MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Comment VLR me conduit aux régimes

2513
Je ne savais pas quel titre donner à mon sujet.

Voilà, il se trouve que je dois subir une opération dans les années à venir, et que pour ce faire, une  
perte de graisse abdominale m'est vivement conseillée pour éviter bien des risques.
Cependant, en scrutant ce forum, j'ai découvert que les régimes étaient un échec dans 97% des cas (quid des 3% restant ? Quand j'écoute certaines personnes autour de moi qui ont fait des régimes, même des années plus tard ils n'ont pas repris ou si peu, donc j'ai un doute sur les 97%), voire faisaient grossir (combien de filles ici sont devenues obèses à la suite de régimes ?).
J'ai découvert que la seule méthode qui trouvait grâce à vos yeux est la RA, qui me semble faite pour des gens qui ne savent plus s'alimenter correctement (TCA, restrictions cognitives), mais pour les autres ?
Pour les autres soit : ils restent à leur poids et doivent s'accepter, soit ils font du sport pour s'affiner un peu, soit ils ont un IMC 40+ et comorbidités associées et passent sous le bistouri (et encore, c'est vraiment en dernier recours...et je suis bien d'accord avec ça ! Mais de toutes façons, j'ai un IMC 36 et des bananes).


Bref, si j'écoute VLR, je n'ai pas de solution.
Si, le sport...j'ai essayé, je me suis un peu affinée certes, mais ce n'est pas suffisant si je ne veux pas laisser ma peau sur la table d'opération.
L'autre solution effectivement est de consulter d'autres sources que VLR car ici on ne parle pas de régimes. OK, pas de souci, mais le problème n'est pas là.

Le souci est que VLR m'a fait peur. Je ne vais jamais entamer de régime de peur de reprendre le double du poids perdu. Quelque part j'oscille entre le "ils ont raison sur VLR, les régimes font grossir" et le "ils doivent se tromper, tous ces gens qui ont perdu durablement autour de moi...je ne dois pas être entourée que des 3% de personnes, c'est statistiquement impossible, à moins que je noue des liens avec des êtres qui ont comme caractéristique un biais statistique dont j'ignore la substance ?".
Tout ça me laisse songeuse.

Je me demande aussi si une perte de poids momentanée afin de pouvoir subir mon opération sans risque, quitte à reprendre tout le poids une fois celle-ci effectuée n'est pas une bonne stratégie.
Je me demande aussi si les prétendus risques liés à l'opération ne sont pas une trouvaille des médecins pour me faire mincir, après tout, si on conseille le bistouri aux IMC 40+, c'est que ça ne doit pas être si dangereux. :roll:
Et parlons-en, de ces chirurgies "bariatriques". Ici on dirait que les nanas n'ont pas grossi parce qu'elles se sont mal alimentées à un moment de leur vie (comprendre trop manger) mais la solution pour les faire perdre n'est pas d'éradiquer ce qui les a fait grossir, c'est de les empêcher de trop manger. C'est très logique.
HS mais il me semblait que manger très peu comme le font les opérées était dangereux pour la santé. Que et qui croire dès lors ?

J'ai aussi remarqué aussi qu'il y a beaucoup de filles ici qui croient quand même aux régimes mais n'en parlent pas, car c'est interdit d'en parler ici.

Vous comprenez au fil de ma réflexion que j'ai comme un doute sur les affirmations de VLR. Et, alors que je n'ai jamais fait de régimes de ma vie de mon plein gré (car les médecins m'y ont mise plusieurs fois, le temps d'hospitalisations par exemple, et j'ai toujours repris, d'où cette part de moi qui croit aux débouchés nocifs des régimes), j'en ai commencé un à base de comptage de calories il y a quelques jours, en me disant qu'il fallait de toutes façons perdre cette masse graisseuse et que donc VLR n'avait pas de réponse pour moi, hormis de m'avoir mise en garde et je me suis justement mise en tête que peut-être qu'en étant consciente des risques, j'ai plus de recul face à mon régime et je peux peut-être faire partie de ces fameux 3%.

