MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Effarée, effrayée et ecoeurée

35 ans Paris 232
Bonsoir,

Dans notre société dite civilisée, je suis choquée de voir comment les plus faibles sont traités. Alors que chacun dit être unique et souhaite se démarquer (suffit de voir les  
prénoms des nouveaux-nés...) il ne fait pas bon d'être différent. Il y a la différence "in" et les autes.
Vous avez du lire le post de Sevelisa concernant sa fille (si non : une enfant de 7 ans se fait insulter et frapper car ayant des problèmes de poids). Une enfant rejetée car trop grosse. Mais le poids n'est pas le seul critère, mon frère était trop bon et a subi des humiliations en primaire (dont il n'a jamais parlé). Alors voilà : trop gros, trop bon, trop petit, trop myope, trop... la liste est longue. Faut rentrer dans les cases sous peine d'être exclu, humilier, injurier ou autre.
Les enfants ont méchants entre eux, sans aucune pitié. Bon d'accord, mais ça s'arrange après ?

Après... il y a toujours les "trop" mais finalement il y a pire qu'être "trop" : être mal dans sa peau. Les "psychologiquement fragile" deviennent facilement des jouets ... Je ne m'en étais jamais rendu compte avant hier. Vous devez vous demander ce qui s'est passé hier : un médecin généraliste m'a parlé d'une jeune fille (troisième, elle devait 15 ans) qu'elle avait vu il y a une semaine, mal dans sa peau, qui se scarifie et qui de toute évidence n'allait pas bien. Au cours de la consultation elle a fini par lâcher le morceau, elle reçoit des messages via internet (facebook pour ne pas nommer le site) d'une autre collégienne. Le contenu des messages est sans appel : "t'es inutile, tu sers à rien, va te pendre tu rendras service à tout le monde". J'entends ça, je reste bouche bée ... comment peut on dire te telles horreurs ??? A quelqu'un qui en plus ne va vraiment pas bien ??? Mais ce n'est pas tout, quelques jours plus tard elle reçoit un autre message, de la même personne "je t'ai vu au collège, t'es toujours pas morte ? on peut t'aider si tu sais pas comment faire".

Les plus optimistes voudront me dire que ce n'est qu'un fait divers, que ça ne préjuge pas du reste. Le problème c'est que des exemples comme ça, le médecin généraliste avec qui je discutais en a d'autres : "tu te troues la peau dégage on veut plus te voir", toujours envoyé par facebook à un collégien qui se scarifiait. Ou une ado de 12 ans retrouvé pendue dans sa chambre. Ou une autre harcelée par tout son collège qui ne voulait même plus sortir de sa chambre et dont les parents avaient barricadé la fenêtre de peur qu'elle saute...

Je sais pas pour vous mais tant de violence gratuite me dépasse. Y a un truc qui m'échappe... et qui m' écœure...
91 ans 9582
maman d'ados je ne suis pas étonnée du tout... le problème c'est que pour pouvoir protéger nos enfants il faudrait déjà le savoir, or ce qui se passe sur les réseaux sociaux ou les SMS nous échappe complètement :? et j'ai l'impression qu'il y a une sorte d'impunité en plus. Perso je porterai plainte direct si mes enfants recevaient ce genre de message et que je l'apprenne ! Les gendarmes font des interventions en collège pour expliquer qu'on est responsable de ses propos sur facebook ou autre, ce que risquent les parents etc... et certains collégiens rigolaient face aux gendarmes :shock:
91 ans 9582
maman d'ados je ne suis pas étonnée du tout... le problème c'est que pour pouvoir protéger nos enfants il faudrait déjà le savoir, or ce qui se passe sur les réseaux sociaux ou les SMS nous échappe complètement :? et j'ai l'impression qu'il y a une sorte d'impunité en plus. Perso je porterai plainte direct si mes enfants recevaient ce genre de message et que je l'apprenne ! Les gendarmes font des interventions en collège pour expliquer qu'on est responsable de ses propos sur facebook ou autre, ce que risquent les parents etc... et certains collégiens rigolaient face aux gendarmes :shock:
39 ans Normandie 12382
24h que ça tourne http://www.meltybuzz.f...ncher-sur-twitter-a333889.html , ceux qui défendent la victime sont devenus les bourreaux du bourreau en l'attaquant principalement sur son poids , en lui conseillant de se suicider , ses coordonnés sont partout ainsi que ceux de ses parents :roll:

J'ai été humilié pendant deux ans au collège par un groupe de filles , je ne saurais jamais pourquoi , je croise souvent une de ces filles et c'est elle qui baisse la tête , heureusement qu'à l'époque il n'y avait pas facebook , on dit que la roue tourne mais dans mon cas ça ne s'est pas passé comme ça ... c'est peut être pour ça qu'aujourd'hui je suis ultra tolérante et j'ai une empathie qui me bouffe
48 ans Sur un gros arbre perché 7658
Les gosses ont toujours été bêtes et méchants dans leur immense majorité.

