Vie amoureuse et surpoids

Amour et nourriture ne cessent d’interagir

La vie amoureuse et le surpoids sont bien plus liés qu’on ne pourrait le penser. En effet, nous apprenons à manger en même temps que nous apprenons à aimer et être aimés. L’amour et la nourriture sont donc deux éléments essentiels à notre vie, d’ailleurs, les émotions jouent un rôle considérable dans la prise ou la perte de poids ; c’est ce que l’on appelle les kilos émotionnels.

Ce lien entre les kilos et l’amour se retrouve tout au long de notre vie. En effet, nos difficultés affectives peuvent nous pousser à prendre des kilos, inversement, être en surpoids peut entraîner des difficultés à nouer des relations amoureuses stables, notamment par manque de confiance en soi.

Cela s’explique par le fait que psychologiquement et physiologiquement, la nourriture nous console. Ainsi, en cas de difficultés amoureuses ou bien quand les conflits, le stress ou l’ennui s’installent dans une relation, la nourriture comble alors ce manque affectif. Les non-dits dans les relations amoureuses, les déceptions et les frustrations peuvent également pousser à la somatisation et au surpoids, la prise de poids étant alors psychosomatique. Amour et nourriture ne cessent donc, tout au long de la vie, d’interagir ensemble plus qu’on ne le pense.

Le surpoids : une manière de mettre à distance ses désirs ?

En cas de chagrin d’amour, les ravages peuvent notamment être particulièrement intenses. La tristesse qui fait suite à une séparation non désirée peut alors entraîner une dépression, laquelle peut faire maigrir comme grossir. Certaines personnes trouvent alors dans le surpoids une façon de mettre à distance leur désir. Être en surpoids constitue ainsi, de manière psychologique, une excuse pour ne pas aller à la rencontre de l’autre. Car, que l’on soit en surpoids ou non, rencontrer l’autre suppose un éventuel refus, une possible rupture ou bien des conflits. Pour certaines femmes rondes, être en surpoids sert alors de prétexte pour ne pas avoir à prendre de risque en entamant une relation. La plupart du temps, ces personnes ont déjà souffert en amour à cause ou non de leur surpoids et sont persuadées qu’être grosses les empêche d’être désirables. Or, pour séduire, l’important n’est pas d’être mince ou gros, mais avant tout d’être bien dans sa peau.

Nourriture et sexualité sont également intimement liées. Plusieurs études le prouvent, l’épanouissement sexuel est souvent l’occasion de perdre du poids, là où la frustration due à une libido entravée peut être génératrice de kilos supplémentaires. En s’interdisant toute vie sexuelle, certaines personnes n’ont d’autre issue que de se rabattre sur la nourriture pour conserver un peu de plaisir dans leur vie. Des troubles alimentaires, qui à leur tour peuvent entraîner des troubles sexuels.

Vie de couple et obésité

Le surpoids, l’obésité et la vie amoureuse ne cessent donc d’interagir ensemble, tout au long de notre vie. Mais, est-il plus difficile de construire une vie de couple solide lorsque l’on est en surpoids ou obèse ? Vaste question, à laquelle il est bien difficile de répondre par l’affirmative ou la négative, tant l’amour est avant tout une question de confiance, en l’autre, mais avant tout en soi.

Surpoids, confiance en soi et relation amoureuse

En effet, les personnes en surpoids ont tendance à ne pas avoir confiance en leur physique et ne pas assumer leurs formes. Sachant qu’un Français sur deux est en surpoids et qu’environ 15 % de la population est obèse, il est donc difficile pour beaucoup de personnes de s’aimer suffisamment pour aimer et être aimé, à sa juste valeur. Un phénomène d’autant plus amplifié par notre société particulièrement grossophobe, au sein de laquelle être une femme ronde s’avère difficile. Les diktats de la beauté et autres injonctions concernant tout particulièrement les femmes et leur poids sont nombreux. Médias comme vie quotidienne ne cessent de renvoyer l’image d’une femme parfaite et séduisante, parce que fine avant tout. Une image source de complexes divers et variés, dans laquelle une grande majorité des Françaises ne se retrouvent pourtant pas. De ce fait, la vie de couple peut s’avérer plus compliquée.

En effet, pour vivre un amour serein, avoir confiance en soi est nécessaire. Parvenir à faire confiance à l’autre l’est tout autant. On pense souvent, à tort, que l’amour est aussi instinctif que naturel, mais en réalité, aimer s’apprend. L’on doit apprendre à aimer, à recevoir, mais aussi à donner de l’amour. Pour cela, la notion de confiance en soi est primordiale si l’on souhaite arriver à surmonter ses peurs pour parvenir à engager une relation durable. D’une manière générale, les personnes obèses ont une mauvaise image d’elles-mêmes et de leur physique, lequel ne correspond pas aux normes sociétales. Ainsi, une majorité de femmes en surpoids, lorsqu’elles sont courtisées, pensent que l’homme qui les a choisies n’a pas de goût et que donc, il n’en vaut pas la peine. Le surpoids peut donc constituer un frein à la naissance d’une relation amoureuse, lorsqu’il est générateur de complexes.