C'est très décousu et je mélange peut-être tout, donc j'attends impatiemment de lire ce que vous avez à dire.

Merci de votre attention.
2513
Bon, en me relisant, je me contredis en disant que je ne vais jamais entamer de régime par peur à cause de VLR et que finalement j'avoue en avoir débuté un.

Il se trouve que mon écriture a suivi ma réflexion en direct (d'ailleurs le titre du sujet a été changé au cours de l'écriture). Effectivement longtemps j'ai renoncé à débuter un régime pour les raisons sus-citées. J'en ai quand même débuté un encore une fois pour les raisons sus-mentionnées.
Ce que je trouvais intéressant c'était la dynamique de ma réflexion, sur comment VLR m'a conduit du "jamais" au "je doute" et au "pourquoi pas".
Bref, ma contradiction pour moi tient là du détail et est seulement une erreur d'écriture, de cohésion du fait que je n'ai pas préparé mon texte au préalable. Ca ne sert à rien de pointer cette contradiction.

Merci à vous.
C
47 ans 137
Je ne vois pas où est le problème. Jamais personne sur VLR n'a dit qu'il ne fallait pas faire de régime si médicalement tu en as besoin.
Après tu as des façons plus ou moins intelligente de maigrir et je ne sais pas si un simple comptage de calorie en est une. Tout dépend comment c'est fait.

Maintenant que les gens regrossissent après un régime, c'est une réalité. 97% je ne sais pas mais je suis au régime depuis mes 14 ans et j'ai tjs repris. Parce que j'ai fais n'importe quoi déjà, je voulais du rapide. De toute façon c'est comme les anciens fumeurs ou les anciens alcooliques ou drogués. Une fois désintoxiqué tu dois tjs faire attention. Un ancien alcoolique ne serait jamais comme une personne qui n'a jamais bu. Un ancien gros ne sera jamais comme une personne qui a tjs été mince.

Maintenant VLR n'est pas un groupe sectaire qui prétend détenir LA vérité. Des gens qui regrossissent après une RA ça existe aussi. Si tu vas sur un forum Dukon tu auras un autre son de cloche. A toi de voir ce qu'il te convient.

Moi aussi médicalement parlant je dois maigrir. Je privilégie l'équilibre alimentaire et j'essaie d'écouter ma faim. Alors c'est sûr ça ne sera pas rapide mais même mon
médecin m'a dit : pas de régime ! et perdre doucement. Je m'écoute aussi et si je dérape ce n'est plus aussi tragique qu'avant, l'organisme se régule.
B
51 ans 121
Moi aussi, VLR m'a fait peur : le choix entre la RA qui ne vous fait pas forcément maigrir, les régimes avec lesquels tu perds puis tu reprends, ou la chirurgie, ça laisse qu'un avenir assez sombre :-k

J'ai essayé de faire une RA (avec les livres de Zermati et Apfeldorfer), j'ai perdu presque *** kilos, puis j'ai quasiment tout repris (malgré la consultation d'un psy, puis d'un autre). Comme si j'avais fait un régime !!!

Alors je me suis remis au régime, parce que je ne me supportais pas à 105 kilos. Je doute aussi qu'il n'y ait que 3 % de personnes dont le régime soit une réussite, parce que des gens qui n'ont jamais repris, j'en connais au moins 5 ou 6 dans mon entourage, dont ma cousine, qui était très grosse dans l'enfance et l'adolescence, et qui a perdu tout son surpoids vers 25 ans, et n'a jamais repris. Ma mère, qui a perdu *** kilos, des collègues...

Je fais mon régime à l'instinct : je mange ce dont j'ai envie, de préférence pas trop gras, pas trop sucré, mais je me fais plaisir (hier soir j'ai mangé un magnum =P~ ) et j'arrête de manger dès que je n'ai plus faim. C'est un régime dans le sens ou je fais attention, mais c'est plus équilibré et moins contraignant qu'un régime Dukan, chrono, Montignac etc, qui ne me convenaient pas.

