MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Puritaines versus réactionnaires?

34 ans Niort 1218
(Reinette 😘)
36 ans très au sud 7169
Et puis peut être que le jour où il comprendra que féminisme = humanisme et que là dedans les hommes sont autant gagnants que les femmes il pourra sortir des jolis mots comme universalisme et que ça soit plus orthodoxe lol...
Il n'y a qu'à regarder le combat pour l'allongement du congé paternel! Les femmes s'y battent avec des hommes pour leurs droits à eux et donc par rebond leurs droits à elles pour accueillir un enfant dans de meilleures conditions, tout est lié et cet exemple en est la preuve. Les hommes sont autant gagnants que les femmes.

Allez pauvre petit chaton victime des vilaines persécutrices qui s'étonne que quand des personnes osent (enfin!) parler elles se défendent quand elles son systématiquement mises en doute/ contredite et avec des arguments douteux qui plus est ... sous prétexte de cas extrêmes érigés en généralités il faut tout arrêter, sous prétexte que des groupes extrémistes minoritaires ne sachant plus comment faire parler d'eux s'emparent des sujets ça doit les rendre caduques et non recevables (car ton argumentaire c'est ça...).
Weinstein Nassar DSK et surtout tous les milieux qui dénoncent: cinéma, sport, mode (cette semaine pour la Fashion week). L'envers du décor est nettement moins brillant pour les femmes. Et pourtant ils sont encore nombreux les "non mais c'est normal dans ces milieux là faut coucher, ça se sait et maintenant elles se plaignent! En plus ça lui a bien servi quoi!".

Tu confonds féminisme et extrémisme, tu crois qu'en prononçant ces mots ça discrédite mais à part pour toi non. Tu veux que des arguments douteux soient écoutés et portés en exemple mais tu refuses un droit de réponse dans le fond (car oui tes arguments ont été mis à mal et tu ne veux pas l'entendre alors que toi même tu n'as même pas lu un contre argument-discours de Portman-... tu trouves que ta démarches est douteuse là?)
Tu parles de Deneuve comme d'une féministe mais t'es à côté de la plaque. Veil, Duras, Sagan, Nicola Sirkis (quand il ose un "suffragettes" dans son album 13 et son partenariat avec Asia Argento qu'il a soutenu dans la tempête Weinstein). Et honnêtement je pense q'une Duras et une Sagan savent de quoi elles parlent quand elles parlent de sexualité et liberté, elles ont osé être qui elles sont et explorer leurs corps et leurs âmes quitte à déclencher régulièrement les foudres et choquer (choquer hein pour de vrai, pas pour se faire de la pub comme une Deneuve ou une Millet). Et je ne te parle même pas des mouvements artistiques féminins, Nan Goldin, Shirin Neshat, Nikki de St Phalle, Zaha Hadid et combien il est encore difficile pour une femme artiste d'être exposée aujourd'hui... surtout quand elle parle corps et sexualité!
Alors oui quand tu veux faire un d
36 ans très au sud 7169
Alors oui quand tu veux faire un débat tu as droit à des contre arguments, mais le seul à les refuser ici ben... c'est toi oO
On dirait un enfant capricieux qui lance un post pour embêter/ provoquer (car on a bien compris que tu n'aimes pas les vilaines féministes, la meute et que régulièrement tu joues à provoquer), à qui on démontre les contre arguments, qui refuse d'entendre/ lire/ voir et essaie de crier fort pour dire "spazuste" quand il voit bien qu'il n'a pas le dernier mot et que son raisonnement/ argumentaire sonne faux. Tu finis immanquablement avec ces arguments "la meute des vilaines féministes extrémistes- elles ne supportent rien- elles sont méchantes avec les hommes (et surtout toi hein!)- le forum c'est mieux sans elles-" et le meilleur pour la fin "mais vous m'écoutez même pas" qui est en fait un constat que tu t'envoies à toi même, amusant... ton vide argumentaire est très drôle en soi
P
50 ans 2945
(pour Reinette)
Non. Le résultat d'un examen médical physique ne lève pas obligatoirement le doute. Une femme peut avoir été violée sans qu'il y ait de lésions. Et si l'absence des ces dites lésions physiques suffit à mettre en doute sa parole, c'est que le système est réellement pourri, car il y a bien d'autres lésions, psychologiques, qui elles ne peuvent passer inaperçues.