Notre société étant ce qu’elle est, cela entraîne un autre phénomène : les hommes n’osent parfois pas avouer leur attirance pour les femmes rondes, par peur du regard des autres et autres quolibets. A contrario, d’autres revendiquent leur attirance pour les formes généreuses, ce qui peut être perçu comme une sorte de perversion lorsque cet attrait est exclusif. De fait, les femmes rondes ne savent plus quoi penser lorsqu’un homme les courtise. En outre, pour la femme en surpoids, les injonctions à la minceur sont constantes, que ce soit au travers des médias, de la publicité, des réseaux sociaux et de la presse féminine. Des diktats de beauté qui poussent à perdre confiance en soi et sa capacité de séduction si l’on ne correspond pas à cet idéal de beauté, au demeurant inatteignable. Pourtant, il est tout à fait possible de rencontrer l’âme soeur, quel que soit sa morphologie. Une relation durable dans le temps ne peut se reposer uniquement sur le physique, puisque celui-ci est amené à varier tout au long de notre vie. Évidemment, ce dernier entre néanmoins en ligne de compte dans une relation amoureuse, puisque c’est ce que l’autre perçoit de nous, au premier abord. Pourtant, la plupart des études le prouvent, il existe une réelle différence entre l’image de la femme parfaite plébiscitée dans les médias et celle appréciée par la majorité des hommes, avant tout en recherche de sincérité lorsqu’il s’agit de s’engager. Ainsi, bien plus que le physique et qu’une taille 34 ou 36, être bien dans sa peau est nettement plus séduisant que ressembler à une icône des podiums.

Pour une vie de couple épanouie et durable, vous devez donc commencer par questionner votre confiance en vous. Vous aimez-vous suffisamment pour accepter d’être aimée et aimer en retour ? Vous sentez-vous assez à l’aise avec votre physique pour mener une vie amoureuse et sexuelle épanouissante ?

Surpoids et sexualité

La sexualité fait-elle partie des facteurs bloquants lorsque l’on est ronde ? Là encore, il est bien difficile d’émettre des généralités. Pourtant, les clichés sur la sexualité des femmes rondes ont encore la peau dure. Ainsi, les femmes en surpoids, qui aimeraient la nourriture et les bonnes choses, apprécieraient de fait multiplier les relations sexuelles. Des clichés concernant la sexualité des femmes rondes qui sont susceptibles, parfois, de modifier le comportement des hommes, notamment sur les applications de rencontre. Certaines études menées à ce sujet le prouvent : les hommes ont tendance à considérer les femmes aux courbes généreuses comme de meilleurs partenaires sexuels. Là encore, impossible de généraliser tant chaque personne est différente, surpoids ou non.

Nudité, surpoids et complexes

Quoi qu’il en soit, la sexualité peut s’avérer être source d’angoisse lorsque l’on est obèse. L’idée même de se dévêtir devant un partenaire peut ainsi générer la peur d’être rejetée à cause de son surpoids. A ces complexes physiques s’ajoutent, notamment chez l’homme, mais aussi chez la femme, d’éventuels problèmes de baisse de la libido à cause de l’excès de masse graisseuse. Plusieurs études médicales prouvent en effet que le surpoids peut altérer les fonctions reproductives et la production d’hormones, notamment sexuelles. Toutefois, en dehors de ces quelques soucis liés pour la plupart à des obésités massives, c’est surtout l’image de son corps qui peut être à l’origine de troubles sexuels. Les femmes rondes, lorsqu’elles ont intériorisé les jugements négatifs concernant leur silhouette, peuvent inconsciemment mettre entre parenthèses leur vie sexuelle comme amoureuse, en attendant de perdre des kilos.

Ne pas parvenir à apprécier suffisamment son corps peut ainsi troubler la sexualité en entraînant une absence de désir sexuel, une absence d’orgasme et des troubles de l’érection. Là encore, chaque cas étant particulier, il est bien difficile d’établir des généralités. Il n’existe en effet pas réellement de différence entre une personne mince et une personne obèse dès lors qu’il est question de sexualité. Les troubles sexuels d’ordre psychique demeurent en effet les mêmes, avec des conséquences différentes chez l’homme ou la femme. Ainsi, ne pas être à l’aise avec son surpoids peut engendrer de l’anxiété et du stress, la femme raisonnant en termes d’image et l’homme en termes de ressenti.

Une femme ronde qui n’aime pas son corps ne peut envisager qu’un homme puisse la désirer. De ce fait, elle refusera souvent les rapports sexuels par peur de déplaire, de ne pas être “à la hauteur” des attentes de son partenaire. Le juge n’est alors pas tant l’homme en face d’elle que la femme qui est en elle. Quant à l’homme en surpoids, s’il est avec une femme qui accepte d’avoir des rapports sexuels avec lui, il sera probablement inquiet de se retrouver nu pour la première fois devant sa partenaire, mais passé ce cap, il se préoccupera peu de son image. Pour la femme, la question de l’image de soi, laquelle est sans cesse questionnée par notre société et ses diktats, demeurera continuellement au centre des relations sexuelles.

Finalement, comme pour les relations amoureuses, la question n’est pas tant autour du poids que de la confiance en soi : suis-je capable d’être aimée et désirée ? Autrement dit : est-ce que je m’aime suffisamment pour entendre le fait qu’un autre puisse m’aimer ? L’on comprend ainsi que le cerveau est en quelque sorte le plus puissant des organes sexuels, et qu’il convient avant toute chose d’être à l’aise avec son physique et son histoire. En conclusion, bien plus que les régimes, les thérapies se révèlent être d’une précieuse aide si l’on ne parvient pas à engager de relation amoureuse à cause de son surpoids.

 

Vous apprécierez sûrement les pages suivantes :


... Charger plus