En associant régime et fitness, j'ai reperdu du poids, je me sens beaucoup mieux. Je sais que sur VLR, c'est très mal vu de parler de régimes, mais je suis contente que tu ai entamé cette discussion, car elle me permet de dire ce que j'avais à dire que la RA, qui n'est pas "le truc miracle".
j'ai juste envie de te dire: mais que fais tu ici??

tu doute de chiffres maintes fois prouvés (oui, 97 % d'echecs au bas mot)
tu as raison, tu dois vivre dans un microcosme de veinards!!


tu fais des affirmations/généralités sur les opérés que, en tant que bypassée, je prends mal.

parce que , j'ai pesé plus de 110 kg, c'est que j'ai mal bouffé, pour plein de raisons, mais, j'ai tres mal mangé.


on n'est pas tenus d'avoir une pensée commune. mais je t'ai relu, ton ironie plus que tes propos me dérange.

à part provoquer, quel est le but de ce post?
il me semble que tu es la seule à pouvoir répondre à ton questionnement et en tirer une conclusion..

je ne vais pas te répondre: "bhou, tu as raison, qu'on est connes de relayer des mensonges sur les régimes..."

tu vas sans doute pouvoir tirer une conclusion tres scientifique de ma réponse:
les ex-grosses bypassées sont ronchonnes le matin ET susceptibles
34 ans 4879
En fait il n'y a clairement pas que sur vlr qu'on le dit...des études très sérieuses le prouvent.
http://www.rue89.com/2...s-affaires-des-menteurs-178050
Pour parler de mon cas perso, petite j'étais enrobée mais pas grosse. J'ai fait mon 1er régime à 8 ans, j'ai enchainé jusqu'à mes 18 ans, au fur et à mesure se sont créés des TCA (hyperphagie pour ma part) car mon corps était complètement frustré. De plus en plus de régimes, de plus en plus de restriction et donc de frustration pour mon corps ont entrainé de plus en plus de stockage de sa part (on me prive? je me méfie,au cas ou ça durerait je stocke, et quand on arrête la privation je stocke encore, parce qu'une nouvelle privation pourrait arrriver) et des crises d'hyperphagie ou je mange tout les aliments "mauvais" (sucrés) auquels je n'ai pas droit en régime sans pouvoir me contrôler, si je ne le fais pas je fais des crises d'angoisse.
Voilà à quoi m'ont ammené 10 ans de régime...ah si j'oubliais, je pèse pas loin de 110kg maintenant...à chaque perte de poids j'ai repris tout ce que j'avais perdu plus 5 à 10 kg de plus derrière.
Voilà pour mon expérience perso.
O
99 ans 10517
je me pose les memes questions... la statistique ne s'applique pas non plus autour de moi mais je me dis que peut etre que celles qui ont réussi ont fait autre chose parallèlement, genre psy ?

par contre quand tu demande qui est devenu obèse à force de régimes, j'en suis un super exemple... en 20 ans de régime je suis passé d'un IMC de 19 à un IMC de 30 :shock: (et là la bonne question c'est pourquoi se sous alimenter avec un IMC de 19 mais c'est un problème de psy plus que de diététique, ça).

je ne mange pas de saloperies et je ne mange pas en quantité hors régime. j'ai juste complètement détruit mon métabolisme...

quand tu demandes pourquoi les filles font une chirurgie de réduction de l'estomac si c'est pas de trop manger qui les a rendues obèses... t'es sure que tu mélanges pas tout le monde ?
48 ans 35 10308
constellation a écrit:
Je ne vois pas où est le problème. Jamais personne sur VLR n'a dit qu'il ne fallait pas faire de régime si médicalement tu en as besoin.

Ben voilà.
Personnellement ce que je trouve dommage, c'est de s'infliger un régime ou de la restriction ou des évictions alimentaires (ou de la chirurgie) quand on n'a pas de problèmes particuliers (les questions d'image de soi et de confiance en soi sont un problème particulier, mais à mon avis le régime ce n'est pas la bonne solution). Par contre quand il y a contrainte sur la santé, les données ne sont pas les mêmes. Comme dans tout choix c'est une question de rapport bénéfice/risque. Quand on n'a pas de problème de santé, pour moi les risques des régimes sont infiniment plus grands (et durent bien plus longtemps) que les bénéfices. Dans ton cas particulier, le rapport est différent. Tu connais les bénéfices, tu connais les risques, prend tes choix en conséquence selon tes priorités. Et si pour toi la priorité c'est ta santé, je ne vois vraiment pas qui pourrait t'en vouloir! ;) On ne va pas reprocher à quelqu'un qui a du diabète de limiter le sucre sous prétexte que la restriction c'est mal!

