Surpoids et hypertension : quels sont les risques ?

Le surpoids : un risque avéré pour la santé

Un surpoids avéré fait peser beaucoup de risque sur la santé. En effet, les personnes obèses ou présentant un IMC (Indice de Masse Corporelle) trop important ont plus de risques de développer des cancers, des troubles des règles, des douleurs d’estomac, des maux de tête, un risque anesthésique ou encore des problèmes cardiovasculaires et autres pathologies potentiellement graves. Présenter un IMC supérieur à 25 met ainsi l’organisme en danger, tout comme le fait d’être en état de maigreur (IMC inférieur à 18,5). L’excès de masse graisseuse dans le corps entraîne de nombreuses maladies aux conséquences néfastes pour la santé, comme le cholestérol, le diabète, la goutte ou des problèmes au foie, entre autres. Anxiété, dépression, problèmes d’articulations et autres troubles hormonaux chez les femmes peuvent également survenir, tout comme l’hypertension, dont les risques pour la santé sont avérés.

Qu’est-ce que l’hypertension artérielle ?

L’hypertension artérielle (HTA) se caractérise par une élévation permanente des chiffres de la tension, ou pression artérielle, dite TA. En cas d’hypertension, ces chiffres sont supérieurs à 14/9. Idéalement, la tension artérielle est de 12/8. L’hypertension artérielle est une maladie fréquente en cas de surpoids, qui peut également se développer avec l’âge et/ou une composante héréditaire.

On parle d’hypertension artérielle permanente lorsque la TA est tout le temps trop élevée. En ce qui concerne le chiffre de la valeur minimale, il est particulièrement important puisqu’il traduit la résistance et la souplesse des parois artérielles. Ainsi, avant de diagnostiquer une hypertension artérielle chez un patient, le médecin doit s’assurer de la permanence des chiffres tensionnels en les contrôlant régulièrement, cette tension variant au cours de la journée.

Les symptômes de l’hypertension artérielle

L’hypertension est de manière générale difficile à diagnostiquer puisque le patient ne ressent aucun symptôme pouvant l’alerter. Toutefois, certains signes peuvent laisser suspecter une hypertension artérielle, comme des maux de tête le matin, lesquels sont localisés sur le sommet ou derrière le crâne. Des étourdissements et des troubles visuels peuvent aussi se manifester, tout comme des crampes musculaires, une fatigue, des saignements de nez et une envie fréquente d’uriner. Lorsque le médecin suspecte une hypertension artérielle, il doit contrôler cette dernière à plusieurs reprises durant la journée, dans des conditions différentes : au repos, lors d’un effort, couché, debout, au bras droit puis au bras gauche, etc. Le médecin s’assure ainsi de la permanence de l’hypertension artérielle. Le patient peut toutefois effectuer lui-même ces mesures, grâce à la généralisation des appareils de mesure de la pression artérielle accessibles au grand public.

Chez le sujet jeune, une hypertension artérielle labile peut être détectée via un appareil de mesure ambulatoire de la pression artérielle (MAPA), permettant la prise en continu de la TA. En cas d’hypertension artérielle labile, les périodes d’hypertension alternent avec des phases de tension normale. Cette affection est alors bénigne, mais demande néanmoins une surveillance pour s’assurer qu’elle ne s’aggrave pas. En effet, les évolutions de l’hypertension peuvent mener cette pathologie à faire peser un fort risque sur la santé.

Les conséquences d’une hypertension

Une hypertension permanente, lorsqu’elle est non traitée, peut entraîner des accidents neurologiques comme un accident ischémique transitoire, un accident vasculaire cérébral, ainsi que des accidents sensoriels comme des hémorragies oculaires ou encore des paralysies des nerfs oculomoteurs. L’hypertension artérielle peut aussi entraîner un accident cardiaque comme un oedème pulmonaire (OAP) ou un infarctus du myocarde, ainsi qu’un accident rénal de type hématurie (présence de sang dans les urines) ou insuffisance rénale. Outre ces accidents aigus, l’augmentation de la pression artérielle peut altérer, au fil du temps, la paroi des artères. Un processus d’athérosclérose peut alors se développer, faisant particulièrement souffrir certains organes comme la rétine, le coeur, le rein, le pénis et le système nerveux central. C’est notamment pour éviter que ne surviennent ces complications potentiellement graves qu’il est important de traiter une hypertension artérielle, même si elle ne provoque aucun symptôme chez les patients qui en souffrent.

Les causes et facteurs de risque de l’hypertension

Dans près de 95 % des cas, la cause de l’hypertension artérielle demeure inconnue, elle est alors qualifiée d’idiopathique ou “essentielle”. Le traitement devra alors faire baisser la tension, à moins que le médecin ne parvienne à identifier la cause. L’hypertension artérielle peut en effet être causée par des maladies rénales non curables chirurgicalement ou encore des maladies des glandes surrénales ainsi que l’abus de certains toxiques comme des anti-inflammatoires non stéroïdiens ou autres vasoconstricteurs nasaux. Outre ces potentielles causes pouvant expliquer le développement d’une hypertension artérielle, des facteurs de risque existent, il s’agit principalement de :

  • l’alcoolisme,
  • un régime trop salé,
  • le tabagisme,
  • les contraceptifs oraux,
  • la grossesse,
  • des chocs émotifs répétés,
  • certains médicaments,
  • le manque d’exercice physique,
  • l’obésité.

L’obésité, facteur de risque de l’hypertension

Ces dernières années, les études démontrent une augmentation de la prévalence de l’obésité et de l’hypertension artérielle. La relation entre le poids et la tension artérielle est donc bien avérée. ll est d’ailleurs estimé que 60 à 70% du risque d’hypertension artérielle est imputable à l’obésité. L’obésité est ainsi un facteur de risque majeur de l’hypertension artérielle.En cas de surcharge pondérale, le tissu adipeux libère plusieurs substances et hormones qui agissent directement sur les mécanismes physiopathologiques de la pression artérielle. Chez les personnes obèses, les systèmes nerveux sympathiques et rénines-angiotensine-aldostérone (RAA) sont activés principalement par l’insuline, ce qui entraîne une rétention hydrosodée.

Par ailleurs, l’excès de graisse abdominale (obésité androïde) est particulièrement en cause dans le développement de l’hypertension artérielle, puisqu’elle entraîne une résistance à l’insuline et un syndrome métabolique (dyslipidémie). Les patients obèses et hypertendus doivent ainsi impérativement perdre du poids afin de faire baisser sa tension, laquelle doit redescendre aux alentours de ? 140/90 mmHg.

En premier lieu, des modifications de style de vie doivent être adoptées, encadrées par un médecin et un diététicien. Le patient obèse et hypertendu veillera, entre autres conseils, à réduire sa consommation de sel, pratiquer une activité physique et entamer un régime adapté afin de bénéficier d’une perte pondérale. Le traitement de l’hypertension chez la personne en surpoids consiste également à l’adjonction de traitements hypertenseurs, étant donné que la plupart du temps la modification des habitudes est difficile à maintenir sur le long terme. Des traitements médicaux, neutres sur le plan métabolique, sont souvent nécessaires.

 

D’autres articles sur le thème de la santé :


... Charger plus