MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

ma RA impossible ?

36 ans 1307
Petit détail qui me revient de mon RDV : elle avait l'air assez surprise quand je lui ai dit que j'avais du mal à laisser quelqu'un prendre dans mon assiette.  
Est-ce quelque chose de si peu courant ? Ca va un tout petit peu mieux maintenant, mais moi j'ai vraiment beaucoup de mal à laisser même un tout petit peu de ma part à quelqu'un, surtout quand j'ai dans l'assiette quelque chose que j'adore.
Elle m'a dit qu'on reparlerait de ça, que ça devait venir d'une sorte de compétition avec mes deux petits frères étant petite, ou quelque chose du style. J'ai beau me creuser, je ne sais pas...

Je lui ai demandé aussi si c'était une pulsion quand on mangeait avec faim mais trop. Elle m'a dit que non, mais moi c'est l'impression que je me donne depuis que je l'ai vue : quand je suis seule en journée j'attends d'avoir faim, ok (ça met des plombes et ça me frustre, mais bon...), mais dès que je me mets à manger j'ai beaucoup de mal à m'arrêter. J'ai l'impression de compenser la frustration de moins manger qu'avant. C'est chiant si je vis ma RA comme une succession de mini régimes : je me lève j'ai pas faim, le midi j'ai pas trop faim, début d'aprem j'ai faim donc je mange, mais comme je me suis privée le matin et bien je mange double ou triple.

Comment faire la différence entre une pulsion et l'absence de sensation de satiété ?
32 ans 175
pimpf a écrit:
Petit détail qui me revient de mon RDV : elle avait l'air assez surprise quand je lui ai dit que j'avais du mal à laisser quelqu'un prendre dans mon assiette. Est-ce quelque chose de si peu courant ? Ca va un tout petit peu mieux maintenant, mais moi j'ai vraiment beaucoup de mal à laisser même un tout petit peu de ma part à quelqu'un, surtout quand j'ai dans l'assiette quelque chose que j'adore.
Elle m'a dit qu'on reparlerait de ça, que ça devait venir d'une sorte de compétition avec mes deux petits frères étant petite, ou quelque chose du style. J'ai beau me creuser, je ne sais pas...


Personnellement, c'est quelque chose qui ne me pose pas vraiment de problème, mais par contre je pense que c'est assez courant. C'est bizarre que ça l'ait autant surprise.

Citation:

Je lui ai demandé aussi si c'était une pulsion quand on mangeait avec faim mais trop. Elle m'a dit que non, mais moi c'est l'impression que je me donne depuis que je l'ai vue : quand je suis seule en journée j'attends d'avoir faim, ok (ça met des plombes et ça me frustre, mais bon...), mais dès que je me mets à manger j'ai beaucoup de mal à m'arrêter. J'ai l'impression de compenser la frustration de moins manger qu'avant. C'est chiant si je vis ma RA comme une succession de mini régimes : je me lève j'ai pas faim, le midi j'ai pas trop faim, début d'aprem j'ai faim donc je mange, mais comme je me suis privée le matin et bien je mange double ou triple.

Comment faire la différence entre une pulsion et l'absence de sensation de satiété ?


Il y avait un topic intéressant là-dessus, appelé "La frustration d'être une petite mangeuse", je pense que beaucoup sont passé(e)s par là en début de RA (moi incluse).
Je me rends compte que c'est quelque chose qui est finalement passé assez "rapidement" (tout est relatif), en apprenant à accepter la faim (ou l'absence de faim...).
44 ans Paris 9866
Ouaip, c'est ici:

http://www.vivelesrondes.com/forum/viewtopic_348141.htm

;)

(très intéressant, plein de questions qu'on se pose en ra)
36 ans 1307
Merci beaucoup à toutes les deux !

Je vais me plonger dans ce topic dès maintenant.
36 ans 1307
Bonjour,

Je viens vous donner quelques nouvelles.
Donc ça se passe moyen/bof pour moi ! Je n'arrive pas toujours à attendre d'avoir faim pour manger. Pourtant je sais que je n'ai pas peur de cette sensation, mais je crois que le point faible repéré ces derniers temps était clairement d'ordre social : je mange dès que j'en ai l'occasion si je suis avec mon copain ou d'autres personnes. Et je n'arrive quasiment jamais à ne pas prendre du dessert s'il en prend si je n'ai plus faim.

De toute façon je suis loin d'être prête à travailler sur la satiété. Je ne la repère pas du tout, et en fait je crois même ne pas avoir envie de la repérer.