Mais attention. Ne pas mettre en doute sa parole ne signifie pas pour autant accuser et condamner l'accusé sans instruction, sans procès. La présomption d'innocence doit se perpétrer jusqu'à ce que des preuves indiscutables viennent étayer l'accusation. Un policier ou un juge intègre ne devrait pas instruire à charge, ni d'un côté ni de l'autre.

Quant aux précautions dont je parle, il s'agit des indices, du "matériel" physique comme un cheveu, un poil, un élément vestimentaire, etc. Et naturellement le sperme.

Puisque tu en parles dans ton message précédent : qui te dit que tous les hommes ont envie d'un congé paternité ? J'en connais un justement qui a eu l'audace de demander à son patron si par hasard il ne pourrait pas être payé l'équivalent à la place. Bref, je n'ai aucun chiffre sur le sujet, mais ce que je peux dire c'est que parmi les personnes que je connais (même si ce n'est sûrement pas représentatif d'une population donnée), le sujet divise. Au bureau par exemple, y en a bien 2 ou 3 (des femmes) qui pensent que ça n'est pas normal que les pères aient ce congé puisque ce ne sont pas eux qui supportent la grossesse.
K
40 ans 721
Bonjour
Mes propos vont peut-etre etre decousus et je m'en excuse par avance.
J'ai soutenu les mouvements Balance ton porc et Me Too. J'ai apprecie que les femmes puissent parler. J'espere que cela continuera, qu'une femme victime pourra parler.

Ces mouvements ont-ils encourage la delation ? Non. Peu de noms ont ete donnes en pature au public.
Ces femmes ont-elles une dent contre tous les hommes ? Non. Juste contre ceux qui se comportent de maniere reprehensible. Et heureusement c'est une minorite.
Les femmes victimes se sentent-elles victimes pour le restant de tous les jours ? Je ne crois pas.

Le harcelement, la drague, la galanterie sont trois mots recouvrant des realites differentes. Et beaucoup de personnes savent faire la difference.

J'ai ete victime de harcelement sexuel au travail. Je n'etais pas la premiere victime mais c'est moi qui devant la hiérarchie ait dû m'expliquer, raconter ma vie privée, mes relations avec les hommes. Le porc a lui été laissé tranquille.
J'ai mis deux ans à remonter la pente. Et pendant, cette periode, j'ai eu la chance d'etre plutôt bien accompagnée, y compris par des hommes.

J'ai été victime, j'ai balancé mon porc. Ca m'a fait un bien fou de lire les témoignages d'autres victimes, de ne plus se sentir seule et en meme temps, c'est triste de lire autant de témoignages. J'ai participé à ce mouvement. Cela ne fait pas de moi une hystérique qui en veut à tous les hommes. Je suis ni puritaine ni réactionnaire. Juste une de ces (trop nombreuses) femmes à qui s'est arrivé.

Je ne pense pas venir lire les reponses.

Desolée pour les accents manquants ou les fautes. Je suis sur mon téléphone.
50 ans Est 391
https://www.nouvelobs....ggeuse-mais-un-feminicide.html
34 ans Niort 1218
Klarisa, si jamais tu viens lire, sache juste que tu as tout mon soutien, et toute ma tristesse et ma colère que ça se soit passé comme cela dans ton entreprise. Je te trouve extrêmement courageuse de nous donner ton témoignage ici, il est très fort.

