ou obèses ont généralement un taux de cholestérol plus élevé que les individus possédant un IMC dans les normes. Ce constat est lié en grande partie au fait que les personnes en surpoids ont tendance à adopter une alimentation plus riche en graisse.

Nous savons en effet que le suivi d’un régime pauvre en matières grasses permet de perdre des kilos, mais également de diminuer le cholestérol sanguin. À l’inverse, il est tout à fait possible d’être mince tout en ayant un taux de cholestérol sanguin trop élevé. Ceci peut s’expliquer par le fait que l’organisme fabrique du cholestérol en excès principalement pour des raisons génétiques. Nous ne sommes donc pas tous égaux face à l’hypercholestérolémie, puisqu’il suffit qu’un membre de notre famille (grands-parents, parents) nous ait transmis une anomalie cellulaire pour que la fabrication et l’élimination du cholestérol soient perturbées.

Néanmoins, chaque étude sur le sujet le prouve, la sédentarité demeure un facteur associé à l’excès de cholestérol, lequel augmente de manière exponentielle les risques cardiovasculaires. La pratique d’une activité physique permet en effet d’abaisser le cholestérol total en augmentant le “bon cholestérol”.

Surpoids et cholestérol : quelles sont les complications possibles ?

Les causes du cholestérol peuvent être génétiques et héréditaires, ou bien dues à la prise de certains médicaments. L’hypercholestérolémie est également causée par des maladies rénales, thyroïdiennes ou bien le diabète, maladies se déclarant généralement chez la personne en surpoids ou obèse. Les facteurs alimentaires sont également des causes importantes d’excès de cholestérol. En effet, une alimentation trop riche en cholestérol et graisses dites saturées, c’est-à-dire provenant de graisses animales ainsi que de certaines viandes, a un impact néfaste sur le taux de cholestérol. L’excès d’alcool entraîne également une augmentation du taux de cholestérol sanguin.

Il est donc très important de suivre les conseils diététiques de votre médecin ou nutritionniste afin de faire baisser un taux de cholestérol trop élevé. Si le suivi diététique ne suffit pas, un traitement médical peut aider votre organisme à réduire l’ingestion de graisses néfastes.

En cas d’hypercholestérolémie non traitée, les complications peuvent être graves. En effet, le cholestérol en excès de dépose sur les parois des artères, notamment celles du coeur (les artères coronaires). Cet excès de cholestérol forme alors des plaques graisseuses qui s’épaississent au fil du temps, c’est ce qu’on appelle l’athérosclérose. De ce fait, le passage du sang dans ces artères rétrécies s’avère plus difficile et favorise la formation de caillot (thrombose veineuse). Lorsque le sang ne circule plus du tout, on parle alors d’accident ischémique. En fonction de l’artère obstruée, cela entraîne un infarctus du myocarde, une artérite des membres inférieurs ou bien un accident vasculaire cérébral. Il est donc très important, que l’on souffre de surpoids ou non, de vérifier régulièrement son taux de cholestérol sanguin.

Chez la personne en surpoids ou en situation d’obésité, les risques de souffrir d’hypercholestérolémie sont accrus, bien que pas systématiques. Il convient donc, afin de s’en prémunir, d’adopter de bonnes habitudes alimentaires et une hygiène de vie adéquate ; ce afin de favoriser l’assimilation du bon cholestérol et l’élimination du mauvais.

 

D’autres sujets pertinents concernant la relation surpoids/santé :


... Charger plus