La différence est qu'ils peuvent l'exprimer aujourd'hui avec encore plus de lâcheté.

Si un jour j'ai un(e) gamin(e), la première chose que je lui apprendrai sera de coller des baffes au sens propre comme au figuré, afin qu'elle ou il ne soit pas du coté des victimes.

Je saurai quoi répondre si on venait me chercher.
On vit vraiment dans un drole de monde... enfin, pas drole du tout justement!
Je ne comprends pas, moi non plus.
A mon époque, le harcèlement scolaire existait, meme si on n'en parlait pas. J'en ai été victime pendant des années, avec des faits parfois très graves, notamment au lycée (avec des faits assimilables à du harcelement sexuel et memes à des agressions de nature sexuelle, de type attouchements), dans l'indifférence générale (les surveillants et les profs ne pouvaient pas l'ignorer mais faisaient comme s'ils ne voyaient rien).
Mais au moins, à l'époque, il n'y avait pas internet. Donc ca se passait dans l'établissement scolaire, et éventuellement sur le trajet du retour (il est arrivé qu'on me suive à la sortie du collège pour continuer dans la rue, et meme jusque devant chez moi).
Mais au moins après ca s'arretait. Pas de facebook, twitter et autres pour harceler un enfant ou un ado à la face du monde.
Et on ne parlait pas non plus de suicide à l'époque.
Moi aussi, ca me choque énormément qu'on incite ainsi un ado (qui déjà ne va pas bien) à se suicider, et qu'on lui propose de l'aider...
Il y a des lois contre ca!
Mais, comme vous dites, encore faudrait-il que les parents le sachent... et que l'établissement ne les dissuadent pas de porter plainte par peur du scandale, comme c'est trop souvent le cas...
Quand il y a un drame (suicide d'enfant harcelé ou enfant qui meurt des suites des mauvais traitements physiques subis à l'école), on apprend parfois que l'enfant avait caché le pb à ses parents mais parfois aussi que les parents savaient, avaient alerté l'établissement, parfois même l'académie ou la police, mais en vain. Et ca, c'est pire que tout. A quoi servent les lois si elles ne sont pas appliquées, si la police elle-meme banalise, en disant que ce n'est "que des histoires de cour de récréation"???
Comment apprendre le bien et le mal ou les règles à des jeunes (qui bien souvent n'ont plus de repères et baignent dans la violence de leurs divers écrans) si tout le monde s'en fout???
N
33 ans 357
depuis que le monde est monde ca a toujours été comme ca et les plus fragiles se sont toujours fait du mal a l'extieure lorsqu'il avait mal a l'interieur la scarification existe depuis des siecles
35 ans Orgrimmar 6511
A mon sens le chat, il ne faut pas apprendre à nos enfants à se protéger, enfin, pas que, mais aussi savoir se mettre du côté du plus faible et à, en plus de ne pas agresser, ne pas rester neutre.
C'est fou comme on se fait moins emmerder quand on est plusieurs... Même 2, 3!
nioki a écrit:
depuis que le monde est monde ca a toujours été comme ca et les plus fragiles se sont toujours fait du mal a l'extieure lorsqu'il avait mal a l'interieur la scarification existe depuis des siecles

Oui, mais, là, c'est meme pas le problème. Le problème, c'est ceux qui font du mal à qqn d'autres, parce qu'il est trop ceci, pas assez cela, ou plus fragile que les autres.
39 ans très au sud 7913
Waouh dans le cas de cette jeune fille "bourreau puis victime" je me dis surtout que les adultes n'agissent pas mieux que les ados en voulant faire justice eux mêmes! Et surtout même si son comportement est inacceptable (c'est une évidence), c'est à la jeune fille agressée (et ses parents) de porter plainte et à la justice de décider des sanctions! Ce n'est qu'une ado qui fait de grosses conneries et a besoin qu'en face les adultes lui mettent des limites, qui doit répondre aussi de ses actes oui, mais pas en place publique non plus! O va bientôt assister aux procès et tortures publics non?