J'avais parlé de mes réticences à donner de mon assiette à quelqu'un d'autre. Je crois que dans le même esprit, j'ai tendance à manger vite et beaucoup les gâteaux qu'on a et que j'adore, car j'ai peur que mon copain ne les mange tous... Du coup je lui ai demandé ce week-end de m'assurer qu'il ne prendrait pas tous les bueno ou autres BN. Ca a peut-être l'air con, mais ça me rassure de savoir que j'aurai toujours ma part qui m'attendra sagement dans quelques jours et je pense que ça peut m'aider à ne pas tout manger en 24 ou 48h.

Je m'en veux un peu car je suis convaincue par la RA depuis 3 ou 4 ans maintenant, et j'ai utilisé ce laps de temps pour manger ce dont j'ai envie et arrêter de culpabiliser. C'est une bonne chose vous me direz, mais du coup j'ai mangé tout et n'importe quoi à n'importe quel moment pendant toutes ces années, et ai volontairement occulté la partie faim/satiété. Ce qui fait qu'aujourd'hui, je ne suis pas satisfaite de pouvoir manger ce que je veux car ça je l'avais déjà, mais n'ai que la frustration de faire comme avant, mais de façon restreinte. Je ne sais pas si c'est clair...
47 ans 35 10308
Et la notion de plaisir?
Je n'ai jamais eu vraiment d'aliment tabous non plus, à part lors de ma période de régime j'ai toujours mangé ce qui me faisait plaisir mais simplement en des quantités trop grandes (je mangeais facilement toute seule des portions pour deux d'un aliment que j'aimais bien).
Par contre, à essayer de comprendre la satiété, je me suis rendue compte que je prenais beaucoup moins de plaisir à manger même un aliment que j'aime quand je dépassais ma satiété, et que même le sentiment de "ventre lourd" que j'avais après un repas trop copieux me gâchait en fait pas mal le plaisir.

Donc bref moi ce qui m'a "sauvée" c'est le sentiment de beaucoup mieux profiter des aliments que j'aime quand je les mange en ayant faim, du coup en les mangeant sans faim j'ai presque l'impression de les gâcher.
44 ans Paris 9866
pimpf a écrit:
Du coup je lui ai demandé ce week-end de m'assurer qu'il ne prendrait pas tous les bueno ou autres BN. Ca a peut-être l'air con, mais ça me rassure de savoir que j'aurai toujours ma part qui m'attendra sagement dans quelques jours et je pense que ça peut m'aider à ne pas tout manger en 24 ou 48h.

Ça n'a pas l'air con! n'hésite pas à aller plus loin et à avoir ton propre paquet avec ton nom dessus si ça t'aide...


Je m'en veux un peu car je suis convaincue par la RA depuis 3 ou 4 ans maintenant, et j'ai utilisé ce laps de temps pour manger ce dont j'ai envie et arrêter de culpabiliser. C'est une bonne chose vous me direz, mais du coup j'ai mangé tout et n'importe quoi à n'importe quel moment pendant toutes ces années, et ai volontairement occulté la partie faim/satiété.

C'est une confusion commune à propos de la RA et tu as fait un pas énorme en le comprenant!

34 ans 2879
J'ai de plus en plus l'impression que la RA ne peut pas vraiment se faire sans voir au delà de l'alimentation : est-ce qu'on a des journées bien remplies, est-ce qu'on prend soin de soi ?

J'ai bien plus de facilités à ne pas manger "pour le plaisir" lorsque j'ai du plaisir autre part dans ma journée. Et à ne pas manger "pour m'occuper" quand je m'occupe dans la journée.

Dans mon cas je me fais plaisir en prenant soin de moi : tous les soirs je prends du temps pour me chouchouter, et le matin je me fais jolie maintenant, et je n'ai plus besoin de compenser avec la nourriture le manque d'épanouissement de la journée...
44 ans Paris 9866
Okapi a écrit:
J'ai de plus en plus l'impression que la RA ne peut pas vraiment se faire sans voir au delà de l'alimentation : est-ce qu'on a des journées bien remplies, est-ce qu'on prend soin de soi ?

J'ai bien plus de facilités à ne pas manger "pour le plaisir" lorsque j'ai du plaisir autre part dans ma journée. Et à ne pas manger "pour m'occuper" quand je m'occupe dans la journée.

Dans mon cas je me fais plaisir en prenant soin de moi : tous les soirs je prends du temps pour me chouchouter, et le matin je me fais jolie maintenant, et je n'ai plus besoin de compenser avec la nourriture le manque d'épanouissement de la journée...