Et si tu veux un exemple de gens qui sont arrivés à l'obésité à cause d'un régime : coucou me voilà. Je suis passée d'une obésité modérée à une obésité morbide suite à un régime qui a super bien marché (et à la suite duquel j'ai repris le double de ce que j'avais perdu).

Et la RA, pour la Xème fois, ce n'est pas un régime amaigrissant, ce n'est pas fait pour perdre du poids, à la base. C'est fait pour se débarrasser de ses TCAs. C'est fait pour ne plus utiliser la nourriture comme réconfort émotionnel et pour se débarasser de ses pulsions. La perte de poids, elle n'est pas garantie (il y a même des gens qui prennent du poids).

Pour ce qui est des 97% d'échec je serais intéressée aussi d'avoir des sources. Mais la source la plus récente que je connaisse est dans ma signature (le rapport de l'ANSES) qui dit que la reprise pondérale concerne 80% des personnes après un an et augmente encore dans les années suivante (donc sans doute supérieur à 90%). J'avoue avoir beaucoup de mal à conseiller à quelqu'un de se lancer dans une démarche qui a 90% de chance de rater...
O
99 ans 10517
oups j'avais pas terminé
les filles qui ont le même passé que moi que j'ai lues et avec qui j'ai pu échanger ne finissent pas sur la table...


perso je tenterai bien la chir bariatrique (mais mon IMC d'à peine 30 m'en garde) même en sachant bien que ça ne réglera probablement pas le souci puisque je ne mange pas beaucoup, mais y'a un moment où on ne se supporte plus, qu'avant d'envisager de se supprimer on peut vouloir essayer plein de choses même si ça n'a rien de rationnel. Mais je pense que mes consoeurs ex régimeuses à répétition n'ont pas cet état d'esprit, je suis un cas plus désespéré/désespérant que la moyenne des VLRiennes :oops:
O
99 ans 10517
j'oubliais : je suis au régime suivi par une diét' depuis mi février. J'ai perdu puis repris (sans entorses au régime), bilan des courses j'ai perdu... moins de 2 kilos. En plus de six mois de régime ! Ben oui, des fois, ça marche pas DU TOUT, à force d'en faire...

et ça on en parle pas dans les stats, on parle des gens qui perdent et reprennent, mais de ceux qui ne perdent RIEN on en parle pas...
B
51 ans 121
Angia a écrit:

Et la RA, pour la Xème fois, ce n'est pas un régime amaigrissant, ce n'est pas fait pour perdre du poids, à la base. quote]

Bah, si, quand même. Le livre de Zermati a un titre éloquent : maigrir sans régime, on l'a pas inventé
48 ans 35 10308
Bleumarine a écrit:
Bah, si, quand même. Le livre de Zermati a un titre éloquent : maigrir sans régime, on l'a pas inventé

Si je me souviens bien de ce que j'ai lu ici de gens qui en avaient discuté avec Zermati (Poupoule?), ce n'est pas un titre qu'il a choisi lui mais qui lui a été imposé. Quand on lit le bouquin c'est bien plus nuancé (même remarque d'ailleurs pour le site "linecoaching", la page d'accueil ne semble pas représentative du reste du site).

