Qu’est-ce que l’IMC ?

Il n’existe pas de poids idéal pour une femme ou un homme, mais seulement différents indicateurs de valeurs auxquelles se réfère un individu pour juger son poids. En France, entre les normes imposées par la société, celles idéalisées par la personne et les critères des spécialistes, il peut parfois être bien difficile de définir si un individu souffre de kilos en trop.

L’IMC, Indice de Masse Corporelle, est une formule utilisée pour définir si une personne est en situation de surpoids et doit maigrir, ou au contraire si elle souffre de maigreur. Cet indice, reconnu par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 1997, tient compte de deux variantes pour établir un rapport entre la taille et le poids d’un individu. L’IMC est une formule linéaire qui s’applique autant aux hommes qu’aux femmes, de 18 à 65 ans. Il se calcule de la manière suivante : IMC = poids (kg) / taille (m2). Selon le résultat de ce calcul, vous serez en mesure de savoir si votre IMC présente un risque pour votre santé, ou au contraire si votre poids est jugé idéal.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) classe les catégories d’IMC de la manière suivante :

  • IMC inférieur à 18,5 = poids insuffisant
    IMC compris entre 18,5 et 24,9 = poids idéal
    IMC compris entre 25 et 29,9 = surpoids
    IMC supérieur à 30 = obésité

Il est important de noter que le calcul de l’IMC tel que proposé par l’OMS ne peut être appliqué aux enfants. Il est toutefois possible de calculer l’IMC d’un enfant ou d’une personne mineure, mais son calcul est différent et doit être effectué par un spécialiste.

Les risques pour la santé en cas d’IMC anormal

Si votre IMC est inférieur à 18,5, vous êtes alors considéré en sous-poids, que vous soyez un homme ou une femme. Les risques pour la santé ne sont pas à sous-estimer, puisqu’ils sont aussi importants que lors d’un surpoids. Une personne en situation de maigreur présente une faible résistance de son système immunitaire, des problèmes d’infertilité et d’ostéoporose.

En cas d’IMC supérieur à 25, d’autres maladies sont susceptibles de se déclarer. Vous êtes plus à risque de développer des maladies de type cardio-vasculaires, mais également respiratoires. Vous êtes aussi plus enclin à souffrir d’un diabète et de certains types de cancer. Il vous faut alors perdre des kilos pour pouvoir préserver votre santé.

Si votre IMC est compris entre 18,5 et 24,9, alors votre corpulence est considérée comme “idéale” et vous n’avez pas besoin de maigrir. Cela peut vous aider à réduire le risque de développer des problèmes de santé causés par le poids.

Toutefois, l’IMC n’est pas le seul indicateur à prendre en compte lorsqu’il s’agit de définir de manière précise si une personne est en situation de surpoids ou d’obésité et qu’elle doit maigrir, ou bien si elle est mince voire trop maigre. D’autres critères essentiels sont à prendre en considération avec ce calcul.

Comment définir l’obésité et la minceur ?

L’IMC seul ne peut permettre de conclure si une personne présente une corpulence trop forte, ou non. Les chercheurs se sont en effet rendu compte qu’il s’agit avant tout de prendre l’individu dans sa globalité, pour pouvoir définir si son poids présente un risque pour sa santé.

Ainsi, outre son âge, son origine ethnique et d’autres facteurs génétiques et épigénétiques, le tour de taille est un indicateur prépondérant qui a un rapport réel avec la santé des femmes comme des hommes.

Le tour de taille : un indice essentiel à prendre en compte

L’IMC a longtemps été considéré comme seul indicateur fiable pour savoir si une personne est de trop forte corpulence. Or, les spécialistes se sont aperçus qu’un individu peut tout à fait présenter un IMC élevé sans que cela ne retentisse sur sa santé, ou au contraire un IMC normal, mais une masse graisseuse problématique. Il faut donc tenir compte d’autres calculs pour apprécier la santé d’une personne, comme le tour de taille.

Le tour de taille permet de mettre en exergue un excès de masse graisseuse au niveau abdominal et en particulier la graisse se situant à l’intérieur de l’abdomen ; c’est-à-dire celle se trouvant autour du foie et des intestins, la plus toxique pour l’organisme.

L’important dans le calcul du tour de taille, c’est de suivre l’évolution de sa mesure. Ainsi, quelqu’un présentant un tour de taille normal, mais qui augmente d’un centimètre chaque année, doit s’alerter. En revanche, une personne qui possède un tour de taille important, mais stable chaque année, peut être rassurée.

Là encore, définir si un individu est en surpoids en tenant compte de son seul tour de taille est donc soumis à interprétation. Mieux vaut s’en remettre aux spécialistes tels que les médecins, nutritionnistes, diététiciens, etc. Ces derniers seront en mesure d’évaluer de manière précise la masse graisseuse d’un individu, à l’aide de techniques de pointes telles que l’impédancemétrie.

Qu’est-ce que l’impédancemétrie ?

L’impédancemétrie est un examen permettant d’obtenir des informations indispensables lorsqu’il s’agit de définir si une personne est en surpoids. Cette analyse permet de déjouer certaines erreurs de diagnostic. De plus, l’impédancemétrie permet d’établir des repères précis avant d’entamer tout régime, qu’il soit amincissant comme grossissant.

Le poids global d’une personne peut se décomposer de la manière suivante : les liquides (eau et sang), la masse musculaire, les os, les viscères, les organes et enfin, la graisse. Une simple pesée ne révèle pas la répartition exacte du poids au sein de ces multiples éléments, mais seulement le poids global d’un individu. C’est la raison pour laquelle l’impédancemétrie est importante, puisqu’elle permet de définir la composition corporelle de manière précise.

Cette technique repose sur la particularité de la graisse à s’opposer au passage d’un faible courant électrique (totalement indolore et inoffensif pour le corps). Il en résulte un tableau de référence, permettant de savoir si le taux de masse graisseuse est trop important, en fonction de son sexe et de son âge.

Lors d’un régime amincissant, l’impédancemétrie doit être mise en corrélation avec la mesure du tour de taille et des hanches, afin d’établir la répartition exacte de la masse graisseuse sur le corps d’une personne. En effet, selon la répartition de cette dernière, les enjeux et chances d’amaigrissement sont différents. L’impédancemétrie permet également de mesurer les impacts réels d’un régime, afin de ne pas perdre de masse musculaire tout en perdant des kilos.

Nous venons de le voir, l’IMC seul ne peut donc pas permettre de définir si une personne est en surpoids, ou si son poids est normal. Cette mesure doit être corrélée à d’autres indices tels que le tour de taille et précisée à l’aide de l’impédancemétrie. Il sera ainsi plus aisé de s’apercevoir si l’on est réellement en situation de surpoids et d’en tirer les mesures nécessaires pour prendre soin de sa santé.

 

D’autres sujets qui pourraient vous intéresser :


... Charger plus