Reinette : +1000

Renarde : Eh oui
P
50 ans 2945
En ce qui concerne le meurtre d'Alexia Daval, ce n'est pas à ce moment de l'instruction qu'on peut lui donner une qualification.
P
50 ans 2945
Comme quoi tout arrive : https://www.marianne.n...riq-ramadan-place-en-garde-vue
45 ans Out of nowhere 2829
Le meurtre d’Alexia est horrible, mais l’article en lien me paraît polémique et récupérateur. Si j’en crois le sens du mot féminicide, Alexia aurait été tuée parce qu’elle était une femme. Ce n’est franchement pas une hypothèse sérieuse. On a beau ne pas savoir encore ce qui s’est réellement passé, il y une probabilité infime que le genre de la victime soit la cause de son décès. Il est beaucoup plus vraisemblable qu’il s’agisse d’une dispute qui a malheureusement dérapé dans une violence mortelle.
Évidemment l’avocat aura beau jeu de démontrer que l’auteur était dominé, écrasé dans la relation, pour minorer la culpabilité de son client.
36 ans très au sud 7169
Prax je ne comprends pas bien où tu veux en venir... sans examen médical les chances de voir la plainte aboutir sont plus que minces. Et cet examen est subi par les victimes et est une épreuve dans leur intimité juste pour pouvoir poursuivre l'agresseur. Ça change quoi ce que tu ajoutes? Sinon en plus de dire que ce n'est pas obligé car ça peut ne pas servir?
Ce qu'il y a de paradoxal c'est que le doute qui bénéficie à l'accusé est un doute de la parole de la victime. Et à partir de quand peut on dire qu'une preuve est "indiscutable"? Les avocats ne sont ils pas là pour rendre tout discutable?
Par contre je te rejoins sur la neutralité de la justice, mais selon qui est accusé ça peut très vite basculer.

Le congé paternité... certains avancent que le rendre obligatoire permettrai aussi de faire progresser l'égalité hommes et femmes dans le travail car les jeunes femmes sont discriminées à l'embauche quand elles sont en âge de procréer, on leur préfèrera un homme qui n'aura pas de congé maternité. Mais s'ils doivent prendre un congé paternité alors ça change la donne... eux aussi seront appelés à être absents.
Une femme ne peut pas physiquement retravailler derrière une naissance et cela la discrimine.
Pour les pères qui refusent le congé paternité je me dis que le partage des tâches est loin d'être gagné. maman seule à la maison pour accueillir un nouveau né, en pleine tempête avec le baby blues sympa... Et je ne parle même pas des études faites sur l'attachement à l'enfant (et de l'enfant) aux figures parentales pendant ses premiers jours/ premières semaines de vie où il apparait clairement qu'ensuite les liens sont bien plus difficiles à faire et au parent de comprendre son enfant (car non les femmes ne naissent pas avec un décodeur à nourrisson c'est juste qu'elles passent assez de temps avec le bébé pour pouvoir les interpréter, mais c'est à la porté des pères aussi).
Tu te vois laisser ta compagne seule à la maison au retour de la maternité, le corps encore meurtri, en pleins doutes (non les bébés ne sont pas livrés avec un mode d'emploi) et gérer seule l'enfant, la maison et tout le quotidien alors que tu peux l'aider et qu'une possibilité de l'aider est mise en place?
Les pères n'y ont pas droit ils n'ont pas accouché? Mais ce n'est pas de cela qu'il s'agit, il s'agit d'avoir du temps pour créer une famille autour d'un nouveau né, de devenir père et d'être là pour son enfant et sa femme. Il s'agit du travail de parent qui s'installe, job à temps plein et CDI.
Le congé paternité est demandé par de pus en plus de pères et des pétitions circulent. Certains commencent aussi à s'insurger contre la pression de certaines entreprise
36 ans très au sud 7169
Le congé paternité est demandé par de pus en plus de pères et des pétitions circulent. Certains commencent aussi à s'insurger contre la pression de certaines entreprises pour qu'ils ne les prennent pas ( l'homme d'ailleurs c'est vu signifié que ce congé n'était pas obligatoire dans son nouveau job, personne n'était au courant du droit à se libérer quelques heures pour les 3 grandes échographies).
Comment veut on que les hommes s'investissent d'avantage dans les foyers si on ne les laisse même pas prendre le temps de devenir pères? Comment construire une égalité des tâches si à la base les femmes restent seules à la maison à gérer l'enfant?
45 ans Out of nowhere 2829
Cet article frôle parfois le ridicule par son féminisme primaire (même si je suis d’accord pour dire que la presse exploite la peur attachée au « meurtre de joggeuse »). Ridicule quand elle admet qu’une femme peut avoir peur en allant faire son jogging, je cite, « dans un espace public encore trop masculin » (et elle souligne cette phrase dans l’article!!). Plus c’est énorme et plus ça passe!
Typiquement l’article récupérateur avec des analogies grotesques pour jeter l’opprobe sur le genre masculin (repented-vous lol).

Croyez-vous vraiment que les femmes feraient plus de jogging dans les rues et les bois si c’était un espace public « moins masculin ». Pas très subtile, navrant même cette façon de mélanger des criminels pervers avec « les hommes ». Imaginez le discours inverse, on crierait au scandale.