Au niveau du poids le but donné par Zermati c'est de se retrouver (à long terme) à son "poids d'équilibre" (ou poids de santé, je ne sais plus comment il dit) qui est un poids qu'on ne connait pas au départ. Pour ma part visiblement le poids d'équilibre aujourd'hui il est à 94kg, certes j'ai perdu du poids avec la RA mais on ne peut pas dire que je sois maigre (et je pense que je ne le serais jamais) et clairement je n'ai pas fait ça pour ça (même si ça fait plaisir quand même ;) ). Peut-être que si j'avais commencé la RA avant de prendre 30kg suite à un régime mon poids d'équilibre serait plus bas que ça.
Si on commence une RA avec une obsession sur le poids je pense que ça augmente les risques que ça foire, en fait. Parce que c'est un processus long/lent et qu'il faut arriver à se laisser le temps.
45 ans Paris 9866
Bleumarine a écrit:
Je doute aussi qu'il n'y ait que 3 % de personnes dont le régime soit une réussite, parce que des gens qui n'ont jamais repris, j'en connais au moins 5 ou 6 dans mon entourage


Je n'en connais aucun, tu en connais 6. Imaginons que la moyenne soit quelque part entre les deux, à 3.
Si 40% de la population a déjà fait un régime (je cite de mémoire) et si 3% de ces ex-régimeurs maintiennent leur poids au-delà de 5 ans, une personne qui a dans son entourage 250 personnes (famille, amis, travail, toute personne dont on est susceptible d'avoir entendu parler et dont le régime aurait fonctionné au-delà de 5 ans... donc aussi les amis d'amis etc.) peut tout à fait connaître 3 miraculés du régime.
En tout cas, "je connais 5 ou 6 personnes dont le régime a réussi" n'est pas une affirmation suffisante à mes yeux pour remettre en cause les études montrant la quasi-totalité d'échecs aux régimes. Tout le monde connaît des exceptions à toutes les règles, on ne va pas pour autant régler son comportement sur les exceptions. Tu connais sûrement l'adage: l'exception renforce (met à l'épreuve) la règle, elle ne l'infirme certainement pas. Exceptio probat regulam, pour les amateurs dès le matin de latin.

Pour ce qui est des cas d'obésité par régime: pour ma part passage de 68 à 108kg entre mes 15 et 30 ans. Un régime tous les deux ans environ, perte d'une dizaine de kg à chaque fois, reprise entre 12 et 15 à chaque fois (beaucoup plus pour le dernier régime, qui m'a enfin décidée à arrêter cette drogue malsaine... le régime, pas la bouffe). Pour ma part, la RA m'a permis deux choses:
- poids stable, même si à IMC35
- relation apaisée à la nourriture, jamais complètement bien sûr... mais à 97% ;)
Les régimes quant à eux:
- variations permanentes de poids (dans une amplitude de plusieurs dizaines de kg) et image de soi nulle quel que soit ce poids (minimal ou maximal... peut-être pire quand le poids était minimal, sur le mode "et pourquoi ça ne change rien? pourquoi je ne me sens pas mieux?")
- relation addictive aux régimes, fâchée avec la nourriture en permanence, maux de ventre quotidiens à 22h pour avoir finalement trop mangé (après des heures de restriction) et de moins en moins de plaisir pris à manger... jusqu'à des crises d'angoisse au supermarché, comme un étudiant devant une feuille blanche ne sachant absolument pas quoi écrire alors qu'il connaît son cours par coeur.

Venir sur VLR pour prévenir qu'on se lance dans un régime, c'est fréquent. Venir dire que c'est à cause de VLR ("me conduit à"), c'est un peu moins courant. En somme, tu te mets au régime car nous n'avons pas été assez fortiches pour te convaincre de ne pas le faire (alors que tu es assez finaude pour "savoir" que les régimes ne marchent pas). Et quand tu te trouves moche, tu écris à Yves Rocher pour te plaindre? Quand tu conduis mal, tu accuses Renault?

J'espère que tu ne feras pas comme 100% des filles qui viennent nous expliquer qu'elles se mettent au régime (parce qu'il n'y a teeellement pas d'autres solutions) sans venir donner de nouvelles. J'espère que tu nous raconteras ton parcours, combien de semaines tu tiens et combien de kg tu reprends. Faire ou ne pas faire partie des "3%"... ah quel merveilleux projet de vie! quelle ambition! quelle rationalité dans le comportement! le pourcentage n'est-il pas d'ailleurs le même pour les piétons qui survivent sur l'autoroute plus de 10 min? je crois bien que si.