=D>
41 ans (¯`•.•´¯) (¯`•.•´¯) *`•.¸(¯`•.•´¯)¸.•´ ♥ ☆ º ♥ `•.¸.•´ ♥ º ☆.¸¸.•´¯` 1576
pimpf a écrit:

Un (gros) problème s'ajoute à cette situation bloquée. Lors de ma grossesse l'année dernière, on m'a détecté un diabète gestationnel.

Mon souci, c'est que j'ai l'impression de rejeter complètement l'idée de faire un régime, voire même d'une restriction quelconque. Je me rends compte depuis l'accouchement : je me rattrape sur les gâteaux +++. Ma petite frustration sur le sucré lors de la grossesse a été suivie par une grosse compensation pendant bien 3-4 mois (ça se calme un peu).

J'ai pris RDV tout à l'heure avec une médecin nutritionniste membre du GROS que je verrai donc dans deux semaines. Je lui ai parlé brièvement de mon pré-prédiabète, elle m'a dit "une perte de poids vous fera du bien". Cette petite phrase me file déjà des boutons, je fais un blocage. C'est complètement contradictoire avec ma démarche et mes convictions, je n'ai pas envie et ne peux pas tenir un régime. Mais si c'est indispensable pour ma santé, je fais comment ? Je suis paumée, j'ai l'impression que je ne m'en sortirai jamais...

J'aurais pu écrire ces mots parce que je me sens dans le même état d'esprit que toi Pimpf.
J'ai eu le même parcours que toi l'année dernière (nos bouts de chou sont nés dans la même période). J'ai fait du diabète gestationnel l'année dernière durant ma grossesse (en revanche j'étais sous insuline). A cause de cela j'ai dû faire un régime alors que je déteste ça. Je savais déjà qu'après l'accouchement j'allais le payer.
Effectivement cela a été le cas. Depuis que j'ai accouché je fais une boulimie d'aliments principalement sucrés. Quand cela arrive, la plupart du temps je ne mange pas parce que j'ai faim mais parce que j'ai besoin de combler quelque chose.
A chaque fois je me dis que je vais finir par mettre ma santé en danger à ce rythme là, mais rien n'y fait, mes pulsions sont plus fortes que ma raison.
Je ne me pèse plus depuis l'accouchement mais je vois bien que j'ai regrossi.
J'ai tendance à déprimer à cause de ça. J'ai peur de devenir diabétique ou d'avoir d'autres problèmes de santé plus tard à cause de mon surpoids.
Mais je n'arrive pas à accepter l'idée de devoir faire un régime.

Je vais suivre ton topic avec intérêt.
25 ans Nantes, Loire-Atlantique 88
Citation:
Elle m'a dit que non, mais moi c'est l'impression que je me donne depuis que je l'ai vue : quand je suis seule en journée j'attends d'avoir faim, ok (ça met des plombes et ça me frustre, mais bon...), mais dès que je me mets à manger j'ai beaucoup de mal à m'arrêter


J'ai exactement le même écueil avec les aliments dont je me suis privée :s
36 ans 1307
Angia : alors effectivement, j'ai mis de côté la notion de plaisir. Pas forcément une bonne idée en RA, j'en suis consciente ! Mais on en a pas encore parlé avec ma nutritionniste. J'ai pas encore la sensation que mon plaisir diminue tant que je n'ai pas le ventre qui me fait mal parce que j'ai beaucoup trop mangé. Je crois que je n'analyse pas encore assez bien mes sensations, enfin j'espère que ça vient de là.

Okapi : oui, c'est clair que si mes journées ne sont pas bien remplies j'ai tendance à + manger, pour compenser. J'ai souvent l'impression que je devrais faire + pendant mes journées, surtout avec l'arrivée de bébé. En ce moment il ne dort en journée que dans mes bras, c'est assez frustrant, j'ai des fois l'impression de gâcher un peu mon temps et je me rattrape sur la bouffe le soir. Je ne m'occupe pas assez de moi d'une manière générale, j'en suis consciente mais je n'arrive pas à sortir de ce cercle vicieux.
36 ans 1307
Mizirlou a écrit:

