L’anxiété peut-elle être provoquée par le surpoids ?

Le surpoids entraîne de nombreuses pathologies

Présenter un excès de masse graisseuse entraîne des risques de complications pour la santé. En effet, les personnes en surpoids ou obèses, c’est-à-dire dont l’IMC (Indice de Masse Corporelle) dépasse 25, sont considérées comme plus à risque de développer certaines pathologies.

Parmi ces maladies, citons notamment l’apparition de cancers, des troubles hormonaux, des douleurs d’estomac, des céphalées ou encore des problèmes cardiovasculaires et autres pathologies graves. L’excès de masse graisseuse, surtout lorsqu’il est localisé au niveau abdominal, entraîne également l’apparition de cholestérol, de diabète et autres maladies comme la goutte ou des problèmes de foie. Être en surpoids endommage également les articulations, causant entre autres des douleurs aux genoux. Le surpoids et l’obésité entraînent aussi des troubles psychologiques comme de l’anxiété ou bien une dépression.

Surpoids, anxiété et dépression : des états intimement liés

En ce qui concerne l’anxiété, la dépression et le surpoids, il est indéniable que ces états sont liés. Mais est-ce l’anxiété qui provoque le surpoids, ou bien le surpoids qui entraîne un état anxieux et le développement d’une dépression ? Sûrement les deux.

Les attitudes sociétales envers l’obésité, facteurs de mal-être psychologique

Selon une récente étude américaine, publiée dans le journal General Hospital Psychiatry, “la relation entre obésité et dépression est plausible pour plusieurs raisons’, peut-on lire. L’étude explique que certaines personnes souffrant d’un surpoids peuvent se sentir déprimées à cause des attitudes sociétales envers l’obésité. Par ailleurs, l’étude démontre également que la dépression, qui peut causer une perte d’appétit, peut également entraîner un gain de poids chez les personnes qui mangent plus lorsqu’elles n’ont pas le moral.

L’enquête menée aux États-Unis auprès de plus de 200 000 adultes vérifiait si les sujets étaient actuellement en dépression, ou bien avaient déjà été diagnostiqués en dépression ou souffrants d’un état anxieux. L’étude s’intéressait également à d’autres données comme le poids, l’activité physique, la consommation d’alcool et le tabagisme.

Au moment de l’enquête, près de 8,7 % des sondés rapportaient être en dépression, 15,7 % en avaient déjà souffert auparavant et 11,3 % avaient déjà présenté une forte anxiété. Les personnes qui avaient répondu être en dépression ou avoir déjà connu un épisode dépressif avaient 60 % de probabilités d’être obèses, elles étaient également deux fois plus à fumer que les personnes n’ayant jamais été en dépression. Quant aux individus présentant un trouble anxieux, ils avaient 30 % de risque d’être obèses.

De même, les participants à l’étude qui avait déjà été diagnostiqués comme en dépression ou souffrant de troubles d’anxiété rapportaient ne pas pratiquer d’activité physique. Parmi ces personnes, une large majorité affirmait souffrir d’épisodes d’hyperphagie boulimique ou bien de consommation excessive d’alcool.

L’auteure de cette étude en conclut donc que le surpoids, la dépression ainsi que l’anxiété coexistent souvent, la première alimentant les secondes et inversement. L’obésité et la dépression semblent donc constituer un cercle vicieux difficile à surmonter pour certains.

Obésité et dépression : un cercle vicieux

Selon une seconde étude américaine également, les femmes semblent plus susceptibles de souffrir d’une dépression si elles sont obèses, et les femmes en dépression ont plus de risque de devenir obèses. D’après les résultats de cette enquête, menée sur 4641 femmes âgées de 40 à 65 ans, les femmes en dépression lors de l’enquête étaient deux fois plus susceptibles d’être obèses. De même, les femmes obèses avaient deux fois plus de risque d’être déprimées.

L’auteur principal de cette recherche, publiée également dans la revue General Hospital Psychiatry, en conclut : « Quand les gens prennent du poids, ils ont tendance à devenir déprimés et quand ils sont déprimés, ils ont plus de difficulté à perdre du poids« .

Les résultats de l’enquête démontrent également que les femmes possédant un Indice de Masse Corporelle (IMC) supérieur à 30 avaient tendance à faire moins d’exercice et souffraient d’une mauvaise image corporelle. Elles consommaient en moyenne 20 % de plus de calories que celles possédant un IMC inférieur. Même en tenant compte d’autres facteurs tels que le niveau d’éducation, le statut marital, le tabagisme et la prise d’antidépresseurs, l’association entre obésité et dépression était également présente.

Selon l’auteur de l’étude, la stigmatisation due au fait de présenter un excès de poids peut affecter l’estime de soi et au final nuire aux efforts entrepris pour perdre des kilos. Pour le chercheur, les personnes en surpoids, de surcroît les femmes d’après les statistiques issues de ces études, doivent ainsi se concentrer sur leur moral et leur détermination afin de perdre du poids. Le fait de perdre du poids améliorera également leur moral, ce qui contribuera à créer une dynamique positive.

D’autres sujets relatifs à la santé :


... Charger plus