Pour le bouquin de Zermati "Maigrir sans régime", oui c'est bien moi qui racontais l'histoire de l'éditeur. Je crois qu'on peut difficilement vendre un livre de réflexion sur le poids sans le mot "maigrir" dans le titre... je trouvais ça un poil malhonnête au début mais au fond je comprends la stratégie: attirer les régimeuses pour leur en faire saisir les dangers. Pour moi ça a marché (même si la 4ème de couv était assez claire pour se douter qu'on n'allait pas faire un énième régime à la noix)... donc je ne peux me plaindre ;)
2513
Bon, je me suis mal exprimée sur certains points.

Quand je dis "combien de filles ici sont devenues obèses à force de régimes", ce n'était pas une question mais une affirmation, je sais que vous êtes nombreuses et je ne le remets pas en doute, c'est bien ce qui me rend méfiante (mais visiblement pas assez) vis à vis des régimes.

Ensuite, quand je dis que la chirurgie bariatrique a pour but de limiter les quantités de nourriture absorbées...alors que bien des témoignages ici racontent que s'il y a eu prise de poids, ce n'est pas forcément par sur-consommation...je trouve ça illogique. Pourquoi limiter la consommation d'une personne qui n'a pas grossi par sur-consommation ?

Je n'ai pas non plus dit que la RA servait à mincir, j'ai dit que c'était pour les gens qui n'avaient plus un rapport sain à la nourriture (suite aux TCA et aux REGIMES notamment). J'ai donc bien compris que les régimes pouvaient avoir comme effet de "désapprendre" à manger et j'ai donc peur.

Mais quelle est mon alternative dans mon cas ? Là est ma question. J'entends bien que sur VLR on comprend les pertes de poids pour raison médicale, mais le discours y est si alarmant que je ne sais plus trop quoi penser, je me questionne, et ça a pour effet de peut-être plus intellectualiser ma façon de perdre du poids qu'il ne le faudrait (non, je ne fais pas que compter des calories).

J'ai le droit de me questionner ? Désolée si je vous ai parue provocante/..., ce n'était pas l'objet de ma réflexion. Je n'arrivais pas à dormir, je pensais à cela, j'ai tapé ça dans mon lit en pleine nuit, peut-être pas des conditions optimales.
45 ans Paris 9866
chapinette a écrit:
Ensuite, quand je dis que la chirurgie bariatrique a pour but de limiter les quantités de nourriture absorbées...alors que bien des témoignages ici racontent que s'il y a eu prise de poids, ce n'est pas forcément par sur-consommation...je trouve ça illogique. Pourquoi limiter la consommation d'une personne qui n'a pas grossi par sur-consommation ?


Sur ce point tout à fait d'accord avec toi, me suis toujours dit que la chir ne pouvait convenir qu'à des gens ayant l'habitude de consommer de grandes quantités et ne parvenant pas seuls à les réduire. Pour moi c'est inenvisageable: je considère manger peu en volume mais seulement des choses assez caloriques (mon dîner favori: 100g de viande des grisons et 100g de fromage) et j'ai en horreur les grandes assiettes volumiseuses de crudités (alors que je connais des gens qui m'ont dit avoir absolument besoin de ce sentiment de "quantité").
En revanche, il me semble que c'est plus contestable de dire que la RA ne convient qu'à ceux ayant connu des TCA... ou alors on peut descendre à un niveau bien light de TCA. Pour ma part j'ai été boulimique dans le sens manger au-delà de ma faim et en avoir mal au ventre quotidiennement (essentiellement par peur d'être frustrée à nouveau, par moi ou par le corps médical) mais il y a plein de symptômes souvent associés que je n'ai jamais eus (fringales nocturnes, vomissements volontaires, phases d'anorexie, etc.). J'avais un degré de boulimie que franchement une bonne part de la population féminine occidentale doit avoir, pas le genre de symptôme pour lequel on hospitalise. Je trouve qu'on devrait réserver l'expression TCA aux manifestations d'une certaine gravité déjà. Pour ma boulimie light (mais obésité réelle), la RA était adaptée.
B I U


Discussions liées