Que les gamins soient bêtes et méchants à certains moments c'est pas un scoop, que les adultes n'aient pas plus de plomb dans la tête là ça commence à devenir grave quand même... avec internet (et les smartphone dans les écoles et les mains de gamins de 12 ans) le soucis c'est que nous donnons à nos jeunes des outils que nous mêmes ne maîtrisons pas complètement et faisant le pari qu'ils seront raisonnables (purs et innocents) et n'en feront qu'un bon usage... oO
Comment peut on demander à des ados de ne pas chatter en cours, ne pas abuser des réseaux sociaux (et de leur anonymat), de ne pas dépendre du net quand nous leur mettons une fenêtre sur internet dans les mains en permanence? Y compris en cours?
Maintenant le harceleur peut agir tranquilou depuis n'importe où, bien confortablement au fond de son canapé devant les ch'tis à *dans ton fion*, faut pas s'étonner des dérapages surtout que très peu de parents vont vérifier les pages twitter ou Facebook de leurs gamins, les historiques & co! Et quand les gamins n'ont pas en plus leur ordi perso... comme avant les autres gamins parlaient entre eux de leurs boucs émissaires favoris maintenant cela se fait sur les réseaux sociaux avec plus ou moins (beaucoup de moins) de la conscience d'être dans un espace public tout en étant dans le foyer parental... bref c'est aux adultes d'être vigilants sur le net avant tout!

En primaire il y a eu plusieurs personnes qui ont tenté de me harceler et s'y sont cassé les dents. Je me rappelle d'une fille qui croyait que si elle tapait j'allais plier, ben non j'ai appris à taper moi aussi (et très vite) et à ce petit jeu elle n'a rapidement plus eu le dessus...
Il y avait aussi 2 pestes de petites bourges qui faisaient comme si elles pouvaient pas se sentir et passait leur temps à exiger des autres gamins qu'ils choisissent un camps et à pourrir la vie de ceux qui refusaient... Le jour où j'ai vu ces deux pestes main dans la main à la Féria et ai su qu'elles et leurs mères étaient potes comme cochons je peux vous dire que le lendemain à la sortie, du haut de mes 10 ans je suis allée me planter devant les gamines et leurs nounous et j'ai tout balancé devant les autres gamins qui étaient oO elles m'ont plus jamais embêtée les deux pestes et plus personne n'est rentré dans leur jeu.
À mon entrée au collège aussi une fille a tenté d'emblée de me prendre pour victime pour des prétextes bidons, elle a cru que j'aurai peur, elle a eu tout faux. Je l'ai laissé faire une petite semaine et quand elle a dépassé les bornes j'ai attaqué, elle a trouvé une autre victime qui venait me voir parfois (et qui m'agaçait au plus haut point).

Pour l'école et les adultes à l'école j'ajouterais cependant une nuance. Quand cela se voit, qu'un adulte voit il doit intervenir c'est une évidence. Mais ce n'est pas si facile de voir des choses quand on est au milieu de 30 personnes (qui sont bien décidées à ce que vous ne voyez rien) et que l'on a un programme à faire passer. Surtout nous n'avons pas des yeux partout (et surtout pas sur le net et n'avons pas nos élèves en friends), nous ne sommes que des humains! Donc souvent quand ça arrive devant nos yeux c'est que c'est déjà allé trop loin.
J'entends souvent dire que nous sommes des interlocuteurs privilégiés mais c'est pas tout à fait exact. Nous aussi nous sommes dans l'école c'est vrai, mais nous aussi on se prend la violence scolaire tous les jours dans la gueule, faut pas croire... nous aussi en sommes fatigués et saturons! Alors oui nous sommes au premier rang, mais surtout nous sommes dans la mêlée au final... alors oui nous devons dénoncer et intervenir, mais faut pas oublier que les adultes de l'école aussi ont besoin d'aide extérieure pour mieux gérer l'intérieur.
reinette81 a écrit:
Pour l'école et les adultes à l'école j'ajouterais cependant une nuance. Quand cela se voit, qu'un adulte voit il doit intervenir c'est une évidence. Mais ce n'est pas si facile de voir des choses quand on est au milieu de 30 personnes (qui sont bien décidées à ce que vous ne voyez rien) et que l'on a un programme à faire passer. Surtout nous n'avons pas des yeux partout (et surtout pas sur le net et n'avons pas nos élèves en friends), nous ne sommes que des humains! Donc souvent quand ça arrive devant nos yeux c'est que c'est déjà allé trop loin.
J'entends souvent dire que nous sommes des interlocuteurs privilégiés mais c'est pas tout à fait exact. Nous aussi nous sommes dans l'école c'est vrai, mais nous aussi on se prend la violence scolaire tous les jours dans la gueule, faut pas croire... nous aussi en sommes fatigués et saturons! Alors oui nous sommes au premier rang, mais surtout nous sommes dans la mêlée au final... alors oui nous devons dénoncer et intervenir, mais faut pas oublier que les adultes de l'école aussi ont besoin d'aide extérieure pour mieux gérer l'intérieur.