J'aurais pu écrire ces mots parce que je me sens dans le même état d'esprit que toi Pimpf.
J'ai eu le même parcours que toi l'année dernière (nos bouts de chou sont nés dans la même période). J'ai fait du diabète gestationnel l'année dernière durant ma grossesse (en revanche j'étais sous insuline). A cause de cela j'ai dû faire un régime alors que je déteste ça. Je savais déjà qu'après l'accouchement j'allais le payer.
Effectivement cela a été le cas. Depuis que j'ai accouché je fais une boulimie d'aliments principalement sucrés. Quand cela arrive, la plupart du temps je ne mange pas parce que j'ai faim mais parce que j'ai besoin de combler quelque chose.
A chaque fois je me dis que je vais finir par mettre ma santé en danger à ce rythme là, mais rien n'y fait, mes pulsions sont plus fortes que ma raison.
Je ne me pèse plus depuis l'accouchement mais je vois bien que j'ai regrossi.
J'ai tendance à déprimer à cause de ça. J'ai peur de devenir diabétique ou d'avoir d'autres problèmes de santé plus tard à cause de mon surpoids.
Mais je n'arrive pas à accepter l'idée de devoir faire un régime.

Je vais suivre ton topic avec intérêt.


Mizirlou, j'ai cru comprendre effectivement que mon RDV avec l'endocrino t'avait fait peur à toi aussi. Après, peut-être que nos situations ne sont pas si similaires malgré tout. As-tu refait ton O'Sullivan finalement ? Car moi, mon taux de glycémie est relativement élevé en temps normal, et ne l'était pas du tout + durant la grossesse. Peut-être que pour toi, il s'agissait réellement d'un diabète gestationnel totalement lié à ta grossesse ? Auquel cas ton taux serait + bas en temps normal. Ce qui n'est pas du tout mon cas. Mon taux est même + elevé depuis que j'ai accouché.
Par contre, c'est clair que la boulimie d'aliments sucrés pour compenser le régime durant la grossesse, ça je l'ai complètement eue aussi ! J'ai l'impression que ça se calme tranquillement depuis que je consulte. J'ai tendance à être impatiente, mais je sais en parallèle que ça prend du temps et que c'est normal.
Tellement de sentiments contradictoires... C'est dur à gérer !

En tout cas je suis de tout coeur avec toi !
Si tu veux qu'on se voie pour discuter ou si tu veux les coordonnées de ma nutritionniste membre du GROS, je suis là :kiss:
36 ans 1307
TortueGeniale a écrit:
Citation:
Elle m'a dit que non, mais moi c'est l'impression que je me donne depuis que je l'ai vue : quand je suis seule en journée j'attends d'avoir faim, ok (ça met des plombes et ça me frustre, mais bon...), mais dès que je me mets à manger j'ai beaucoup de mal à m'arrêter


J'ai exactement le même écueil avec les aliments dont je me suis privée :s


Je pense que c'est complètement normal. Il faut le temps d'assimiler que tu peux en manger quand tu veux. Et pour ça, je pense qu'il faut effectivement en manger beaucoup pour le réaliser vraiment de façon définitive.
41 ans (¯`•.•´¯) (¯`•.•´¯) *`•.¸(¯`•.•´¯)¸.•´ ♥ ☆ º ♥ `•.¸.•´ ♥ º ☆.¸¸.•´¯` 1576
pimpf a écrit:
As-tu refait ton O'Sullivan finalement ? Car moi, mon taux de glycémie est relativement élevé en temps normal, et ne l'était pas du tout + durant la grossesse. Peut-être que pour toi, il s'agissait réellement d'un diabète gestationnel totalement lié à ta grossesse ? Auquel cas ton taux serait + bas en temps normal. Ce qui n'est pas du tout mon cas. Mon taux est même + elevé depuis que j'ai accouché.

Je n'ai pas refait le test O'Sullivan 3 mois après l'accouchement comme c'était prévu... :oops:
Pas envie de repasser par là et pas envie de savoir si j'ai réellement un problème. Je suis consciente que ce n'est pas bien de faire la politique de l'autruche avec ça mais c'est plus fort que moi.
Récemment j'ai fait une prise de sang très complète. Parmi il y avait la glycémie à jeun. Le taux était normal. Mais je ne sais pas si les taux 1h puis 2h après l'absorption de l'eau sucrée seraient normaux eux...

pimpf a écrit:
En tout cas je suis de tout coeur avec toi !
Si tu veux qu'on se voie pour discuter ou si tu veux les coordonnées de ma nutritionniste membre du GROS, je suis là :kiss:

Merci Pimpf. Pour l'instant je ne me sens pas du tout prête pour ça. Je suis dans une phase de rejet des nutritionnistes et des régimes depuis ma grossesse.
En plus en ce moment je suis en train de gérer un autre éventuel problème de santé. J'ai des examens à faire, on verra bien...
B I U