Je l’invite d’ailleurs à venir faire son jogging au bois de Vincennes où elle verra que les femmes sont extrêmement nombreuses (on doit pas être très proche de la parité), y compris la nuit!
34 ans Niort 1218
Wiltendercat, j'ai deux questions à te poser, des questions sincères.

- Est ce que tu est d'accord sur le fait que notre société est patriarcale ?
- Si oui, est-ce que tu es intéressé pour que je te partage des articles qui expliqueront mieux que moi en quoi l'espace public est dominé par et pour les hommes ?
P
50 ans 2945
(pour Reinette)
J'aurais mal écrit ? Peut-être.
L'examen médical est nécessaire, mais, comme chaque cas est différent, il est tout à fait possible que certaines femmes qui se sont faites violer n'aient pas subi de lésions vaginales détectables. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas eu viol puisqu'il n'y a pas que l'état physique qui est à prendre en considération. Mais j'ajoute que même sans qu'il y ait de lésions, d'un point de vue physique, les médecins savent quand il y a eu rapport sexuel durant les heures qui ont précédé.

Après, c'est un gros dilemme. Lorsque la police met en doute la parole d'une plaignante, ça veut dire qu'elle est considérée comme une menteuse. Mais si sa parole n'est pas mise en doute, ça veut dire que celui qu'elle accuse (dans le cas où la personne est connue de la plaignante) est automatiquement considéré comme coupable alors que la présomption d'innocence devrait prévaloir, tout au moins jusqu'au procés. Et en tant que particulier qui croit encore à une certaine justice, même si c'est difficile, je qu'être insupporté par les les accusations et condamnations arbitraires de la foule qui trancherait la tête d'un homme avant même le début d'un procés ou d'une instruction.

Les avocats peuvent être aussi vicelards qu'ils le veulent, ils seront impuissants à défendre leurs pourris devant des preuves indiscutables, tel du sperme retrouvé dans l'intimité de la victime.

Le congé parternité.
Tu avances l'égalité hommes/femmes dans ce domaine. Seulement une telle égalité suppose qu'elle soit nivelée par le haut alors que dans la réalité, si le projet de loi qui rendrait la durée du congé égal pour les hommes et les femmes entrait en vigueur, elle serait nivelée par le bas. Non seulement les femmes continueraient à être discriminées avant et après leur grossesse, mais maintenant les hommes subiraient le même sort, en étant stigmatisés à leur tour, "plarcardés" ou "déplacés" à leur retour au travail, jalousés par leurs congénères qui n'y ont pas eu droit de leur temps, par certaines collègues femmes qui estiment que ça n'est pas normal qu'ils aient ce congé, etc. Avec comme d'habitude beaucoup plus de pression dans le salariat privé que public. De quoi faire passer l'envie à certains de devenir pères.

Pour ce que tu exposes ensuite, on croirait presque que le congé paternité existe depuis toujours. Ton père n'en a pas eu (le mien non plus, pas plus que les autres) et il t'a aimé, il s'est occupé de toi comme il a pu, comme des millions d'autres pères aimants sans que tu en aies des stigmates aujourd'hui. Qu'un père soit plus présent pendant les premières semaines ou premiers mois de la vie de son enfant n'est pas le gage d'un amour supplémentaire, d'une meilleure éducation, ni même d'une égalité future plus équilibrée. Quand une personne s'investit, elle n'a besoin de rien pour prouver ce qu'elle est.

Me citer en exemple n'a guère de sens puisque je n'ai jamais voulu d'enfant, ce que je savais déjà lorsque j'étais très jeune (note bien que j'adore les enfants mais ceux des autres et j'en ai toujours eu beaucoup dans mon environnement), mais sache quand même qu'étant donné que j'ai pratiquement toujours vécu seul, je suis habitué à très bien m'occuper d'une maison de A à Z, et que si j'avais été père, je n'aurais pas laissé les tâches domestiques à la mère sous prétexte qu'elle serait en congé maternité pendant plusieurs mois à "ne rien faire". Donc question inégalité des tâches, je ne me sens pas concerné.

Pour finir là-dessus, point du vue très personnel et qui n'engage à rien puisque je ne suis pas concerné : je ne me vois pas du tout arrêter de travailler pendant 16 semaines.
B I U