Oui, sauf que je faisais allusion à des choses bien visibles.
Quand j'étais à l'école primaire et au collège, tout le monde savait qu'on se moquait de moi, et meme certains profs en faisaient autant! Je pense en particulier à des profs de sport qui m'appelaient "mamie nova" et disaient que je courrais comme un canard ou comme une dinde... Bien sûr, ces surnoms étaient ensuite repris par les gamins... D'accord, à l'époque, ma maladie rara n'avait pas encore été diagnostiquée, mais ce n'était pas une raison!
Quand j'étais en seconde et victime d'attouchements sexuels dans les divers lieux de vie de l'internat, il aurait vraiment fallu être aveugle et sourd pour ne pas s'en rendre compte, surtout qu'on était quand meme assez surveillées. En fait, tout le monde savait, mais personne ne faisait rien. Et quand j'en parlais, on me disait de ne pas faire d'histoires et d'apprendre à me défendre toute seule (sic).
Et quand il y a un drame dans l'actualité, parfois les parents ne savaient rien de ce que vivait leur enfant mais parfois ils savaient mais avaient banalisé et enfin parfois ils avaient allerté l'école, voire l'académie et la police, et on avait banalisé. Et c'est cette banalisation que je trouve dramatique.
oups: "surtout qu'on était quand meme assez surveillés."
Je parle bien d'agressions hétéro, pas homo!
39 ans très au sud 7913
Je vais peut être te choquer Aurélie mais dans les affaires de harcèlements, ce que personne ne veut voir c'est que nous sommes TOUS responsables, que ça soit les acteurs directs ou indirects! Personne n'est tout blanc ou tout noir et tout le monde aurait pu faire quelque chose. Bourreaux, victimes, entourages des bourreaux et des victimes, spectateurs, complices, complices par refus de voir etc etc.... personne n'est vraiment en dehors! C'est ce qui rend aussi les choses très compliquées et sensibles et qui fait que chacun croit aussi que ce n'est pas sa faute dans le fond (mais entièrement celle des autres) et du coup se sent légitimé dans son action ou inaction.
C'est la société entière qui est remise en question dans ces harcèlements et chacun veut se croire plus pur que son voisin.
Et le pire c'est qu'après, quand un drame survient justement tout le monde cherche à charger quelqu'un sans se remettre en question et se dire "mais et moi au fait j'aurai pu faire quoi?" Non on se donne bon conscience en se disant que nous on ferait pas ça et c'est la faute de untel voilà tout, faut donner des méchants pour déculpabiliser les autres. Alors OK ces personnes sont responsables, mais elles font partie d'un contexte et les regarder elles seules n'arrange rien puisque le contexte malsain peut se reproduire.
La responsabilité de la victime, peu importe de quoi elle est victime, c'est qqch que je ne peux pas entendre.
Une victime n'est, par définition, jamais responsable d'etre victime. Si elle se venge ensuite, bien sûr elle est responsable de ses propres actes.
Après, les coupables et ceux qui savaient et n'ont rien fait, oui, bien sûr qu'ils sont responsables.
Ceux qui ont laissé un climat malsain s'installer, oui, peut-etre. Mais à trop dilluer les responsabilités, on finit par arriver au "tous responsables, personne coupable", ce qui me semble très dangeureux.
Et je me suis toujours demandé comment on était censé se défendre à 1 contre 10 (ou 1 contre 5 ou 20, peu importe), et qui plus est sans "faire d'histoires", c'est-à-dire sans rapporter les faits à des adultes censés assurer la sécurité de tous...
B I U